Accueil Billet du jour Editorial sur la Conscience

Editorial sur la Conscience

18
0

DU ROSEAU PENSANT DE BLAISE PASCAL

AU ROSEAU CONSCIENT

rodin.jpg


A notre époque où le bouddhisme, le yoga et d’autres influences nous ont sensibilisé à l’importance de la conscience, nous nous sommes amusés à reprendre le texte original de Blaise Pascal et à changer le mot « pensée » par « conscience ».

Vous êtes conviés à réagir à ce tour de passe-passe.


Texte de Blaise Pascal (1623-1662)

« Je puis bien concevoir un homme sans mains, pieds, tête (car ce n’est que l’expérience qui nous apprend que la tête est plus nécessaire que les pieds). Mais je ne puis concevoir l’homme sans pensée : ce serait une pierre ou une brute.

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien.

Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il faut nous relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale. »


Texte modifié

Je puis bien concevoir un homme sans mains, pieds, tête

(car ce n’est que l’expérience qui nous apprend que la tête est plus nécessaire que les pieds).

Mais je ne puis concevoir l’homme sans CONSCIENCE :

ce serait une pierre ou une brute.

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature;

mais c’est un roseau CONSCIENT.

Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser :

une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer.
Mais, quand l’univers l’écraserait,

l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue,
puisqu’il A CONSCIENCE qu’il meurt,

et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en A PAS CONSCIENCE.

Toute notre dignité consiste donc en la CONSCIENCE.

C’est de là qu’il faut nous relever

et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir.

Travaillons donc à RESTER CONSCIENT :

voilà le principe de la morale.


Bien sûr, ce texte si partiellement modifié ne nous plaît pas complétement.

En autres, nous n’aimons pas « le principe de la morale » par rapport au mot « conscience ».

Mais cette proposition est faite plus par jeu.

Par contre, à vous de faire des contre-propositions sur info@buddhachannel.tv.

Pourquoi pas?

A vos plumes !


Belle et bonne journée

Josiane et Alain Delaporte-Digard

Previous articleShanxi : Ouverture du 4e Festival de la culture du bouddhisme
Next articleA vos plumes pour le concours HISTOIRES ZEN DEPUIS 101 ANS!