Accueil Espace Bouddhiste Société 28 mai: Quarante-six ans d’Amnesty International

28 mai: Quarante-six ans d’Amnesty International

6
0

bougie.gif


« Mieux vaut allumer une bougie que maudire l’obscurité ».


Proverbe chinois



Le 28 MAI 1961, l’avocat britannique Peter Benenson publie dans le journal The Observer, un article intitulé « Les Prisonniers oubliés ».

Le texte est un appel à l’amnistie en faveur de deux étudiants portugais arrêtés pour avoir porté un toast à la liberté, en pleine dictature Salazar. Il évoque également six autres prisonniers roumain, tchèque, hongrois, grec, américain et angolais, tous emprisonnés pour dissidence d’opinion. Aucun d’eux n’a fait usage de violence.


observer.gif



« Ouvrez votre journal, n’importe quel jour de la semaine, et vous trouverez venant de quelque part dans le monde, une dépêche indiquant que quelqu’un a été emprisonné, torturé ou exécuté parce que ses opinions ou ses croyances religieuses ont été jugées inacceptables par son gouvernement. Ils sont plusieurs millions en prison pour cela et leur nombre ne cesse de croître. Devant son journal, le lecteur ressent un sentiment d’écœurement et d’impuissance. Or, si ces sentiments de dégoûts répandus dans le monde entier pouvaient être réunis en vue d’une action commune, quelque chose d’efficace pourrait être réalisé. »


L’article est reproduit dans les journaux du monde entier et l’appel génère des milliers de lettres de soutien. Aujourd’hui, il est considéré comme « l’acte de naissance » d’amnesty International.

De fait, en juillet de la même année, une première rencontre internationale est organisée en vue de fonder un mouvement permanent agissant pour la défense de la liberté d’opinion et de religion, à l’échelle internationale.

Sont représentés l’Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis, la France, l’Irlande, le Royaume-Uni et la Suisse.

Par la suite, le mouvement prend de l’ampleur et sa mission rejoint les victimes de torture, de disparitions, et les condamnés à la peine de mort.


peter_benenson.jpg


« Cette bougie ne brûle pas pour nous, mais pour tous ceux que nous n’avons pas pu faire sortir de prison, tous ceux qui ont été abattus avant d’être incarcérés, tous ceux qui ont été torturés, enlevés ou victimes d’une “disparition”. Voilà à quoi sert cette bougie… ».



Peter Benenson

LE COMBAT CONTINUE



En 1977, Amnesty International reçoit le Prix Nobel de la paix et en 1978, le prix des Nations Unies pour les droits de l’homme.
Actuellement, l’organisation mondiale indépendante compte plus d’1,8 millions de membres et de sympathisants dans plus de 150 pays et territoires.

Elle est indépendante de tout gouvernement, de toute puissance économique, de toute tendance politique et croyance religieuse, et place au coeur de son action le respect des droits humains.

La liste de ses activités comprend principalement:


– La promotion des droits inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.


– Le soutien aux personnes détenues à cause de leurs convictions, leur couleur, leur sexe, leur origine ethnique, leur langue, leur religions et n’ayant pas fait usage de violence ni préconisé son usage.


– Un jugement équitable pour tous les prisonniers politiques.


– La lutte contre la peine de mort.


– La fin des assassinats politiques.



Son fondateur disparu en 2002, laisse derrière lui, une organisation dont la raison d’être demeure, en dépit des changements positifs survenus ces dernières années.

Pour toujours, son combat sera le nôtre.



Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLa traite des Etres Humains et l’exploitation sexuelle des enfants
Next articleLe 29 mai est la Fête des Voisins ! Pourquoi ne pas continuer à les invitez?