Accueil Espace Bouddhiste Société Historique de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Historique de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

5
0

Historique de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

ONU
ONU


La Déclaration universelle des droits de l’homme est une déclaration adoptée par l’Organisation des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris au Palais de Chaillot par la résolution 217 A (III). Elle précise les droits humains fondamentaux. John Peters Humphrey et René Cassin en furent les principaux auteurs.


Sans véritable portée juridique, ce texte n’a que la valeur de proclamation de droits. Cependant, à l’origine, 48 États sur les 56 participants devaient adopter cette charte universelle. Et il faut dire qu’aucun État ne s’est prononcé contre et seuls huit se sont abstenus. Parmi eux, l’Afrique du Sud de l’apartheid refuse l’affirmation au droit à l’égalité sans distinction de naissance ou de race, l’Arabie saoudite conteste l’égalité homme-femme. La Pologne, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et l’URSS (Russie, Ukraine, Biélorussie), s’abstenant, quant à eux, en raison d’un différend concernant la définition du principe fondamental d’universalité tel qu’il est énoncé dans l’article 2 alinéa 1. Enfin, les 2 derniers Etats n’ayant pas pris part au vote sont le Yemen et le Honduras.


Le texte, inspiré par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, est composé de trente articles, énonce les droits fondamentaux de l’individu et leur reconnaissance et leur respect par la loi. Il comprend aussi un préambule avec huit considérations reconnaissant la nécessité du respect inaliénable de droits de l’homme fondamentaux par tous les pays, nations et régimes politiques, et qui se conclut par l’annonce de son approbation et sa proclamation par l’Assemblée générale des Nations unies.

Le texte du préambule et de la déclaration est inamovible, sa version en français est un original officiel, signé et approuvé par les membres fondateurs des Nations unies, et non une traduction approuvée.


Droits fondamentaux
Droits fondamentaux


En 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme en vue de combattre l’oppression et la discrimination. Au lendemain d’une guerre mondiale dévastatrice, qui avait été le théâtre des pires actes de barbarie jamais commis dans l’histoire de l’humanité, la Déclaration universelle énonçait pour la première fois de façon détaillée les droits et les libertés individuels. Pour la première fois également, il était reconnu à l’échelle internationale que les droits de l’homme et les libertés fondamentales s’appliquaient à tout un chacun et en tout lieu. Dans ce sens, la Déclaration universelle constitue un progrès remarquable dans l’histoire de l’humanité. Elle continue aujourd’hui d’influencer la vie des populations et d’inspirer dans le monde entier les actions et la législation en faveur des droits de l’homme.


UNIVERSALITE ET RESPECT DE LA DIVERSITE

En 1948, les 58 Etats Membres qui constituaient alors l’Organisation des Nations Unies représentaient des idéologies, des systèmes politiques, des valeurs religieuses et des traditions culturelles très variés et se caractérisaient également par différents stades de développement économique. Les auteurs de la Déclaration, eux-mêmes originaires de différentes régions du monde, veillèrent à ce que l’avant-projet prenne en compte ces différentes traditions culturelles et intègre des valeurs communes, inhérentes aux principaux systèmes juridiques et traditions religieuses et philosophiques mondiaux. La Déclaration universelle devait alors devenir l’expression commune d’aspirations mutuelles – une vision collective d’un monde plus équitable et plus juste.


REDACTION DE LA DECLARATION UNIVERSELLE

Les travaux de préparation de la Déclaration universelle des droits de l’homme constituent l’un des premiers exemples de la capacité de l’Organisation à obtenir une coopération et un consensus international. Ce texte a été rédigé en l’espace de deux ans – entre janvier 1947, date à laquelle la Commission des droits de l’homme a tenu sa première réunion de préparation de la Charte internationale des droits de l’homme, et décembre 1948, date de l’adoption de la Déclaration internationale par l’Assemblée générale.


Le texte préliminaire de la Déclaration universelle a été préparé par un Comité de rédaction composé de huit membres. Ce comité présidé par Mme Eleanor Roosevelt, veuve de l’ancien président des Etats-Unis, s’est accordé à reconnaître qu’il était essentiel d’affirmer le respect universel des droits de l’homme et des libertés fondamentales, et notamment des principes de non-discrimination et des droits civils et politiques, ainsi que des droits sociaux, culturels et économiques. Avant de le soumettre à l’Assemblée générale, la Commission a ensuite remanié l’avant-projet de déclaration, en tenant compte des commentaires des Etats Membres.


L’Assemblée générale a, à son tour, examiné dans les moindres détails ce document, ce qui a en tout donné lieu à 1 400 votes des 58 Etats Membres, portant sur quasiment tous les termes et toutes les dispositions du texte. De nombreux débats ont eu lieu. Certains Etats islamiques se déclaraient par exemple opposés aux articles stipulant l’égalité des droits devant le mariage et le droit de changer de croyance religieuse, tandis que plusieurs pays occidentaux critiquaient l’inclusion des droits économiques, sociaux et culturels. Le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l’unanimité la Déclaration universelle des droits de l’homme, avec huit abstentions. Depuis, la Journée internationale des droits de l’homme est célébrée dans le monde entier le 10 décembre.


Droits de l'Homme
Droits de l’Homme


UN IDEAL COMMUN

L’adoption de la Déclaration a tout de suite été saluée comme un véritable triomphe, né de l’intégration de régimes politiques, de systèmes religieux et de traditions culturelles très divers, voire contradictoires. Pour la première fois dans l’histoire, la communauté internationale a adopté un document considéré comme ayant une valeur universelle – « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations ». En estimant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, le Préambule reconnaît l’importance pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales d’un cadre juridique relatif aux droits de l’homme.


Développant l’objectif déclaré de la Charte des Nations Unies – favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande – la Déclaration attache autant d’importance aux droits économiques, sociaux et culturels qu’aux droits civils et aux libertés politiques et leur accorde le même degré de protection. La Déclaration a inspiré plus de 60 instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, qui, ensemble, forment un vaste système de traités juridiquement contraignants en matière de promotion et de défense des droits de l’homme.


L’acceptation quasi-universelle de la Déclaration témoigne du succès de cette entreprise. A l’heure actuelle, la Déclaration universelle, traduite en près de 250 langues nationales et vernaculaires, est le document relatif aux droits de l’homme le mieux connu et le plus souvent cité du monde. Fondement de la législation internationale en matière de droits de l’homme, la Déclaration universelle sert de modèle à de nombreux traités et déclarations internationales et est reprise par les constitutions et les lois d’un grand nombre de pays.


Source : Les Droits de l’homme aujourd’hui: Une priorité des Nations Unies (Documents d’information des Nations Unies – Département de l’information)


www.buddhachannel.tv

Previous articlePlan d’action pour la mise en oeuvre de la déclaration universelle sur la diversité culturelle
Next articleDéclaration universelle des droits de l’homme