Accueil Espace Bouddhiste Alimentation Quand les Agriculteurs disent Non aux OGM

Quand les Agriculteurs disent Non aux OGM

10
0

QUAND LES AGRICULTEURS DISENT NON AUX OGM


06/03/2008



non_ogm.jpgAprès consultation des 26 000 adhérents de la coopérative Terrena, cette dernière, l’une des plus importantes en France a décidé de renoncer aux organismes génétiquement modifiés (OGM) jusqu’en 2009. Les agriculteurs de la coopérative Terrena viennent en effet de renoncer à l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM), et ce jusqu’en 2009.



Selon les résultats de la consultation des agriculteurs de Terrena, 3 100 d’entre eux se disent prudents sur les OGM, et demandent des changements dans les pratiques agricoles.



Suite à cette enquête sur les OGM, Terrena annonce qu’elle s’impliquera dans la recherche sur les biotechnologies, mais qu’elle ne commercialisera pas de semences OGM à ses adhérents en 2008 et 2009.



En effet, si la majorité des agriculteurs ne refuse pas le principe des OGM, la grande majorité demande à leur coopérative de ne pas s’engager dans ces cultures maintenant. 19 % des adhérents de Terrena sont absolument contre les OGM et 4% des adhérents de Terrena sont absolument pour les OGM. 77 % des 26 000 adhérents de la coopérative se retrouvent sur des attitudes plus nuancées. 61 % des adhérents de Terrena souhaitent le maintien d’un moratoire sur les cultures d’OGM en plein champ le temps que la recherche avance et 68% demandent à leur coopérative de ne pas commercialiser de semences OGM maintenant.



En conséquence, Terrena décide de ne pas commercialiser de semences OGM à ses adhérents en 2008 et 2009, « même si la loi l’autorise, et de renouveler cet engagement au-delà si les conditions d’une cohabitation pacifiée de ces cultures avec le reste de l’agriculture ne sont pas réunies. »



De plus, 70% des adhérents de Terrena pensent qu’il est indispensable de maintenir un approvisionnement en soja non OGM pour la nutrition animale. En conséquence, Terrena « décide de maintenir autant qu’il sera possible et aussi longtemps que l’offre existera dans les pays producteurs, une offre en soja non OGM pour la nutrition animale. »



De plus, Terrena s’est fixé comme objectif de réduire l’usage des phytosanitaires de 50% en 10 ans 46 % des adhérents pensent tenable l’objectif de 50% de réduction de l’usage des phytosanitaires en 10 ans. 84 % des répondants sont favorables à ce que leur coopérative leur propose des solutions alternatives crédibles à l’usage des phytosanitaires.



Enfin, en matière de consommation énergétique, d’économie d’énergie et de production d’énergies alternatives, Terrena proposera à ses 26 000 adhérents une offre « bilan énergétique » leur permettant d’agir sur leurs exploitations et développera le photovoltaïque sur les exploitations, mais aussi l’agriculture biologique.



Pour la coopérative, résolument tournée vers un avenir de production plus doux pour l’environnement, « l’agriculture devra concilier la préservation des écosystèmes agricoles par une approche écologique avec un haut niveau de productivité pour répondre à la demande de biens alimentaires. Cela passe par une relance de l’innovation technique et de la recherche ainsi que par un retour aux fondamentaux de l’agronomie. »



Avec un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros et 12600 salariés, le groupe coopératif Terrena est l’un des acteurs majeurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire sur son territoire.



Par Pierre Melquiot


Source : www.Actualités-News-Environnement.com->

Previous articleDécouvrez la musique sacrée Dhrupad avec Sayeeduddin Dagar
Next articleIdée Lecture – Et si on s’arrêtait un peu de manger!