Accueil Billet du jour Le Pardon

Le Pardon

6
3

Le Pardon

excuse-me.gif

Quand vous pardonnez, vous vous libérez de votre propre ombre intérieure,

et vous libérez l’autre de son ego ombragé.

Et parce qu’il faut toujours tendre vers la lumière,

Et parce qu’il faut toujours être et agir au monde

comme un fils de Dieu conscient de sa dignité et de sa grandeur.

Il faut savoir pardonner,

Car le pardon est la réponse de la lumière devant la manifestation de l’ombre,

Et le pardon est comme un insigne royal apposé sur votre coeur,

Et cet insigne brillera chaque fois que vous pardonnerez,

Et de leur demeure céleste, même les anges en verront l’éclat.

Pardonnez,

comme la terre pardonne à l’éclair

quand il frappe avec aveuglement sur les flancs d’une montagne protectrice

ou sur le torse d’un cèdre millénaire.

Pardonnez,

comme l’hirondelle pardonne à la grêle

quand elle s’abat comme un intrus

sur les ébats joyeux des messagers du printemps.

Et pardonnez encore,

comme le majestueux hibou aux yeux cernés d’or pardonne au soleil

lorsqu’il dissipe le règne de la nuit

et repousse tous les seigneurs qui voient de la lumière dans le drap opaque du soir.

L’ombre a-t-elle jamais été pourvue d’intelligence ?

La ténèbre a-t-elle jamais été habitée par la sagesse ?

Et comme vous pardonnez à un albatros maladroit qui se cogne contre votre épaule,

Parce que ses yeux pensaient déjà au large tandis que ses ailes décollaient à peine du quai,

Et comme vous pardonnez à la taupe aveugle

qui grignote un peu de votre lanière en pensant se délecter d’une racine de betterave,

De même vous devez pardonner à votre prochain,

Car tout mal que l’homme peut faire n’est jamais que le fait de son ombre,

Et jamais l’expression de son être spirituel.

Le pardon délie les entraves de l’ombre et donne un élan accru

afin que le coeur s’envole et poursuive son voyage divin.

Et si vous cherchez en vous la force de pardonner et que vous ne la trouvez pas,

Alors souvenez-vous de ce que vous êtes :

Une âme immortelle à laquelle rien ne peut nuire, et que l’amour seul peut grandir.

Et si vous voulez faire chaque jour un pas vers la lumière et un pas dans la lumière,

Alors laissez votre amour accorder à tous un pardon total et permanent,

Car le pardon ouvre un espace grand comme l’univers,

Et détruit ces tentacules de l’ombre qui n’ont de cesse d’entraver

la conscience dans son ascension vers l’état de réalisation solaire.

Vous êtes un soleil immortel,

et l’ombre est comme une éclaboussure éjectée d’une petite flaque d’eau

agitée par les désirs et les réactions de la personnalité,

Et comment cette éclaboussure minuscule pourra-t-elle amoindrir l’intensité du soleil,

et en corrompre la pureté ?

Avant même que rien ne soit fait,

la chaleur du soleil aura séché la petite flaque,

Et il ne restera de l’ombre qu’une poussière sèche et une crevasse vide.

Que votre amour soit fort,

et votre ombre reculera,

et elle disparaîtra complètement au jour de votre Éveil solaire.

Mais si vous vous détournez de l’amour,

C’est comme un sable mouvant qui engloutit un passereau imprudent

Que l’ombre se saisira de votre personnalité

et l’habillera d’un vêtement d’aigreurs et d’irritations.

Mais même lorsque l’ombre aura tout recouvert en vous,

Il suffira d’une pulsation de votre coeur

pour déchirer le voile des ténèbres et faire jaillir la lumière.

source jepensedoncjesuis




Previous articleHistoire du Bhoutan
Next articleCD — Spiritualité, de FuzZ2

3 Commentaires

  1. Le Pardon
    La vie nous sert cette épreuve : pardonner les trahisons et autres injures qui s’accrochent griffues. Difficile de voir cette autre là, ici et son l’insulte qui fouette et blesse. Les êtres subliment disent de ne voir là dedans qu’une inconsistance, c’est le tendre l’autre joue, c’est l’équanimité profonde. Il y a un moyen intermédiaire enseigné par les Amérindiens. Considérer chaque respirations comme vivre et mourir. J’inspire, je vis ; j’expire, je meurs et en même temps je lâche le souvenir pour entrer totalement dans cet espace qui s’intercale entre l’inspire et l’expire. Ici, ni le passé et sa mémoire, ni le futur et sa vendetta n’existe.

  2. Le Pardon
    Pour avoir fait une thérapie et de l’accompagnement aux mourants, j’ai observé qu’il n’y avait pas de pardon sans travail sur l’histoire.

    Le pardon n’est pas un déni du passé, du présent ou du futur, qui permet, outre de s’anesthésier provisoirement, de s’auto-congratuler en plus de grandeur d’âme. Je ne dis pas cela pour vous Flora, je ne comprends pas clairement votre méthode, et si elle convient à votre personnalité et à votre histoire, tant mieux.

    Le travail sur l’histoire implique l’analyse, l’introspection, et l’acceptation de la part d’ombre qui est en soi afin de pouvoir se soigner. Cette part d’ombre qui projette toujours le mal sur l’autre, la blanche innocence sur soi-même, qui nous déresponsabilise, nous enchaîne dans des processus de souffrance répétitifs, et qui nous éloigne de la paix intérieure.

    • Le Pardon
      Cher Jean, merci pour votre remarque. Lorsque je parle d’entrer dans le présent entre l’inspire et l’expire, c’est une méthode. Personnellement, avant de pouvoir y accéder, j’ai eu une pratique de trois heures par jour et pendant trois années de lecture des images psychiques retenues par mon corps d’émotion. C’est un travail très minutieux qui a pour base ce qui est nommé Récapitulation où ces images libèrent l’énergie qu’elles retenaient et le Pardon ne trouve plus ni sujet, ni objet ; rien n’est à pardonner parce qu’il n’y a aucune offense ni offensé. Cette technique est utilisée en chamanisme pour éviter de s’approprier le Je de l’autre ; des guérisseurs l’utilisent aussi. Et puis, j’ai été le disciple de mon frère Hunka qui avait cette pratique d’entrer dans le présent qui accompagne les rituels des cérémonies amérindiennes. Les chamans disent devenir un petit os creux qui respire seulement et sans appropriation.

Comments are closed.