Accueil Espace Bouddhiste Société Et pourquoi pas un rabbin ventriloque ?

Et pourquoi pas un rabbin ventriloque ?

23
0

p1-6.jpg« Jé-Jé-Jé-sus-sus-sus-sus TCHAK-TAK- TCHAK-TAK est-est-est-est-est-est ZWUIIIIIIIII- ZWUIIIIIIIII aaaaaaaaa mour-mour-mour-mour-mour !!!! ». Ce sera la mégateuf, samedi 19 octobre, de 20h30 à minuit, à Cambrai, dans la salle de la Maison de quartier Amérique transformée en « Christothèque » (comprendre Christ + discothèque). Aux platines, le père Robert Wrona, qui officera sous son nom de scène, DJ Padre Robert. La christothèque, ou « teuf de Dieu », comme préfère dire DJ Padre Robert est « un phénomène en plein essor depuis une dizaine d’années au Brésil, un mélange aussi audacieux que réussi de rythmes électro et de catéchèse. Là-bas, ces soirées de musique électronique catholiques ont pour vocation de capter les jeunes attirés par les mouvements évangéliques ou éloignés de l’Eglise. Ces fêtes sont organisées dans des salles paroissiales, des cours d’églises ou des discothèques spécialement louées » nous apprend La Voix du Nord.

DJ Padre Robert est un ancien musicien techno qui a découvert Dieu à 24 ans. Il abandonne alors le monde de la musique et entre dans une communauté religieuse, monastique, à Fréjus (Var). Mais dix ans après s’être éloigné des platines, il y revient. Il mixe à nouveau, mais désormais « seulement à partir de musiques chrétiennes, faites pour Dieu par des gens amoureux de Dieu… Et ça change tout … ». Avec la techno, « comme la guitare, le grégorien ou le gospel, nous utilisons le son électro pour louer Dieu, dans des teufs de Dieu ».

p2-6.jpgUn qui part, un qui arrive. Dans le même temps, à Bassillac, en Dordogne, un moine bouddhiste se forme aux premiers secours. Le 12 août, Rigzin Dorjee Tamu a plié bagages et quitté son monastère bouddhiste, de Kalimpong dans l’Himalaya. Après un long voyage, il est arrivé dans le Périgord le 4 septembre à l’invitation d’un couple d’infirmiers libéraux convertis au bouddhisme. Chaque jour, Rigzin Dorjee Tamu étudie l’anatomie et s’initie à la pose d’un pansement ou d’un bandage, apprend à utiliser un tensiomètre, à nettoyer une plaie comme à gérer une gastrite ou une forte température. Le moine bouddhiste complétera bientôt sa formation en apprenant les gestes qui sauvent auprès de la Croix-Rouge, ce qui lui permettra d’obtenir une attestation de prévention et secours civiques. Il retournera dans son monastère himalayen où un nouveau bâtiment prendra bientôt pied dans l’enceinte monastique qui accueillera, outre des bureaux, une infirmerie.


Lire la suite sur : www.fait-religieux.com




Previous articleLa parution de « Les Contes de Momo Belmo »
Next articleLa pollution de l’air directement impliquée dans les cancers, selon l’OMS