Accueil Espace Bouddhiste Société La religion au secours des athlètes égarés

La religion au secours des athlètes égarés

8
0

LONDRES 2012 — Durant toute la quinzaine des Jeux, les athlètes, croyants ou non, peuvent trouver une oreille attentive et du soutien auprès des aumôniers du village olympique.


La gymnaste brésilienne Ethiene Cristina Gonser Franco
La gymnaste brésilienne Ethiene Cristina Gonser Franco
Elus parmi des milliers pour participer aux Jeux olympiques 2012, les athlètes présents à Londres vont tous vivre l’euphorie initiale, puis la haute pression de la compétition qui se mue finalement en bonheur extrême pour les uns et en désillusion pour les autres. Résumé succinct d’émotions indicibles, de sentiments violents que chacun devra gérer dans son for intérieur. Mais pas forcément seul.


45 aumôniers


Quelque quarante-cinq aumôniers, représentants des cinq grandes religions [ndlr : Islam, Bouddhisme, Christianisme, hindouisme et Judaïsme], se relaient au centre multiconfessionnel du village olympique, pour assurer une permanence quotidienne de 7h à 23h. Croyants comme athées, qu’ils cherchent à renforcer ou retrouver foi en eux, ou pour les musulmans, à gérer au plus près de leur conscience cette période de ramadan, les sportifs peuvent y trouver «un soutien spirituel et bénéficier de conseils personnels en toute confidentialité, mais également assister aux offices religieux (messe, culte protestant, lecture biblique, prière, méditation, etc.)», comme mentionne un article de la feuille «Village Life».



Lire la suite sur www.lematin.ch




Previous articleDes statues bénies au centre tibétain de Plouray
Next articleZem — Simplicité de vie