Accueil Espace Bouddhiste Société La révolte muette des Ouïgours

La révolte muette des Ouïgours

7
2

L’ancienne cité de Kashgar s’effondre face aux bulldozers de l’Empire chinois. Les Ouïgours déplorent cette démolition sous haute surveillance militaire. Certains deviennent figurants dans leur quartier transformé en site typique pour les touristes.

Les ouïgours
Les ouïgours

On dirait la guerre, un tremblement de terre. Parmi les maisons effondrées, dans le silence de la poussière, quelques Ouïgours tentent de revendre des briques, des poutres, une porte sculptée. Kashgar fut une fabuleuse oasis à la croisée des routes de la soie. À l’ouest, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Afghanistan et Pakistan. À l’est, la Chine immense. Distant de 4 000 km, Beijing impose cependant son heure unique et la frénésie de ses urbanistes. Les expulsés seront relogés dans une banlieue lointaine. Ils devront oublier les moutons élevés dans la remise et leur vie familiale dans la cour commune autour du figuier.

3-6.jpg

Destruction massive

Depuis des mois, pelleteuses et bulldozers déblaient la ville ancienne. Déjà s’élèvent des magasins, hôtels pour hommes d’affaires et touristes, immeubles éclairés la nuit de couleurs tonitruantes et changeantes, des jardins où chaque arbre s’illumine d’un vigoureux spot vert. Une grande roue de fête foraine se moque de la vieille ville. Les échoppes d’herboristes, de luthiers, de boulangers et de grilleurs de brochettes laissent place à des buildings résidentiels bardés de climatiseurs, à des magasins de vêtements, de rétroviseurs ou de bassines en plastique. Même modernité que dans les autres villes de Chine. Seule concession à la typicité locale, des constructions neuves d’allure islamisante sont érigées, pour rassurer le touriste.

8.jpg

Répression militaire

Ce n’est pas la guerre, mais cela y ressemble. Des colonnes de militaires quadrillent les rues et leurs cris d’entrainement rythment les heures. La « paix chinoise » domine la ville. L’Empire ne veut pas revoir les émeutes du 5 juillet 2009 entre Ouïgours et Hans, dans cette « région autonome » du Xinjiang. Pendant dix mois, la ville fut interdite aux étrangers, le téléphone et Internet suspendus. « Un camp de concentration à ciel ouvert », s’insurge l’opposante Rebiya Kadeer exilée aux États-Unis. Comme au Tibet, les Chinois sont persuadés d’offrir le développement économique, des logements modernes, iPhone et wifi. Les bénéfices issus de leurs exportations dans le monde entier financent ces énormes investissements dans les autoroutes, l’exploitation des ressources naturelles, du pétrole et des minerais, l’agriculture. L’eau des montagnes irrigue à pleins canaux le désert du Taklamakan.

9-3.jpg

La Chine à la conquête de son far-west

Dans une Chine qui rêve d’être les États-Unis du XXIe siècle, les Ouïghours se retrouvent figurants indigènes. Pour 4 €, le touriste visite une zone rénovée de l’ancienne cité. Les Ouïgours qui laissent leur maison ouverte reçoivent 40 € par an de l’entreprise pékinoise concessionnaire du site. Dans cette réserve urbaine, les Chinois adorent se photographier avec des autochtones en costume traditionnel, ou poser sur le chameau face à la mosquée Aid Kah, réputée la plus grande d’Asie.

« Nihao !»[[Nihao : « bonjour » en chinois]] C’est désormais dans la langue de Mao que les enfants ouïgours du « quartier typique » saluent ces touristes qui goûtent à l’exotisme du Xinjiang ou du Tibet. Mais dans le regard des Ouïgours de Kashgar, on lit cette infinie tristesse de ne pouvoir préserver leur cité et leur culture de la démolition, leur impuissance face à la modernité de la Chine, ses usines, ses écrans géants et ses publicités souriantes.

Julienne Nezan, Kashgar, été 2010

10.jpg

11-2.jpg

12.jpg

13.jpg

14.jpg

15-3.jpg

16.jpg

17-2.jpg

18.jpg

19.jpg

20-2.jpg

21-2.jpg

22.jpg

23-2.jpg

24.jpg

25-3.jpg

27-2.jpg

28-2.jpg

29-3.jpg

30-3.jpg

Textes et photographies : Julienne Nezan, Kashgar, été 2010

julienne.nezan@gmail.com

Pour plus de photographies, cliquez ici.

Previous articleZem — Neige
Next articlePoème de RayOn d’Espoiir

2 Commentaires

  1. La révolte muette des Ouïgours
    Ce qui est oublié dans cet article :
    Depuis 1961, la Chine a fait exploser quarante-six bombes nucléaires sur le site de Lop Nor au Xinjiang. Les retombées radioactives ont créé en trente-cinq ans un désastre écologique, polluant les sols, l’eau, les plantes et la nourriture, ce qui aurait entraîné la mort de 200 000 personnes selon les dires des opposants ouïghours.
    La Chiney a construit ses plus grands camps de travail forcé (Laogai) au Xinjiang, y faisant venir des criminels de toute la Chine. Chaque année des dizaines de criminels parviennent à s’évader et se déchaînent sur les villages environnants. Tous les criminels sont contraints de s’installer au Turkestan oriental après avoir purgé leur peine. (Source Wikipédia)

  2. La révolte muette des Ouïgours
    Bonjour
    Vos photos sont superbes mais ce qu’elles font voir est dramatique !
    Merci encore.
    Cordialement à vous.
    Patrick Simon

Comments are closed.