Accueil Espace Bouddhiste Société Toujours plus de Suisses se distancent de la religion

Toujours plus de Suisses se distancent de la religion

16
0

29.03.2011


eglise-protestante.jpgUne grande majorité des Suisses entretient un rapport distant à la religion chrétienne et à la spiritualité. Ils estiment toutefois que les deux Eglises nationales jouent un rôle important auprès des personnes socialement défavorisées. Un quart de la population se dit sans confession.


Telle est la conclusion d’une étude menée dans le cadre du Programme de recherche « Collectivités religieuses, Etat et société », communique mardi le Fonds national de la recherche scientifique (FNS). Le rapport de la population helvétique à la religion n’est pas indifférent ou négatif, mais distant, soulignent les chercheurs: la plupart ne croient pas en rien.


Selon cette enquête, la part de chrétiens a continué de diminuer ces dernières années: 32% des habitants de Suisse sont protestants, 31% catholiques et 12% adeptes de religions non chrétiennes.


Sans confession


La mutation la plus importante a eu lieu du côté des personnes sans confession: elles constituent désormais 25% de la population. Même sans confession, elles peuvent par exemple croire en Dieu ou pratiquer une spiritualité alternative.


Les chercheurs distinguent quatre types de religiosité chez les Suisses: les distants (64%), les institutionnels (17%), les laïcs (10%) et les alternatifs (9%). Ces dernières décennies, le groupe formé par les institutionnels a fortement diminué. La proportion d’alternatifs n’a guère évolué, alors que les distants et les laïcs sont aujourd’hui plus nombreux.


Les distants, dont le nombre va probablement encore augmenter, disposent de représentations religieuses et spirituelles, mais elles ne jouent pas un rôle important dans leur vie et ils ne les activent que dans des situations exceptionnelles.


Appartenance peu importante


La plupart sont membres de l’Eglise catholique ou protestante et s’acquittent d’impôts ecclésiastiques, mais leur appartenance confessionnelle ne leur paraît pas importante. Ils se montrent également distants par rapport aux formes alternatives de religiosité, ainsi que vis-à-vis des personnes hostiles à la religion.



Source : Romandie News

Previous articleSondage — Hommes et femmes dans la religion
Next articleExposition – Nantais venus d’ailleurs