Accueil Billet du jour Les êtres inanimés savent-ils faire un sermon ?

Les êtres inanimés savent-ils faire un sermon ?

7
0

Cette question fut posé au Maître National Nangyang Huizhong:

Les êtres inanimés savent-ils faire un sermon?


Le sixième patriarche Houei-neng qui est à la racine de l’école chan du Sud, eut un nombre considérable d’auditeurs et de disciples ; cinq d’entres-eux sont remarquables :


Yongjia Xuanjue ; Nanyue Huairang ; Quigyuan Xingsi ; Heze Shenhui désigné pour être le septième patriarche et :


dico-bouddhisme.jpgNangyang Huizhong ou Nan’yo Echu ; Houei-chong de Nan-Yang (675-775) qui obtint de son vivant le titre de Maitre National, il avait 85 ans.


Dans son dictionnaire du Bouddhisme, Philippe Cornu retrace sa biographie :

« Il est dit que jusqu’à l’âge de 16 ans, Houei-chong n’avait jamais prononcé un mot ni même traversé le pont situé devant sa maison. Mais un jour, un maître Chan s’avançant sur ce pont, Houei-chong se précipita à sa rencontre pour lui demander de lui conférer l’ordination. Ce moine l’envoya directement voir Houei-neng à Caoqi. Non seulement Houei-neng le reçu avec bienveillance mais il lui fut très attentif en déclarant qu’il serait un Bouddha seul au monde ».


En 713, alors que Houei-neng n’est plus, Houei-chong se retire 40 années sur le Baiyashan à Nanyang, dont il prend le nom. Mais sa renommée fait que l’empereur Suzong 肃宗 (Li Heng 李亨 711-762) le demande à sa cour : Houei-chong de Nanyang a déjà 85 ans. Obligé de se rendre aux ordres de son empereur, il devient son percepteur spirituel avec le titre de Maitre National. Il fut vénéré de tous pour sa douceur et sa sagesse; lorsque la vie quitta son corps il était déjà centenaire.


Un moine demanda au Maître National :

‒ Les êtres inanimés savent-ils faire un sermon ?

‒ Ils prêchent nettement sans arrêt.

‒ Pourquoi je ne l’entends pas ?

‒ Toi, tu n’entends pas : cela n’empêche pas les autres d’écouter.

‒ Je ne vois pas qui pourrait les écouter.

‒ Des saints le peuvent.

‒ Percepteur, ce sermon vous pouvez l’écouter?

‒ Je ne peux pas l’écouter.

‒ Vous ne pouvez pas l’écouter ! Mais alors, comment osez-vous dire que les êtres inanimés savent faire un sermon ?

‒ Heureusement que je ne l’écoute pas ! Si je l’écoutais, je serais l’égal des saints et tu n’écouterais pas mon sermon.

‒ Si c’est comme ça, les êtres vivants ne peuvent pas l’entendre.

‒ Mon prêche est pour eux, il n’est pas pour les saints.

‒ Et comment seront les êtres vivants après avoir écouté le sermon des êtres inanimés ?

‒ Ils ne seront plus des êtres vivants.


Ce même dialogue sera déterminant pour Tozan Ryokai fondateur de l’école Soto Zen qui se rattache à caodong (曹洞宗) fondé par Dongshan Liangjie (洞山良价 Tōzan Ryōkai en japonais ; 38ème Patriarche, 11ème depuis Bodhidharma. Tozan Ryokai composa Hôkyôzanmai – Le Recueillement accompli dit Miroir précieux et les Stances des Cinq Rangs de Mérite.

Voir Philippe Cornu, Le Dictionnaire du Bouddhisme page 139.


Tozan s’en alla trouver Isan, pour l’interroger sur le sermon prononcé par les êtres inanimés.

Isan lui répondit : « Je ne pourrais jamais vous en parler avec la bouche que m’ont donnée mes parents », et il conseilla à Tozan d’aller chez Ungan Donjo.
Tozan reprit la route et, dès son arrivée chez Ungan, il lui demanda :

‒ « Qui peut entendre les êtres inanimés exposer la loi ? »


Réponse d’Ungan :

‒ « Seuls les êtres inanimés peuvent entendre »

‒ « Et pourquoi pas moi ? »


Ungan brandit son hossu : « Entendez-vous ? »

‒ « Non. »

‒ « Si vous n’entendez même pas mon sermon, comment espérer entendre celui des êtres inanimés ? Les ruisseaux, les oiseaux et les arbres chantent tous le Bouddha et le dharma. »


Satisfait de la réponse de Ungan, Tozan composa un poème :


Merveille ! Ô merveille !

Le sermon des êtres inanimés

Est la vérité éternelle.

On ne peut l’entendre avec les oreilles

C’est avec l’œil qu’il faut l’écouter.


« Ecoutez avec l’œil, mais ce n’est pas avec vos yeux. Cet œil là est celui de la claire vision qui s’ouvre dans le silence de votre méditation. Entrez dans le silence, comme un œil s’ouvre et le monde entier parle, il chante et son et lumière : un silence plein à raz bord ».


Et Dôgen de dire : « le sermon des êtres inanimés est un chapitre intégral des pensées du Bouddha et des Patriarches….Eux seuls l’approfondissent ».



Voir en ligne :

www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article20017
www.zen-deshimaru.com
awakeningtoreality.blogspot.com
jacques.prestreau.pagesperso-orange.fr
www.kaihan.com

Previous articleUne relique exposée au Musée de Nanjing
Next articleTantrisme : Spiritualité, Magie et Délicatesse