Accueil Espace Bouddhiste Société 913 jours depuis l’emprisonnement d’U Gambira

913 jours depuis l’emprisonnement d’U Gambira

57
0

birman-monk432.jpg

Le 4 novembre 2007, les autorités birmanes arrêtaient U Gambira, 28 ans, l’une des figures emblématiques de cette « Révolution Safran » qui venait d’embraser la Birmanie et l’opinion internationale, avant d’être violemment étouffée par les autorités.

Ce jour là même, le Washington Post publiait un article que le moine avait rédigé alors qu’il se cachait, traqué par les autorités, et dans lequel on pouvait lire :


« Le recours du régime aux arrestations de masse, au meurtre, à la torture ou à l’emprisonnement n’ont pas réussi à anéantir notre désir de retrouver la liberté qui nous a été volée il y a tant d’années.

« Nous sommes non-violents, mais nos dos sont faits d’acier. C’est un point de non-retour. Cela importe peu que ma vie ou celle de mes frères soient sacrifiées pendant ce parcours. D’autres rempliront nos sandales, et plus encore les rejoindront et les suivront. »

Pour son combat non violent inscrit dans la lignée de celui de la « Dame de Rangoon », U Gambira a été condamné en novembre 2008 à 68 ans de prison. Il a été privé de soins médicaux et soumis à des actes de torture et à d’autres formes de traitements inhumains. Il fait partie des quelques 2 200 prisonniers politiques qui croupissent en ce moment dans les geôles birmanes, des 137 dont l’état de santé est grave, et des 243 religieux encore emprisonnés.

Les moines birmans, compagnons au sens étymologique d’une population toujours plus exploitée, violentée et misérable, sont l’objet d’une surveillance constante de la part des autorités, qui redoutent encore leur implication dans des troubles sociaux dont l’éruption menace à tout moment, malgré la chape d’une redoutable répression, et en dépit du simulacre d’élections à venir.

Cela fait aujourd’hui 913 jours que la marche pacifique d’Ashin Gambira pour la Libération du peuple birman se poursuit au fond d’un cachot.

N’oublions pas la Birmanie.


Sophie Alvarez, pour Buddhachannel.

Sources et compléments d’information :
Assistance Association for Political Prisoners (Burma)
Plaidoirie pour le moine U Gambira, Mémorial de Caen
Amnesty International
-La Croix, 20/04/2010 : En Birmanie, les moines résistent toujours.

Previous articleExpo pour les 10 ans de l’Association Rigzen Zanskar
Next articleMai 2010 — Le Journal des Sanghas