Accueil Espace Bouddhiste Livres USA – L’Encyclopédie des Racines Religieuses de l’Amour

USA – L’Encyclopédie des Racines Religieuses de l’Amour

25
0

UNE ENCYCLOPÉDIE PASSE EN REVUE LES RACINES RELIGIEUSES DE L’AMOUR [[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]



02/03/2008



Love_in_World_Religions_couverture.jpgEncyclopédie de l’Amour. Le titre seul résonne comme un passeport pour Oprah ou The View [[Célèbres talk-shows américains à l’audimat largement féminin]].



Mais ce nouvel ouvrage de référence, pourvu d’illustrations et publié par le professeur Yudit Kornberg Greenberg du Rollins College, est plus œcuménique que piquant.



Le titre intégral, The Encyclopedia of Love in World Religions, le rend presque pondéré.



Mais avec près de 300 entrées « d’Adultère à Yoga », Mme Greenberg affirme que les lecteurs ont ici toutes les raisons de se laisser tenter.



Les entrées de 200 chercheurs internationaux s’équilibrent grosso modo entre « la dichotomie de l’amour spirituel et l’amour physique » et comprennent de 800 à 3000 mots chacun. Cinq traitent de l’adultère dans les différentes traditions. Un nombre égal explore la beauté. On y trouvera des sections sur l’homosexualité et le célibat ; l’extase et la pureté ; côtoyant la charité, le pardon et l’amour filial.



Mme Greenberg, âgée de 57 ans, explique que le bouquin s’adresse à « quiconque est curieux de la manière dont l’amour est exprimé dans la religion, de son aspect le plus banal et trivial à son aspect le plus sublime ».



Il est, précise t-elle dans sa préface, « le premier travail de référence à proposer un portrait compréhensif de l’amour dans le contexte de la littérature classique et contemporaine du Judaïsme, de la Chrétienté, de l’Islam, du Bouddhisme, de l’Hindouisme et d’autres cultures et philosophies ».



Yudit_Greenberg_selection.jpg

« En ces temps de violence et de haine, de vérités suprêmes proclamées, la métaphore et le concept d’amour dans les religions du monde est une thématique primordiale ».



Son approche est multidisciplinaire et interculturelle. Et selon l’auteure, le timing du bouquin est crucial.



« Nous sommes dans une période tellement importante de notre histoire » explique t-elle. « En ces temps de violence et de haine, de vérités suprêmes proclamées, la métaphore et le concept de l’amour dans les religions du monde est une thématique primordiale ».



Les travaux classiques en littérature religieuse – Song of Songs, Gita Govinda et, oui, le Kama Sutra – ont leurs propres entrées.



Son critère de choix pour les photos est que celles-ci ne doivent pas être trop dangereuses : « illustratives mais pas offensives ».



L’encyclopédie est un ouvrage classique, et compréhensif de référence, et Mme Greenberg « un esprit brillant et visionnaire », assure Stephen Post, professeur de bioéthique à la Case Western Reserve School of Medicine à Cleveland.



Lors de sa conférence de printemps à l’ American Academy of Religion, M. Post a déclaré au sujet de l’ouvrage, qu’il était « une base formidable pour n’importe quel chercheur ».



Il « sert à centrer notre attention sur les sous-œuvre de l’amour dans les religions du monde, dans tous ses aspects, de l’immatériel au pratique ».



Le bouquin a un goût prononcé de Floride du Centre, en commençant par la contribution de Patricia Ambinder, activiste de la première heure de la communauté d’Orlando, ici assistante de recherche de Mme Greenberg. Mme Greenberg a elle-même rédigé 10 entrées. Parmi les contributeurs, on compte également quatre autres membres de la faculté de Rollins, appartenant au département de philosophie et religion : Mario d’Amato (Buddha), Thomas Cook (Intellectual Love of God), Scott Rubarth (Platonic Love) et Eric Smaw (Martin Luther King’s Beloved Community). On compte également une entrée de Jean Downey, chercheur indépendant de Winter Park.



Nombre des soumissions sont originales, mais certaines – du Pape Benoit XVI, du Dalai Lama et de Rabbi Menachem Mendel Schneerson – sont extraites d’ailleurs.



L’encyclopédie, explique Mme Greenberg, vise les lecteurs « du jeune avancé au chercheur le plus sophistiqué et au spécialiste en religion et philosophie. Il peut aussi bien être utilisé comme un outil de recherche pour une dissertation de lycée ou une thèse, que pour son instruction personnelle. »



A 265$ l’ensemble, l’Encyclopédie de l’Amour vise probablement plus les bibliothèques que les foyers des particuliers. Mais un volume simple prévu en édition de poche, pourrait toucher un plus large public.



Mme Greenberg, native d’Israël, est mariée depuis 30 ans et a deux grands fils. A Rollins, où elle a enseigné pendant 20 ans et où elle officie en tant que directrice du Programme d’Etudes Juives, le cours qui est sa griffe est intitulé « Love, Eros and Religion« .



Le thème de l’amour et la religion a d’abord intrigué Mme Greenberg lorsqu’elle écrivait sa dissertation sur le philosophe juif Franz Rosenzweig à la Graduate Theological Union de Berkeley en Californie.



Il est aussi venu du Vieux Testament.



« Lorsque vous lisez Song of Songs comme le dialogue de l’amour » dit-elle, « la barrière entre l’amour spirituel et l’amour physique s’effondre ».



Mme Greenberg n’en a pas fini avec le sujet. En partie grâce à un don de l’Institute for Research on Unlimited Love, elle a pu achever le travail de son prochain bouquin, The Metaphysics of Desire : Reading Love and Eros in Jewish Thought.



Après toutes ces années, elle est convaincue d’avoir fait le bon choix avec l’amour et la religion comme travail d’une vie.



« J’ai eu beaucoup de chance » dit-elle. « Cela a enrichi ma vie ».



Et d’ajouter : « Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne pense au pouvoir éclairant de l’amour ». Mais je suis aussi consciente de son coté obscure – la jalousie et la convoitise et leurs remèdes sous la forme du pardon, du sacrifice et de l’altruisme.



« L’amour possède toutes ces incroyables oppositions. Il y a beaucoup de souffrance dans l’amour. La haine, c’est quand l’amour tourne au vinaigre. »



Par Mark Pinsky (mpinsky@orlandosentinel.com ou 407-420-5589)




Pour en savoir plus sur The Orlando Sentinel ou pour tout abonnement au journal rendez vous sur www.OrlandoSentinel.com



Copyright (c) 2008, The Orlando Sentinel, Fla.

Previous articleEntretien avec Jo Cohen – Astrologie védique 5
Next articleSerge Comeau — L’esprit d’Assise dans la vie du dalaï-lama