Accueil Espace Bouddhiste Société Les Femmes Savantes

Les Femmes Savantes

16
0

Au XIXè siècle, on a cherché à tout prix à démontrer l’idée qu’il ne fallait surtout pas éduquer les femmes, en s’appuyant notamment sur la célèbre pièce de Molière Les Femmes Savantes. Et pourtant aujourd’hui les filles réussissent mieux aux concours que les garçons. Petit tour d’horizon :

Les résultats parlent d’eux-mêmes :

  • 82% d’admises au concours externe de la magistrature et 54% au concours interne.
  • 28% d’admises à l’ENA
  • 51% d’admises sur dossier aux départements scientifiques de l’ENS.
  • 47% d’admises au concours de HEC.

Si pour certaines écoles, les garçons trustent encore la majorité des places comme à l’ENA ou à Polytechnique (87% des étudiants sont des garçons), on remarque malgré tout une forte montée en puissance des étudiantes dans les concours les plus prestigieux.

Cette tendance est d’ailleurs bien plus globale : les filles aujourd’hui étudient plus et mieux que les garçons : 58% des étudiants en cycle license, master ou doctorat sont en fait des étudiantes!

Pour expliquer ce phénomène, Christine Guionnet et Erik Neveu dressent plusieurs constats dans leur livre Féminins, Masculins, Sociologie du genre :

  • Les filles consacrent plus de temps au travail scolaire que les garçons, qui ont tendance à davantage sortir.
  • Plus assidues, leurs méthodes de travail sont aussi plus efficaces, elles prennent davantage de notes, demandent plus d’explications et sont donc mieux armées face à la vie étudiante.
Etudiants en amphithéâtre à l'université de Créteil
Etudiants en amphithéâtre à l’université de Créteil

Il reste toutefois d’importantes disparités selon les filières d’après le dernier rapport de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes de l’Assemblée nationale, en particulier concernant les filières technologiques, les classes préparatoires scientifiques ou les IUT.

Cette évolution est un signe extrêmement positif quand à la prise des femmes au sein de notre société qui reste marqué par le sexisme même si il reste aujourd’hui un «plafond de verre» : les femmes sont encore sous-représentées aux postes à très forte responsabilité.

Thomas PRADO pour www.buddhachannel.tv

Previous articleIran — libération de la réalisatrice Mitra Farahani
Next articleLe boom des jardins potagers… et si les dirigeants suivaient le mouvement?