Accueil Espace Bouddhiste Livres Zanan: le journal de l’autre Iran – de Shahla Sherkat

Zanan: le journal de l’autre Iran – de Shahla Sherkat

19
0

Zanan_3.jpg

Zanân : le journal de l’autre Iran Auteur : Shahla Sherkat
Préface : Christian Bromberger
Traducteur : Azita Hempartian
Date de saisie : 21/02/2009
Genre : Documents Essais d’actualité
Editeur : CNRS Editions, Paris, France
Prix : 35.00 € / 229.58 F
ISBN : 978-2-271-06783-8
GENCOD : 9782271067838
Sorti le : 08/01/2009

1979 L’Iman Khomeiny demande la création d’une presse féminine « islamique ». 1992, Shahla Sherkat fonde Zanan, « Femmes « , qui s’impose très vite comme le premier, le plus libre, le plus critique, et le plus détonnant des magazines iraniens. 2009, trente ans après la révolution islamique et le retour de l’Iman Khomeiny, CNRS éditions donne à lire, au public français, cet autre Iran que dévoile Zanan, de A comme Ayatollah à Z comme Zarathoustra, en passant par la société, le droit, l’éducation, mais aussi la mode, le cinéma, la fête.

L’auteur

Shalha_Sherkat.jpgJournaliste et féministe iranienne, Shahla Sherkat est la fondatrice et rédactrice en chef de la revue Zanan. Lauréate de plusieurs prix internationaux sur le journalisme (2004 Louis M. Lyons Award ; 2005 Louis Lyons Award, The Nieman Foundation for Journalism à l’université d’Harvard ; 2005 The Courage in Journalism Award, The International Women’s Media Foundation), elle incarne la libération des femmes en Iran.

Souvent inquiétée par les franges les plus radicales (4 mois de prisons en 2001), Shahla Sherkat a toujours été soutenue par le président réformiste Khatami

Les premières lignes

100 COUPS DE FOUET POUR UN AMOUR INTERDIT !

BOUCLAGE. C’est à mon tour, comme d’habitude, d’accomplir l’ultime tâche : écrire l’ouverture. Et cette fois-ci, c’est encore moins facile.

Je dois me dépêcher.

Je me suis toujours dépêchée. Je suis allée si vite qu’en me retournant je constate qu’il manque vingt ans de ma vie ! J’ai tellement couru que, au début de ma vie, mes pas ne laissent qu’une courbe légère, imperceptible. Je n’ai jamais eu une démarche mesurée. J’ai glissé pendant vingt ans sur la courbe du temps à une vitesse tellement vertigineuse que la poussière de la route recouvre encore mes souvenirs. Et maintenant, je voudrais m’en revenir, étreindre les jours passés, les sentir exister à travers chacune de mes cellules. Hélas ! Le temps ne connaît ni halte ni retour. Comment serait-il possible de passer en revue, en quelques heures, douze années de souvenirs et de difficultés. Me voilà à comprendre pourquoi, pour le diariste, tenir son journal est plus important que l’air qu’il respire.

C’est comme si c’était hier : juin 1991. Après 10 années d’activités dans le magazine Zan-e ruz («La femme d’aujourd’hui») j’ai été remerciée, avec quelques rédac teurs en chef, par le groupe de presse Keyhan pour avoir «soutenu une ligne moderniste, occidentaliste et féministe». Au début, j’étais déprimée, trop triste pour penser sérieusement à sortir Zanân, dont j’avais obtenu l’autorisation de publication grâce à ce sens si féminin, dit-on, de la prévoyance. Zan-e ruz était un môle, mais frêle et fragile, pour la survie duquel je m’étais donnée corps et âme. Je vivais mal cette séparation imposée…

Extrait

« À l’instar du feu sous la cendre, ces mêmes femmes simples, ordinaires, qui étaient négligées par les intellectuelles à l’époque du Chah, ce sont elles qui, aujourd’hui, incarnent le mouvement. Etant sorties des quatre murs de leur maison à la faveur de la révolution, elles ont commencé à se rencontrer et à se raconter dans les files de ravitaillement et ont enfin compris qu’elles ont une histoire, qu’elles sont l’histoire.  »

Presse

« Il est important que la femme prenne sa place dans le monde d’aujourd’hui. Deux conditions sont nécessaires : la prise de conscience des femmes elles-mêmes et l’acceptation par les hommes d’un monde aux valeurs féminines, facteurs de Paix et de respect mutuel. »

Alain Delaporte-Digard pour www.buddhachannel.tv

« Passionant. » AP

« Fondatrice du magazine « Zanân », aujourd’hui interdit de publication, Shahla Sherkat a éveillé la conscience de milliers d’iraniennes qui vivent sous le joug des mollahs. Elle retrace son combat dans un livre bouleversant. » Dalila Kerchouche Madame Figaro

« Le livre souligne cet aspect pluridisciplinaire qui laisse entrevoir une réalité plus nuancée que celle d’un Iran partagé entre le mollah et les pintades de Téhéran. » France Bleu Isère

« Trente ans après la révolution, CNRS éditions donne à lire, au public français, cet autre Iran que dévoile Zanan, de A comme Ayatollah à Z comme Zarahousta, en passant par la guerre, l’embargo, le nucléaire, mais aussi la mode, le cinéma, la fête. » alapage.com

« Une lecture instructive pour découvrir un visage caché de l’Iran. » livres-à-lire.net

« En plus d’être un hommage à la publication mensuelle, il s’agit là surtout d’un témoignage de la vie des femmes iraniennes, qui ont un rôle de plus en plus important et actif dans la société […] Ce livre est un remarquable témoignage de ce bouillonnement de pensées dont ont bénéficié les lectrices (et lecteurs!) durant seize ans […] C’est une oeuvre richement illustrée, à ajouter à nos « petites récréations de la vie », à lire absolument. » froggydelight.com

« Bien davantage qu’un magazine féminin classique, Zanân s’était donné l’ambition d’aborder l’ensemble des questions sociales, juridiques, morales et même sexuelles, relatives à la condition des femmes en Iran […] En février 2008, le gouvernement a décidé de mettre fin à l’aventure, mais CNRS éditions a eu l’excellente idée d’éditer une sélection d’articles richement illustrés, qui offre un apperçu saisissant des questions sociétales agitant l’Iran d’aujourd’hui. » nonfiction.fr

« Ce magnifique ouvrage nous rappelle toute une histoire indissociable de l’histoire du monde, par le petit bout de la lorgnette et des reflexions très actuelles! » Nathalie Zilberman Vallée FM

« Cela prend la forme d’un gros album. Son contenu intrigue, son contenu fascine. Car il raconte les jeux de coulisses qui s’exercent actuellement pour la reconnaissance des femmes, qui sous le règne du Shah, jouissaient d’une très belle liberté. » culturehedbo.com

« La maquette est attractive et les articles passionnants. » Philippe Trétiack Elle

« Shahla Sherkat signale dans un long texte tandis que d’autres plumes iraniennes reviennent photos à l’appui sur le droit des femmes, les expositions, le cinéma, ou la cuisine pour, au final, donner un album qui a valeur de document pour l’Histoire. » Sébastien Faramans La Marseillaise

« Une intéressante ouverture sur un grand pays difficile à bien juger. » Choisir la cause des femmes

« Ce livre est un lien magnifique, à consulter d’urgence pour que, à l’aube du XXIème siècle, ce grand pays ne reste pas un inconnu. » Focus

« C’est cet autre Iran, inconnu, insolite, et , que inattendu, vibrant, vivant, que dévoile « Zanân ». Passionnant. » Le Nouvel Obs

« Zanann’avait pas d’équivalent dans le monde […] Un an après la fermeture de son journal, chômeuse mais toujous combative, Shahla Sherkat offre au public français un florilège de ses plus formidables articles. L’album composé par les éditions du CNRS est un vrai reportage sur dix années en multuiples chapitres aussi chatoyants que déchirants. » Martine Gozlan Marianne

Pour en savoir plus

Etre Femme en Iran – Shahla Sherkat

Vidéo – Le Féminisme Aujourd’hui en Iran

Previous articleVidéo – Le Féminisme Aujourd’hui en Iran
Next articleEtre Femme en Iran – Shahla Sherkat