Accueil Espace Bouddhiste Société La Loi du Silence en Afghanistan

La Loi du Silence en Afghanistan

8
0

POSITION DE LA FEMME EN AFGHANISTAN


Pour une femme, garder la tête haute n’est pas facile en Afghanistan.

Bien que des efforts aient été faits vis-à-vis de sa position dans la société, à la moindre erreur de jugement, à la moindre faille, au moindre mot déplacé, elle redevient cette « petite chose » qu’on intimide et qu’on fait taire.


La député afghane Malalai Joya a payé cher le prix de son statut de femme.

Dans une interview donnée sur une chaîne de télévision privée afghane « Tolo », Malalai Joya a déclaré que le « parlement était pire qu’une étable » et que ses collègues étaient « pire que des ânes et des vaches ».


Ce n’est pas la première fois que la jeune femme âgée de 29 ans ose parler devant son peuple à cœur ouvert et avec honnêteté. Ses propos, en décembre 2003, avaient été critiqués devant la Loya Jirga (assemblée des chefs tribaux) les chefs de guerre afghans.


Ainsi, lundi 21 mai 2007, la jeune député s’est vue suspendue jusqu’à la fin de son mandat, c’est-à-dire jusqu’à 2010, suite à un vote des députés.


Bien que les femmes représentent le tiers du Parlement , aucune n’a le charisme ni le franc-parler de Malalai.


A croire qu’être brillante est plus un poids qu’une qualité en Afghanistan.


Adeline Journet pour www.buddhachannel.tv

Previous articleBirmanie : prières collectives et rafles
Next articleImaginons un éditorial de Montesquieu