Accueil Espace Bouddhiste Solidarité «Prêt à tout» pour le dalaï-lama

«Prêt à tout» pour le dalaï-lama

6
0

Matthieu Ricard habite depuis 40 ans dans l’Himalaya. Il se consacre à la vie monastique, à la préservation de la culture tibétaine et à des projets humanitaires au Tibet.
Matthieu Ricard habite depuis 40 ans dans l’Himalaya. Il se consacre à la vie monastique, à la préservation de la culture tibétaine et à des projets humanitaires au Tibet.
Spécialiste du bouddhisme tibétain et auteur de succès de librairie, le Français Matthieu Ricard descend de son ermitage himalayen neuf mois par année pour servir le dalaï-lama à titre d’interprète français, susciter de l’intérêt pour des projets humanitaires et poursuivre des rencontres avec les scientifiques au sujet de la méditation et du cerveau.

Lorsqu’il se trouve au monastère de Shechen, au Népal, lieu de préservation de l’héritage culturel et spirituel, Matthieu Ricard s’occupe de plusieurs projets culturels et humanitaires, dont la construction d’écoles et de cliniques, qui l’occupent sept jours sur sept, de 7 h à minuit.

Trois mois par année toutefois, il se rend dans son ermitage pour un séjour de vie contemplative. « Pendant trois mois, je passe mon temps à méditer. Je me livre à des exercices spirituels comme parfois traduire des textes ou écrire un petit peu. Je n’ai pas de téléphone, pas d’Internet. Je suis devant 400 km de l’Himalaya, dans un ermitage qui fait 2,5 x 3 m maximum à l’intérieur. Il n’y a pas de chauffage et je n’ai que de l’eau froide. Je suis ravi et je me porte très bien là-bas.

« Pourquoi est-ce que je redescends de mon ermitage? Maintenant, à mon âge, c’est vraiment pour ces projets humanitaires. Sinon, je resterais tranquille là-haut, il n’y a pas de doute », dit le moine bouddhiste, qui assure être « prêt à tout pour servir le dalaï-lama ».

Côtoyer sa sainteté le dalaï-lama est pour lui un enseignement à chaque instant. « Ce qui frappe et inspire beaucoup, c’est l’authenticité du dalaï-lama. Il est exactement le même en public comme en privé, devant un président comme quand il croise un employé dans l’hôtel. Il a la même gentillesse, la même attention, la même présence. »

Les chemins spirituels

De passage en Amérique pour promouvoir L’art de la méditation, lancé sur le marché américain, de même que Les chemins spirituels, qui sortira au Québec le 23 septembre, Matthieu Ricard explique que les textes présentés dans cette anthologie ont été recueillis et traduits au fil des années, après qu’il eut appris le tibétain.

Ces textes destinés au grand public s’appliquent à la vie d’aujourd’hui, assure-t-il. « Ce sont principalement des textes qui s’interrogent sur les composantes les plus essentielles du bonheur et de la souffrance, des émotions, de la façon dont fonctionne l’esprit. Ils démasquent aussi nos préoccupations qui ne font qu’entretenir notre frustration et notre mécontentement, notre manque de satisfaction profonde.

« Ce sont des conseils spirituels : comment devenir un meilleur être humain, comment éliminer les causes de la souffrance auxquelles nous nous attachons comme avec de la colle, comment s’épanouir d’une façon saine, en ayant des priorités qui aboutissent à un sentiment de satisfaction profonde. »

Méditation

Matthieu Ricard est par ailleurs convaincu des bienfaits apportés par la pratique régulière de la méditation, ne serait-ce que 20 minutes, trois ou quatre fois par semaine.

« Toutes les études cliniques, les études à court terme ont montré que ça diminue notoirement le niveau d’anxiété et la tendance à la dépression, que ça augmente les émotions positives, que ça renforce le système immunitaire. À relativement court terme, il y a des effets bénéfiques sur l’attention et la pleine conscience. »


Marie-France Bornais

Source : lejournaldequebec.canoe.ca




Previous articleDu cru, du cuit et du céleri
Next articleVidéo — Le chien jaune de Mongolie 1/5