Accueil Espace Bouddhiste Alimentation L’Alimentation de la Mère aurait une Influence sur le Sexe du futur...

L’Alimentation de la Mère aurait une Influence sur le Sexe du futur Bébé

6
0

Selon une étude récente effectuée par des chercheurs de l’Université d’Oxford et d’Exter, il semblerait qu’une alimentation riche en calories avant la conception favoriserait la naissance de garçons alors que les femmes ayant tendance à faire attention à leur ligne seront plus susceptibles d’avoir une fille.

La recherche a été effectuée sur un échantillon de 740 femmes britanniques étant enceintes pour la première fois et ne connaissant pas le sexe de leur enfant. Celles-ci ont été interrogées sur leurs habitudes alimentaires avant la conception de l’enfant et durant leur grossesse.

Le bilan de cette étude à mis en évidence que 56% des femmes ayant un apport énergétique riche ont eu des garçons alors que 45% d’entre elles qui avaient le plus faible régime calorique ont donné naissance à des filles.

Ceci expliquerait ainsi que dans les pays développés, la part des garçons diminuerait significativement du fait de l’obsession de la minceur des jeunes femmes occidentales et des régimes à répétition.

L’importance d’un bon petit déjeuner :

femme-enceinte.jpg

Les chercheurs ont mis en exergue la relation entre la consommation de céréales au petit déjeuner et la naissance de garçons ; de plus, le fait de manger des aliments variés et riches en nutriments, incluant notamment du potassium, du calcium, des vitamines C, E et B12, serait un facteur déterminant pour donner naissance à un garçon.

Aujourd’hui, il ressort toutefois que la prise d’un petit déjeuner tend à disparaître dans les pays développés, influençant ainsi la réduction de l’apport énergétique et entraînant une baisse du niveau de glucose. Or le taux de sucre, selon des études antérieures, favoriserait également la naissance de garçons.

Un débat remis en question

Il apparaît souvent que le sexe du futur enfant sera le pur fruit du hasard mais certains continuent à penser qu’ils peuvent influencer ce destin, avec des méthodes plus ou moins efficaces. Par exemple, il a été démontré que manger plus salé et avoir un apport riche en calcium favoriserait la naissance masculine. Acte plus radical en Chine, où les mères décident d’avorter si le bébé s’annonce être une fille, préférant un garçon, du fait du quota limité d’un seul enfant par femme.

On peut être en mesure de se demander si ces résultats reflètent vraiment la réalité et s’ils sont représentatifs. Ainsi, des études supplémentaires devraient être réalisées sur un plus large panel de femmes et sur leur environnement afin de savoir s’il y a véritablement un lien avec le sexe du futur enfant.

De nos jours, la méthode la plus efficace pour déterminer le sexe de son futur enfant reste le diagnostic génétique préimplantatoire, interdit en France mais pratiqué depuis quelques années aux États-Unis, en Chine et en Inde. Ce procédé consiste à implanter dans l’utérus de la mère uniquement les embryons du sexe désiré, après une fécondation in vitro.

Malgré de nombreuses recherches sur le lien entre le comportement alimentaire de la future maman et le sexe du bébé, des questions se posent toujours : l’échantillon représentatif de la population est-il aussi représentatif que cela ? En effet certaines femmes auront beau appliquer tel ou tel régime, elles n’auront pas forcément le sexe du bébé désiré. Nous pouvons alors nous demander s’il faut laisser agir la nature au lieu de l’influencer avec des méthodes plus ou moins fiables.

Elodie Coussot pour www.buddhachannel.tv




Previous articleBouddhisme à la russe
Next articleCorée du Sud — Les mille et une couleurs du thé