Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Les religions condamnent la violence perpétrée « au nom de Dieu »

Les religions condamnent la violence perpétrée « au nom de Dieu »

27
2

06.01.2011

Olivier Wang-Genh, président de l'Union Bouddhiste de France
Olivier Wang-Genh, président de l’Union Bouddhiste de France
Les plus hautes autorités chrétiennes, musulmane, juïve et bouddhiste de France ont publié jeudi une déclaration commune condamnant toutes les violences perpétrées « au nom de Dieu », après l’attentat terroriste contre les coptes en Egypte.

« Nul ne peut se prévaloir des religions pour légitimer des violences ». Ainsi s’intitule le premier texte commun publié par la toute nouvelle Conférence des responsables de culte en France (CRCF). Une condamnation ferme de la violence commise abusivement « au nom de Dieu » doublée d’un appel aux fidèles à résister à la peur et au repli, qui intervient après les récents attentats contre des communautés chrétiennes d’Orient, dont celui contre l’église copte d’Alexandrie en Egypte le jour de l’an.

Mise en place le 23 novembre dernier, cette structure interreligieuse inédite en France réunit le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, le rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, le métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France, M. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des Évêques de France et le révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France.

La Conférence des responsables de culte en France condamnent les violences faites « au nom de Dieu »


Source : www.lavie.fr

Previous articlePrix UNESCO/Jikji Mémoire du monde
Next articleZem — Les mains ouvertes

2 Commentaires

  1. Les religions condamnent la violence perpétrée « au nom de Dieu »
    A quoi sert-il de condamner la violence (notamment terroriste) quand on sait que celle-ci n’est que l’expression, le symptôme, d’une immense souffrance générée par des violences encore plus grandes, et souvent sournoises, perpétrées depuis des années, des décennies, et parfois des siècles, par des groupes dominants sur l’ensemble du monde.
    Que cette violence terroriste moderne s’exprime au nom de Dieu ou de quelque autre alibi n’a guère d’importance. Plutôt que de la condamner, il vaudrait mieux l’apprécier pour ce qu’elle est (une forme d’expression probablement désespérée) et chercher ce qu’elle nous apprend sur nos comportements et sur les êtres humains avec qui nous partageons (ou devrions partager) notre planète.
    Qu’en pensez-vous M. Wang-Genh ?

    • Les religions condamnent la violence perpétrée « au nom de Dieu »
      Les croyants sincères qui s’inspirent de Dieu pour guider leur vie sont mal à l’aise que d’autres puissent commettre des actes répréhensibles en se disant inspirés par Dieu.

      Cela se comprend Dieu est pour eux la source de l’amour.

      Il faut être clair: l’amour (qu’on l’appelle Dieu ou Esprit d’éveil) n’engendre pas la haine.

      Ne pas condamner la violence faite au nom de Dieu ce serait entretenir la confusion dans nos esprits.

Comments are closed.