Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Audio — La place des femmes dans le bouddhisme chinois, par Cyrille...

Audio — La place des femmes dans le bouddhisme chinois, par Cyrille Javary

7
1

10.03.2009

Une fenêtre de douceur, dans le monde rigide des Han, s’ouvre pour les femmes. À cette époque, la femme a un statut social relégué, enfermée à l’intérieur des maisons et n’a pas de divinités à qui confier sa douleur et son malheur. La structure sociale des Han rejette les veuves qui n’ont pas de descendance masculine et qui deviennent des répudiées. Ces dernières n’ont d’autre salut que les lupanars ou maisons de joie de l’époque.

media.jpg

Les moines bouddhistes vivent de la mendicité aux alentours de leur monastère, dans un rayon d’une demi-journée de marche. Durant toute la journée, ils mendient leur nourriture et ont pour obligation de rentrer au monastère pour la nuit. Lorsque un monastère devient trop « encombré », certains moines partent fonder un autre monastère à au moins deux jours de marche. De cette manière, des monastères sont érigés le long des chemins des caravanes et à proximité des villes riches. La religion bouddhiste est établie partout en Chine, dès le cinquième siècle.

On voit alors naître des communautés de femmes bouddhistes qui deviennent des refuges pour beaucoup de femmes veuves ou répudiées, qui y trouvent un accueil et un traitement plus humain. De nombreuses femmes sont séduites et deviennent nonnes.

Avec Cyrille Javary, écrivain, conférencier, consultant et formateur en civilisation et culture chinoise ancienne & moderne.


Source : www.radio86.fr

Previous articleBernard Debord : « La Chine cherche à diluer l’âme tibétaine »
Next article50e Anniversaire du Soulèvement national tibétain — Message de S. S. le Dalaï-Lama

1 commentaire

  1. Audio — La place des femmes dans le bouddhisme chinois, par Cyrille Javary
    Peut on conclure que le Bouddhisme est moins sexiste que les autres religions telle: Le chritianisme , l’Islam?

Comments are closed.