Buddhachannel










Instagram







Art Sacré

Dernier ajout : 5 janvier.

L’Ikebana ou l’Art de faire vivre les Fleurs

Le mot « Ikebana » tire ses origines du japonais « hikeru », qui signifie « faire vivre », et de « hana », qui désigne la « fleur ». « Faire vivre les fleurs », tout un art ! Au Japon, il n’est pas rare de croiser des adeptes parmi les 3 000 écoles qui arborent le pays. Le plus extraordinaire dans tous les arts traditionnels japonais, c’est qu’ils mettent en évidence une notion fondamentale, celle du "vide". « Ne pas remplir totalement un espace, dire ou faire l’essentiel avec un minimum de moyens afin de laisser la part au rêve, à l’imagination… »

Toutes les versions de cet article :

Les belles endormies

En 2005, une équipe d’archéologues chinois découvrait des momies vieilles de quatre mille ans dans le désert du Taklamakan. Depuis, on les étudie pour percer leur secret, raconte The New York Times.

Toutes les versions de cet article :

Tangka sur bois en Chine

Le Tangka est une forme de peinture bouddhique tibétaine avec une histoire haute en couleurs. A Lhasa, le charme et la culture de l’art du Tangka font actuellement l’objet d’une exposition au Parc Norbu-Lingka. Cette fois-ci, ce n’est pas la peinture traditionnelle sur tissu, mais une nouvelle forme de Tangka qui est à l’honneur.

Toutes les versions de cet article :

Art bouddhique - Le geste de la méditation : samâdhimudrâ ou dhyânamudrâ

Associé à une posture assise parfaitement stable et sereine, à un visage recueilli – les yeux clos ou mi-clos – le geste de la méditation se fait les mains superposées, placées dans le giron, les paumes vers le haut et les pouces réunis. Héritière des expériences des ascètes errants de l’Inde ancienne, la méditation est une pratique essentielle du bouddhisme.

Toutes les versions de cet article :

Statue du luohan Tâmrabhadra

Dynasties Liao-Jin (Xe-XIIIe siècle)
Terre cuite glaçurée
Le terme luohan (sanskrit arhat) qualifie les disciples directs du Buddha, parvenus en Nirvâna, et l’idéal de la quête bouddhique.
H : 123 cm
Don T.T.Tsui

Toutes les versions de cet article :

Manjushri - Musée Guimet

Cette statuette raffinée, représentant probablement Manjushrî, le bodhisattva « de la sagesse », adopte une position élégamment ondulante en triple flexion (tribhanga), qui accentue les formes de sa taille et de ses cuisses. De sa main droite, cette déité exécute le geste de l’argumentation (vitarka mudrâ) qui lui est associé et de sa main gauche elle tient la tige d’une fleur à présent disparue.

Toutes les versions de cet article :

Pha That Luang, Laos

Le Pha That Luang (grand stûpa en laotien) est un monument bouddhique situé à Vientiane, capitale du Laos. Symbole du pays, il représente le temple le plus sacré du Laos.

Toutes les versions de cet article :

Mandala de Vajrâmrita

Le dieu Vajrâmrita à six bras est présenté assis au centre de la composition, dans l’attitude (...)

Toutes les versions de cet article :

Diadème d’oracle (dbu-rmog)

Le large bandeau, sur lequel se dressent cinq têtes de mort parées chacune d’un fleuron, est (...)

Toutes les versions de cet article :

Art bouddhique - Le geste du don : varadamudrâ

De l’Inde au Japon, le geste du don a été très souvent représenté dans les images bouddhiques. Il se fait le plus souvent de la main gauche, ouverte et dirigée vers le sol, paume vers l’avant. Comptant parmi les perfections essentielles désignées par les enseignements du Bouddha, le don est associé à la moralité, à la patience, à la persévérance, à la concentration et la sagesse.

Toutes les versions de cet article :

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90