Accueil > ... > Forum 36035

Sri Aurobindo et mère - Vers une nouvelle humanité

10 janvier, 18:54, par Eric

J’ai beaucoup étudié l’Hindouisme et particulièrement Aurobindo. Avec une facilité déconcertante, j’ai absorbé sa métaphysique, ses rapports intimes avec l’occident et son Yoga de compassion, de Grâce et de perfection de Soi. Je reste persuadé que tout cela n’a pas été écrit en vain et que son Oeuvre majeure, Savitri, malgré son hermétisme, sera un jour compris comme un véritable message d’amour et de resurrection. Personne n’osera-t-il maintenant allier les 4 Yogas du lotus aux 6 yogas de Naropa ? Je vois beaucoup de moines, je vois beaucoup de livres mais je ne vois pas grand chose de neuf. J’ai l’impression que l’on passe notre temps dans l’éternel retour, pensant plus aux lignées et à sauvegarder l’Ordre d’un monde spirituel qui, par sa nature est déjà obsolète... Et là je rejoins Aurobindo d’avoir eu l’Utopie de croire - Tel un Nietzche spirituel - de transformer l’Homme physique. Je le rejoins pour clamer, haut et fort : tous les moines, toutes les nonnes, tous les gurus, finalement, sont tous des bêtes d’une autre époque. Pourquoi les plus grands bouddhistes se disant éveillés ne veulent pas réformer la compassion et la dévotion. L’ordre établi est-il si inébranlable que si je doute de lui, je vais en enfer ? Mais puisque l’Enfer, c’est toujours Lui/Elle. Je repense à Asanga et surtout au Fou Divin, le plus grand saint du Tibet, je repense à Rama, nu courant dans la forêt... Ne sommes-nous pas un peu trop vétus de couleurs inexistantes, de toges et de livres, de fausses vertus là où nous devrions nous mettre en déséquilibre, pour réellement reste dans la voie du Milieu ? Osons-nous réellement ? Cet éveil que je vois dans les plus grands ressemble à une nonchalance perturbante et non à un combat perpétuel où nous devons lutter pour chaque souffle, face à son immensité et grâce à sa Claire Lumière et à son Pur Amour ? Pourquoi ceux qui savent ne parlent-ils plus, n’écrivent plus, n’entendent plus ? Pourrions-nous sortir de cette symphonie morbide, faite d’extinction, de délectation de l’Âme et d’Immortalité... Le pas lumineux amené par Aurobindo appartient à ce nouveau paradigme et à l’aube d’un nouvel obscurantisme, est d’une formidable modernité.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?