Buddhachannel

Dans la même rubrique

29 juin 2016

Femmes de l’Église

29 juin 2016

Gayatri Mantra

15 juin 2016

Les Dieux de l’Inde

2 de mayo de 2016, por Buddhachannel Es.

Los Dioses de la India









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Les chamans, l’Eau et les chagrins de l’âme

vendredi 11 septembre 2009

Langues :

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

En chamanisme, l’Eau, l’Air, la Terre et le Feu sont des moyens de l’Esprit considéré comme puissance qui donne la vie. L’eau, qu’elle soit en aspersion ou en immersion, c’est toujours une bénédiction par l’Esprit. Les chamans utilisent l’eau comme moyen d’éliminer la négativité qui serait restée accrochée dans les fibres de leur aura.

Par exemple, ils utilisent l’eau d’une douche pour laver leur aura.
Si vous souhaitez avoir cette expérience : fixez en hauteur votre pomme de douche pour simuler le flot d’une cascade ; visualisez cette cascade. Votre main gauche est paume vers le haut pour recevoir l’eau dans son creux. Votre bras droit est souple le long de votre corps. Animez votre main droite d’un léger mouvement, comme pour agiter l’eau qui glisse le long de votre bras, laissez filer l’eau. Laissez partir au fil de l’eau les larmes de vos yeux.
Acceptez cette ondée, recevez-la pour vous transformer. Lâchez votre vieille peau pour accueillir une énergie nouvelle, comme un vêtement qui vous habillerait de neuf.

En pleine mer, dans un lac ou le cours d’un fleuve ; ou plus simplement, dans un bain parfumé de rose ou de lavande. Retenez votre respiration, puis pincez votre nez. Glissez sous la surface de l’eau aussi longtemps que vous le pouvez, et lâchez doucement l’air de vos poumons. Refaites surface, et avec votre nouvelle respiration, acceptez votre renaissance. C’est un exercice très simple qui soulage une peine de cœur ou bien plus profond, un chagrin de votre âme.
Observez d’où vient l’eau, d’en haut, c’est une neige, celle d’un nuage et sa pluie ou bien une chute d’eau qui tombe. Il y a l’eau profonde de l’océan, celle d’un fleuve ou d’un lac qui s’évapore en brume. L’eau qui jaillit des profondeurs souterraines, en source, ruisselet ou geyser. Accompagnez toute cette eau qui s’évapore en nuage ou disparaît dans l’immensité d’une mer, pour accueillir une énergie nouvelle, c’est rajeunissant.

En pensée, vous êtes l’eau qui s’évapore, ou bien vous êtes le débordement de son inondation. L’étalement de son delta, vivez-le ! Soyez ce fleuve qui s’évapore en brouillard ou se donne à l’océan qui le reçoit ; soyez ce nuage qui lâchera sa pluie !
Le ressentir, c’est bien plus important que de le voir, parce que la vision peut être illusoire. Entrez dans la sensation, c’est un point de départ vers d’autres paysages métaphysiques où vous êtes autrement.
L’eau matricielle vous donna naissance ; allez au-delà, traversez sa membrane pour vous souvenir que vous n’êtes pas seulement ce corps. Continuez votre identification avec l’eau pour entrer dans l’infinitésimale de sa goutte qui rejoint le nuage, ou celle qui s’infiltre en pluie dans la roche terrestre. C’est une élévation vers le haut ou une pénétration dans les profondeurs, vers le bas. L’eau est un véhicule qui peut vous conduire très loin.

Les chamans utilisent les rivières souterraines pour traverser les mondes de l’obscurité. Ils utilisent le son de la goutte d’eau pour faire connaître à leurs apprentis la densité de leur corps astral ; ils le nomment corps membranique parce qu’il a l’apparence d’une membrane opalescente.
Vous aussi, faites-le : laissez choir avec un rythme très lent, une goutte d’eau dans un récipient. Vous êtes allongé dans une pénombre qui facilite la décontraction de votre corps. Lorsqu’une goutte d’eau tombe dans un récipient, vous l’entendez et vous pouvez le voir. Épousez le rythme de cette goutte d’eau, posez votre main droite sur votre cœur ; sentez le battement de votre cœur, et imposez-lui ce rythme.

Dans le silence de votre chambre, le battement de votre cœur accompagne le son des gouttes d’eau qui tombent dans le récipient. Le rythme des pulsations de votre corps astral épouse celui des gouttes qui tombent, et les gouttes tombent très lentement. Plus votre récipient se remplit, plus la sonorité de chaque goutte s’amplifie. Vous êtes seulement concentré sur le son, et soudain vous voyez et vous entendez les pulsations de votre corps membranique. C’est quelque chose de tout à fait rationnel, d’une grande simplicité et d’une grande efficacité. Le son de l’eau vous ouvre aux dimensions de l’au-delà du corps physique.


Flora Desondes

- Le Pouvoir des Fleurs dans votre Jardin

Voir en ligne : floradesondes.blogspot.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?