Buddhachannel

Dans la même rubrique









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Mala ou tengwa, le rosaire du Bouddhiste

mardi 12 juillet 2016

Langues :

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

Mala ou tengwa, le rosaire du Bouddhiste

El origen de esta sarta de cuentas es antiquísimo.

Le mala (tengwa, en tibétain) est le rosaire du Bouddhiste, l’objet dont le fidèle ne se sépare presque jamais, le tenant à la main, enroulé autour du poignet ou autour de son cou.

Le mot mala signifie en sanskrit « collier de fleurs » ou « guirlande de perles ». Il s’agit d’un chapelet regroupant 108 perles, symbolisant :

  • les 108 épreuves qu’a subi le Bouddha pour atteindre l’illumination
  • les 108 passions que doit surmonter le fidèle afin de se rapprocher de son idéal de méditation et d’ascétisme.
  • Les 108 mudra (gestes rituels) dans le Tantra.
  • Les 108 positions corporelles dans le Yoga.
  • Les 108 feux allumés au Japon dans les cérémonies du culte des morts.
  • Les 108 tombeaux extérieurs, au mont Hiei près de Kyoto, au Japon.

Ces 108 grains du chapelet oriental proviendraient de la somme des 12 mois, des 24 arrangements dans lesquels le calendrier solaire a été divisé, et les 72 divisions de l’année chinoise en périodes de 5 jours : 12 + 24 + 72 = 108.

Selon une autre tradition fort ancienne en Orient, l’importance du chiffre 108 dériverait de 10800 qui multiplie le nombre de moments dans l’année et le nombre de versets dans le Rig-Veda

Il existe, en Orient, 108 faiblesses, telles que l’illusion, les désirs, la haine, l’attachement, l’orgueil, etc... qui correspondent aux 108 grains du chapelet bouddhiste. Ces 108 faiblesses sont appelées les 108 liens karmiques.

Après la mort du Bouddha, Padma-Sambhava, (le grand gourou tibétain qui rétablit l’ésotérisme au Tibet), aurait caché et préservé les 108 écrits les plus sacrés qui lui furent révélés dans les mondes célestes - archive akashiques - dans le monde des hommes et le Royaume des Nagas - ou des adeptes. Il les cacha à la frontière du Népal au Nord du Tibet.

Il existe 108 signes de coiffes du Bouddha, 108 lampes consacrées et 108 noms de Bouddha.

Dans l’Hindouisme, il y a :

    • 108 représentations des poses - danse sacrée - du Nastya Shastra,
    • 108 Upanishads, 108 noms de Vishnou dans le Mahabharata
    • et 108 noms pour Shiva."

Les différentes parties d’un mala Tibétain ont chacune une signification symbolique précise :

  • 1. La plus grosse perle ou "bille de tête" (souvent en ivoire ou en os) représente la connaissance de la vacuité.
  • 2. Le petit cône qui la surmonte est le symbole de la vacuité elle-même.
  • 3. Le cordon sur lequel les grains sont enfilés doit, théoriquement, être composé d’une tresse de plusieurs fils : trois fils symbolisant les "trois Corps" d’un Bouddha (Corps Absolu, Corps de Gloire et Corps d’Emanation), cinq fils de couleurs symbolisant les "cinq sagesses" ou les "cinq familles" de Bouddhas, et enfin neuf fils symbolisant le Bouddha primordial Vajradhara et les huit grands Bodhisattvas. Dans la pratique on trouve souvent seulement un ou deux fils...
  • 4. Le compteur terminé par un dordje, représente les moyens habiles et la compassion.
  • 5. Le compteur terminé par une cloche, représente la connaissance et la vacuité.

On tient toujours le mala de la main gauche, faisant glisser les grains sur l’index à l’aide du pouce. On l’égrène en tirant les grains vers soi, symbolisant ainsi que l’on tire les êtres hors de la souffrance et que l’on accumule le Karma positif lors de la pratique.

- Source : magiedubouddha.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?