Buddhachannel

Dans la même rubrique

29 juin 2016

Femmes de l’Église

29 juin 2016

Gayatri Mantra

15 juin 2016

Les Dieux de l’Inde

2 de mayo de 2016, por Buddhachannel Es.

Los Dioses de la India









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

L’hindouisme : la plus patriarcale des religions ?

jeudi 30 juillet 2015

Langues :



Imaginerait-on une hindoue prêtre dans un temple ?
Depuis toujours, l’image de la femme hindoue n’est pas des plus rayonnantes. Une femme docile, soumise à son mari, privée de droits, voilà comment les occidentaux la perçoivent.

D’après un rapport de l’OCDE de 2004, «  si l’Inde est un des pays qui a fait le plus de lois pour les femmes, c’est celui où l’écart entre la loi et la réalité est le plus grand. (…). Cette résistance s’explique par la religion : nulle part ailleurs au monde la religion domine et détermine la vie d’une femme autant que l’hindouisme en Inde ».

Et cet encadrement religieux est loin d’être valorisant pour la femme. Les exemples ne manquent pas ; La naissance d’une fille au sein d’une famille hindoue par exemple, est vécue comme un échec. Parce que seul l’homme est destiné à étudier, seul lui peut s’investir dans la vie religieuse et atteindre le salut divin. Pour cette raison, beaucoup de femmes avortent lorsqu’elles découvrent qu’elles sont enceintes d’une fille.



Autre exemple : le sort des femmes devenues veuves. « Elles sont souvent victimes de crimes sociaux, violées et punies. L’hindouisme propose une solution dont l’horreur le dispute à l’animalité : le bûcher ! Dénommée le sati, la crémation d’une veuve, vivante, sur le bûcher de son mari défunt signifie à l’épouse son inutilité. »

Tiré de Charlie Hebdo (11 août 2004), l’article fait froid dans le dos. D’autant plus que le journaliste poursuit : « il serait naïf de supposer cette tradition barbare enterrée dans les profondeurs de l’histoire, un cas a été observé en août 2002 près de Bhopal en Inde. »


Autant dire que, de toutes les religions, l’hindouisme est sûrement une des plus dures pour la femme.
« Son destin religieux (et donc son destin tout entier) passe par son mari... Alors que l’homme s’accomplit dans sa relation au divin, la femme ne s’accomplit que dans sa relation avec son mari, qui lui tient lieu de Seigneur. Selon la tradition, la femme n’a pas droit au salut individuel.
Elle ne peut réciter de prières, faire de sacrifices ni rendre de cultes aux ancêtres
 » (*)

D’ailleurs, jusqu’au 19ème siècle, elles n’avaient ni le droit de lire ni celui d’écrire. Exclues de l’initiation religieuse, le « moksha » (salut spirituel) est exclusivement réservé aux hommes.

(En effet, le but ultime pour tout hindou est la délivrance des réincarnations ou moksha. Après la mort, l’âme peut se réincarner. Si elle a accumulé les fautes, elle s’incarnera dans un autre corps, ou même en enfer… Mais si l’âme atteint le moksha, elle fusionne avec le brahman, Dieu absolu.)


Pourquoi une telle tradition ?

D’après de nombreux textes religieux, le mal serait constitutif de la nature féminine…

Incertains d’une telle théorie, quelques rares téméraires (des hommes !) créèrent les premiers mouvements réformateurs au cours du 19ème siècle.

S’en suivirent d’autres organisations, comme le mouvement « Ramakrishna », tendant à améliorer le statut de la femme aussi bien socialement que religieusement (droit de s’organiser en communautés et droit d’accomplir certains rituels religieux). A la fin du XXème siècle, M. Thatte, un leader hindou, a même crée plusieurs écoles pour « rushikas » (femmes sages), malgré l’opposition des brahmanes orthodoxes.

Certains ont interprété ces initiatives comme des progrès notables : «  Le rôle des femmes tend à s’accroître, comme on le constate déjà par la multiplication des gourous féminins qui se lancent dans des missions à travers le monde. De même, le nombre de femmes prêtres aurait connu une augmentation notable ces dernières années, et elles sont également mieux acceptées dans la population. » (**)
Pour autant, la tradition brahmanique orthodoxe reste la règle, parangon d’une autorité patriarcale sur les femmes.


(*) Catherine Merrien, Etude droits humains et religions, d’Amnesty International 2004

(**)HINDOUISME:QUELLES TENDANCES GLOBALES ?

Religioscope - 14 octobre 2002


Clémence de la Robertie pour www.buddhachannel.tv




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

3 Messages

  • les femmes n’ont aucun droit , c’est carement injuste putin ! elle servent qu’a etre la servante de leur mari .. non mais evoluer quand meme ! en plus faire bruler la veuve parce quelle na plus de mari donc plu de droits prouve vraiment l’inutilite des femmes ..c’est deguelasse !

    repondre message

    • L’hindouisme : la plus patriarcale des religions ? 23 mai 2013 01:59, par Hindu Dharma

      Il ne faut pas mélanger "société indienne" et la religion.
      L’hindouisme est née vers -5000 av Jc.
      l’histoire des femmes morte immolée (sati)n’est apparu que lorsque les musulmans ont envahis l’Inde. Ils violait les femmes hindouiste, et par conséquent elles préféraient être brulée par respect pour leur mari. aucun livre sacré de l’hindouisme n’autorise cette pratique !

      Dans Hindouisme,
      1 - la valeur la plus importante est l’ahimsa (le fait de ne pas nuire personne) par conséquent les hommes et femmes doivent se respecter.
      1’- la non violence est très importante dans l’hindouisme (ex gandhi, source : bhagavad gita), contradiction avec le bucher.
      2- Devi : le culte des déesses (= respect des femmes)
      3- Dans les 2 grands livres de l’hindouisme :
      la femme dispose du même statut que l’homme : source1 mahabharata : l’exemple de draupadi et les pandavas
      source2 : ramayana, le dieu rama respecte sa femme et va lutter pour la retrouver, aucune offense ne lui a été faite...
      4- Les védas & Manava dharma shastra : le rôle des femmes est d’apporter la sagesse, la prospérité dans la famille, comme lakshmi pour vishnu (déesse de la fortune). c’est bien préciser que si un homme maltraite sa femme il ne peut obtenir la grâce de dieu. Certes la femme doit considéré son epoux comme un dieu mais l’homme doit considéré sa femme comme son plus gros trèsor (cf Rama dans le ramayan ; le dieu shiva et son epouse...)
      5- Loi du karma : un homme peut renaitre femme
      ...

      DANS LA SOCIETE INDIENNE :
      Lors de l’invasion de islam en Inde, il y a eu le problème des femmes brulées.
      l’inde ou plutôt "hindoustan" à cette époque a été colonisé par les anglais qui ont apporté leurs pensées, préjugés, philosophie propre au christianisme. le meilleur exemple est le sexe ! la société indienne pense que c’est mal alors que l’hindouisme le considère comme "un don de dieu" un des 4 piliers de la vie d’un hindous ou on peut citer un livre appelé kamasutra.
      Si aujourd’hui, beaucoup de femmes sont maltraités dans les campagne indienne. c’est parce que c’est un pays pauvres ou les gens n’ont pas les moyens d’apprendre à lire et à étudier la religion.

      repondre message

      • Merci beaucoup pour ses éclaircissements. Très intéressant de voir cela.
        Je ne connais que très peu la société indienne, mais suite à de nombreux voyages pour visite ou travail, je me suis rendu compte d’une forme de structure et de violence des indiens entre eux (et pas que des femmes). Ils sont surveillés et doivent restés dans ce qui se fait dans la société.
        Exemple : je travaillais avec un jeune indien. De passage à Rishikesh, il s’est fait arrêté par la police pendant plus d’1h pour savoir ce qu’il faisait avec une femme occidentale...
        A premières vues, les femmes sont en même temps presque vénérées, et leur place dans la société reste plus que basse (ne me demandez pas comment c’est possible, c’est juste le sentiment que j’ai eu), surtout dans l’inde du nord.

        A part ça, c’est un merveilleux pays, emprunt d’histoire et de culture. Un pays à ressentir et à vivre plus qu’à visiter en coup de vent ;)

        repondre message