Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Le Marché de la Faim au Cinéma

lundi 27 juillet 2015

Langues :

we feed the worldMercredi 25 avril 2007, sortait sur les écrans français le dernier film documentaire du réalisateur autrichien Erwin Wagenhofer, We Feed the World .

Le documentaire invite le public à suivre plusieurs chemins de la nouvelle agriculture mondiale et en dévoile les facettes les plus absurdes.

Un film choc au public partagé.


Chaque minute de chaque jour, une vingtaine d’enfants meurent de malnutrition ou de maladies lui étant liées dans le monde. Six millions d’enfants âgés de moins de 5 ans meurent chaque année de famine. Sur les 840 millions de personnes touchées, 799 millions viennent des pays pauvres. Ces chiffres sont effrayants et pourtant rares sont les mesures prises pour les contrecarrer.

Bien que nombres d’associations et d’organismes se soient employés au fil des années à lutter contre ce phénomène, la famine est encore d’actualité et est un des fléaux les plus meurtriers au monde.


Le Film, une Déclaration de guerre aux Multinationales


« La maximisation des profits est la stratégie
meurtrières des hiérarchies des multinationales
 » déclare Jean Ziegler, rapporteur auprès de l’O.N.U. sur le droit à l’Alimentation.
sécheresse
En quelques mots, le documentaire dénonce les excès alimentaires, technologiques et superficiels du monde occidental qui ne se préoccupe guère des conséquences de ses actes, si bénignes puissent-elle paraître, sur les pays les plus pauvres.

Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisé et détruit, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche : Graz. Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique Latine, sont employés à la culture de soja destinée à nourrir l’élite des pays européens alors que presque un quart de la population de ces territoires souffre de malnutrition chronique.

Chaque européen consomme annuellement 10 kilogrammes de légumes verts, irrigués artificiellement dans le Sud de l’Espagne et dont la culture provoque des pénuries d’eau locales.

Ce film nous éclaire sur la manière dont notre nourriture quotidienne est produite avec ses gâchis et ses excès, les vides et les pénuries qu’elle peut engendrer.

A l’origine Wagenhofer ne souhaitait se centrer que sur le marché alimentaire de Vienne. Mais avec le marché de la tomate, il est arrivé au sud de l’Espagne, dans une petite ville d’Andalousie, Almeria. Là-bas il découvre le plus grand centre de production végétale du monde. La question qu’il se pose alors est de savoir pourquoi un produit tel que la tomate doit voyager 3000 kilomètres avant d’être vendu en Autriche. Il décide alors d’étendre son champ d’investigation à la relation entre produit alimentaire et mondialisation.

Grâce à l’aide et au soutien de Jean Ziegler, fil rouge du film, il développe une théorie solide soutenue par le témoignage visuel de cas concrets et les remarques pertinentes des protagonistes.

« Etant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde, on sait qu’elle pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficultés. Pour le dire autrement : tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné » déclare Jean Ziegler.


Culpabilité et Responsabilité


Wagenhofer, à travers un film très esthétique et des plans sublimes à la Yann Arthus-Bertrand contraste la réalité de notre ignorance avec celle de la mondialisation. Sans faire preuve d’aucun pragmatisme, il nous offre des images et des situations à l’état brut. Il nous laisse nous interroger sur le rôle que nous jouons, nous les consommateurs, au sein de cette mécanique complexe et glaciale. Il nous laisse le choix de nous sentir en partie responsable, voire coupable de ce massacre que certaines grandes puissances s’entêtent soigneusement à étouffer, à asphyxier.

Ce film pose aussi la question du pétrole à travers trois grands axes : la prise de conscience de notre dépendance, du fait que sa raréfaction va nous obliger à modifier notre mode de vie et enfin une réflexion sur les solutions alternatives.

Sans remettre en cause la mondialisation, le réalisateur nous incite à réfléchir aux solutions alternatives pour contrecarrer certaines de ses conséquences les plus désastreuses.

Une œuvre intelligente, fluide et habile. A voir absolument !


famine


Les Critiques


« Les statistiques tombent, les hommes témoignent, les images parlent, avec éloquence (...) Edifiant »

Jean–Luc Douin pour Le Monde


« Un film subjectif, mais authentique et curieusement tonique. Parce qu’il ne suscite pas le désespoir, mais la critique et la révolte »

Eliane Patriarca pour Libération


« (...) le film décortique les stratégies des Etats et celles des groupes agroalimentaires responsables du déséquilibre des richesses (...) démonstration, implacable (...) »

Juliette Bénabent pour Télérama


We Feed the World

Date de sortie : 25 Avril 2007

Réalisé par Erwin Wagenhofer

Avec Peter Brabeck, Jean Ziegler

Film autrichien.

Genre : Documentaire

Durée : 1h 36min.

Année de production : 2005

Titre original : We Feed the World

Distribué par Zootrope Films


Pour tous renseignements sur les salles et les horaires : Allociné.com

Pour plus d’informations sur le film : Site officiel


Adeline Journet pour www.buddhachannel.tv




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?