Buddhachannel

Dans la même rubrique

21 novembre 2016

L’Apprentissage Shambhala

29. Juni 2016

Ajahn Chah









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

La Prise de Refuge, premier "effort" des Bouddhistes

mardi 20 août 2013, par Alain Delaporte-Digard

Langues :

Cette cérémonie est le moment où les nouveaux adeptes décident de suivre l’enseignement du Bouddha et d’entrer dans la communauté des disciples

JPEG - 7.9 ko

Venus assister à l’enseignement de Lama Tempa, en visite pour quelques jours dans leur communauté, des dizaines de bouddhistes ont laissé leurs chaussures sur le perron du temple de tradition tibétaine Kagyu-Dzong, situé dans le bois de Vincennes, dans le 12e arrondissement de Paris.

À l’intérieur, la place manque. La salle de méditation, au premier étage du modeste édifice, est trop petite pour accueillir tous les fidèles et certains doivent se contenter de s’asseoir sur les marches de l’escalier.

Il est 15 heures, les derniers retardataires arrivent. Parmi eux, une jeune fille se fraye un passage pour être au plus près du lama, assis au fond de la salle. Elle rejoint trois autres personnes qui ont, comme elle, choisi de « prendre refuge » aujourd’hui.

Une étape essentielle, parfois comparée au baptême chrétien

Dans leur vie spirituelle bouddhiste, c’est une étape essentielle, parfois comparée au baptême chrétien parce qu’elle marque une entrée, un point de départ pour les adeptes. Mais la comparaison s’arrête là.

La prise de refuge, c’est avant tout un « engagement dans la pratique », le moment où le bouddhiste décide de suivre l’enseignement (dharma) de l’Éveillé, le Bouddha, et d’entrer dans la communauté des disciples (sangha).

Ces trois dimensions de l’engagement sont appelées les « trois joyaux » et sont les fondements de la pratique du bouddhisme.

Même si la trame de la cérémonie reste similaire, la prise de refuge peut prendre des formes très différentes selon les écoles bouddhiques. Kagyu Dzong est un temple de tradition tibétaine Kagyupa et Shangpa Kagyu. Ainsi, le lama s’exprime en tibétain et toutes ses paroles sont reprises en français par un traducteur.

Il demande d’abord « quelles sont les personnes qui prennent refuge », puis leur annonce qu’elles sont « extrêmement fortunées » (chanceuses) de prendre refuge en présence des trois joyaux.

Suit une courte cérémonie, d’une vingtaine de minutes, pendant laquelle les quatre fidèles qui l’ont souhaité répètent des formules rituelles en lien avec le Bouddha, le dharma et le sangha puis des préceptes qui impliquent des abandons (ne plus nuire aux autres, ne plus prendre refuge dans les « mauvais amis », etc.) et des pratiques (récitations de prières notamment). Après trois dernières prosternations en direction du lama, une formule est répétée avec toute la communauté.

Enfin, le lama claque des doigts en proclamant « Telle est la méthode », ce à quoi les quatre fidèles répondent – en tibétain – « C’est excellent », avant de passer un à un devant le maître qui leur coupe une mèche de cheveux en disant : « Vous avez reçu ces vœux de refuge. » Au cours de cette cérémonie, l’enseignant donne aussi un nom au fidèle, qui correspond le plus souvent à une qualité à développer.

"La prise de refuge, c’est le choix d’une protection"

À la sortie du temple, après la prise de refuge et les deux heures d’enseignement, Dominique- Emmanuelle, la cinquantaine, affiche un visage calme et serein. Elle fait partie des quatre fidèles qui ont choisi de s’engager ainsi devant le lama Tempa.

« Je suis heureuse car, pour moi, ça représente quelque chose d’essentiel, insiste-t-elle. Je décide de me mettre sur la voie, de sortir du “samsara” (le cycle sans fin des réincarnations, NDLR). La prise de refuge, c’est le choix d’une protection pour se garantir une bonne route. C’est une aide face aux vents contraires. »

C’est la deuxième fois que Dominique-Emmanuelle prend refuge : « La première fois, il y a deux ans, cela correspondait à une recherche personnelle, raconte-t-elle : c’était la mise en alliance avec une famille spirituelle. Cette fois-ci, j’ai ressenti le besoin de confirmer mon engagement, car ma réflexion a atteint un autre stade de maturité. »

Cette cérémonie est une démarche personnelle, pour laquelle le fidèle doit être pleinement conscient. « La notion d’effort est centrale dans le bouddhisme, explique Michel-Henri Dufour, président de l’association bouddhique Vivekârâma, de tradition theravâda, et intervenant à l’Université bouddhique européenne.

La prise de refuge peut être vue comme le premier effort, le témoignage de la volonté de suivre une voie difficile. C’est pourquoi cela ne s’adresse pas à des enfants trop jeunes. »

L’accent est mis sur la liberté du fidèle

Comme souvent dans le bouddhisme, l’accent est mis sur la liberté du fidèle. La prise de refuge peut être pratiquée seul ou au sein de la communauté, et ne nécessite pas forcément une longue préparation : chacun peut choisir spontanément de participer à cette cérémonie.

"Ce qu’il est important de comprendre, souligne Michel-Henri Dufour, c’est qu’elle comporte deux aspects, l’un extérieur et l’autre intérieur, qui se déclinent pour chacun des trois joyaux auxquels on fait référence. Ainsi, pour le Bouddha : il y a le personnage historique (aspect extérieur) et l’esprit d’éveil qui n’est pas soumis au temps (aspect intérieur). De même, pour le “dharma”, il y a l’enseignement fondé sur les livres et les personnes, qui peut disparaître, et la loi, la norme, qui est immuable. Pour le sangha, enfin, il y a les disciples en tant qu’êtres vivants et la conduite droite et la vertu qui demeurent."

Il est impossible de savoir combien de personnes prennent refuge chaque année en France.

« Contrairement aux baptêmes chrétiens, aucun registre n’est tenu », précise Michel-Henri Dufour, rappelant que « les statistiques ne sont, de toute façon, pas dans la mentalité asiatique ».


Par Pierre-Louis LENSEL

Source : www.la-croix.com




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

1 Message

  • La Prise de Refuge, premier "effort" des Bouddhistes 19 mars 2011 14:53, par vénérable Shinjin

    puis-je dire que le terme refuge a une connotation très Société Protectrice des Animaux, que je déplore eu égard aux premiers traducteurs judéo-chrétiens des textes pâli et sanscrit.

    Ensuite que cela implique une extériorité que n’a jamais voulu le Bouddha, surtout dans le Paranirvâna soutra quand il a déclaré " Soyez à vous-même votre propre refuge ", on retombe par le biais de cette extériorité dans les projections d’intermédiaires qui ont caractérisé les religions insitutionnalisées.

    voici les deux versions que je propose à mes élèves et/ou auditeurs dans lesquelles je remplace Refuge par confiance :

    - Je mets ma confiance dans le Bouddha, homme né de la chair, uni à la chair, enfin détaché de la chair par son esprit qui, par sa clairvoyance, découvrit les 4 Nobles Propositions et devint parfaitement éveillé, réalisé. Par trois fois, je mets ma confiance dans le Bouddha, le pleinement Eveillé, guide des être à qui il exposa les vrais et purs enseignement du Dharma, fruits de la Sagesse suprême dérivée de son expérience directe.

    - Je mets ma confiance dans l’Enseignement qu’il a dispensé, ceci afin de me libérer de mes souffrances passées, présentes et à venir. Par trois fois, je mets ma confiance dans son Enseignement, vrai et pur, qui me permet de transcender complètement les souffrances et mène au vrai bonheur. Il suppose l’élimination de toutes les négativités et l’accomplissement de toutes les qualités créatrices résultant d’un ensemble pensée-action fonctionnant par le corps, la parole et l’esprit.

    - Je mets ma confiance dans l’esprit de la Communauté de ses disciples, laïcs et religieux, agissant dans la même essentialité. Par trois fois, je mets ma confiance dans la communauté de ses disciples solidement engagés sur le chemin de l’Eveil. En l’émulation spirituelle inhérente à celle-ci, me permettant de progresser vers l’Eveil, je place ma confiance.

    la seconde version pourrait se formuler ainsi :

    1 - Je reconnais l’insigne privilège de disposer d’une nature propre de Bouddha

    2 - J’adhère totalement à l’Enseignement qui me permettra de la réaliser pleinement

    3 - Je m’intègre harmonieusement dans la Communauté de mes semblables pour vivre cet état perfectible afin d’en faire partager les bienfaits à tous les êtres vivants.

    Alors premier effort ou premier Pas vers soi-même ?
    à méditer, je présume ..!!

    repondre message