Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Jusqu’au 8 déc. - Trésors du Sanctuaire shintoïste de Konpira au Musée Guimet

vendredi 7 novembre 2008

Langues :

- Jusqu’au 8 décembre 2008

- Musée Guimet, 6, place d’Iéna 75116, 7€

Pour la toute première fois, des œuvres d’un sanctuaire shintoïste japonais sortent de leur lieu sacré. Le musée Guimet a l’honneur d’accueillir ces peintures sur paravents et cloisons coulissantes des XVII et XVIIIe siècles. Une rare invitation à une contemplation spirituelle.

JPEG - 31.8 ko
Konpira-san, sanctuaire de la mer
Vue générale des salles des Tigres, des sept Sages et du Paysage de Maruyama Okyo (1733-1795). Epoque d\’Edo, 1787 et 1794. Encre, couleurs légères et particules d\’or sur papier. Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu %%

Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-guLe sanctuaire Konpira est situé sur l’île de Shikoku, une des quatre grandes îles du Japon, située au sud de l’archipel.
Il est dédié au culte des montagnes et à la déesse de la mer (gardienne des transports et des dangers maritimes). Konpira-san devient un centre religieux fréquenté dès l’époque de Heian (794-1185). Il joue un rôle particulièrement important à partir du XVIIe siècle.

JPEG - 38 ko
Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu %%

Le shintoïsme représente la religion propre aux Japonais, par opposition au bouddhisme venu de Chine via l’Inde. Ce culte ne reconnaît aucun fondateur. Il prend ses sources dans le chamanisme et relève d’une nature animiste. Chaque phénomène naturel (rochers, montagnes, rivières, abres, animaux) incarne un kami - une divinité -, ce qui élève leur nombre à pas moins de 800 ! Recherche de pureté et culte des ancêtres caractérisent la culture shintô (littéralement, religion qui honore les ancêtres).
Les rites de purification par l’eau (misogi) consistent en ablutions précises, ce pourquoi les Japonais sont connus pour leur goût des bains, onctions et massages.
Le nom shintô apparaît au VIIIe siècle afin de le distinguer du bouddhisme chinois.
Sa légende fondatrice (qui se retrouve en Inde, Chine et Indonésie) stipule que le Japon doit son origine à un couple de divinités. Penchés sur l’océan, Izanami-no-Mikoto (l’Hôtesse) et Izanagi-no-Mikoto (l’Hôte) frappent d’une lance les eaux dont ils font émerger l’île Onogorojima sur laquelle ils s’installent. Leur union produit les autres îles de l’archipel japonais, toute la nature et de multiples divinités, dont les plus importantes sont la déesse du Soleil, Amaterasu, et son frère, le dieu des tempêtes, Susano-o.

A partir du VIe siècle, le bouddhisme est adopté par la cour impériale japonaise et les nobles. Le shintô reste une croyance populaire. Progressivement, le bouddhisme gagne toutes les couches de la société. A l’époque de Nara (710-794), les bouddhistes construisent des temples à proximité des sanctuaires et font correspondre à chaque kami une divinité bouddhique. Les kami sont alors perçus comme une émanation terrestre de divinités bouddhiques. Aujourd’hui, la plupart des Japonais s’avouent à la fois shintoïstes et bouddhistes.

JPEG - 27.3 ko
Fleurs (Hanamaruzu 1) de Itô Jakuchô (1716-1800).
Époque d’Edo, 1764. Couleurs et particules d’or sur papier. Quatre portes coulissantes, paroi sud du Jodan-no-ma, Oku-shoin. Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu

On reconnaît un sanctuaire shintô à son portique (torii) qui le précède et représente le seuil entre le monde extérieur et le lieu sacré. Il est souvent orné de bandes de papier arrangées deux par deux (gohei) à valeur d’offrandes ; elles symbolisent la présence du kami. Parfois, une corde sacrée (shimenawa) est tendue sur le torii. Le sanctuaire lui-même, en bois, se compose d’un hall principal (honden) et d’un oratoire (haiden) où les fidèles déposent leurs offrandes (ils ne sont pas autorisés à pénétrer dans le honden). D’autres sanctuaires plus importants comportent une arène de sumô (lutte sacrée) ou un théâtre nô. Les rituels sont célébrés par un kannushi (prêtre), masculin ou féminin, élu et rétribué par la communauté. Le prêtre pratique, en dehors des rituels, une vie tout à fait normale, sauf s’il est affecté à plein temps à un grand sanctuaire, tel le Konpira.

Comme les temples bouddhiques, les sanctuaires shintoïstes sont associés à la création artistique (cf. exposition Zen et art à Kyôto au Petit Palais). A la fois lieu de méditation et de culture, le Konpira-san soutient les arts et les sciences depuis la période d’Edo (1600-1867) et conserve aujourd’hui plus de 6.000 œuvres. Pour la plupart des peintures murales - cloisons coulissantes et paravents - qui relèvent de l’architecture intérieure du sanctuaire. La scénographie de l’exposition rend compte de cette disposition singulière, propre aux intérieurs japonais. Les cloisons coulissantes (fusuma) et les paravents (byôbu) constituent des “murs de vent” et “permettent d’agrandir ou de diminuer l’espace par un habile jeu de cloisons mobiles”, explique la commissaire de l’exposition, Hélène Bayou.

Sont ici reconstituées les salles des Grues du Japon, des Tigres, des Sept Sages de la forêt de bambous - un thème issu de la peinture chinoise classique -, de la Cascade. Ces peintures murales sont toutes réalisées par Maruyama Okyo (1733-1795), illustre artiste du XVIIIe siècle, dit “plus grand peintre de Kyotô”. Maruyama Okyo s’est rendu célèbre par un style accessible qui s’inspire directement de la nature. Ces œuvres sont aujourd’hui classées Bien Culturel Important. Tout comme (la salle de) la Composition florale d’Itô Jakuchû (1716-1800), qui recouvre la totalité de la pièce. Son style inimitable, un mélange adroit de réalisme et de création, lui vaut la réputation de “peintre excentrique”.

JPEG - 40.8 ko
Paravent : mont Fuji et cèdres (gauche), attribué à Kanô Eitoku (1543-1590).
Époque Momoyama. Couleurs et feuilles d\’or sur papier. Paire de paravents à 6 panneaux. Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu %%

Quant aux scènes du Mont Fuji, attribuées à Kanô Eitoku, et du Genji Monogatari (Dit du Genji) de Tosa Mitsumoto, elles illustrent deux courants picturaux majeurs de l’époque Momoyama (1573-1603), respectivement, l’école Kanô et l’école Tosa. Cette dernière se consacre aux thèmes typiquement japonais - les quatre saisons, des scènes inspirées de la littérature nationale, les sites célèbres, les activités de la vie quotidienne à la cour, les portraits et les sujets bouddhiques. Ce genre narratif utilise comme support des rouleaux horizontaux (makimono) sur lesquels textes et images alternent. L’école Kanô, en revanche, s’inspire de l’art pictural chinois. Elle s’illustre sur des portes coulissantes à fond d’or, couvert de paysages aux couleurs opaques et cernées de lignes épaisses, qui ornent les demeures des chefs politiques et militaires.

JPEG - 43.9 ko
Paravent : scènes du Dit du Genji (gauche), attribué à Tosa Mitsumoto (1530-1569).
Époque Momoyama. Couleurs et feuilles d\’or sur papier. Paire de paravent à six panneaux. Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu %%

JPEG - 25.7 ko
Vue du mont Fuji depuis Makigahara, de Takahashi Yuichi (1828-1894).
Époque Meiji, 1878. Huile sur toile. Sanctuaire de Konpira, île de Shikoku, Japon (c) Keiichi Kawamura / Kotohira-gu %%

Le Konpiran-san, également appelé Kotohira-gû, possède le plus grand nombre de peintures de Takahashi Yuichi (1828-1894), célèbre peintre japonais - au point d’être cité dans les manuels scolaires - qui réalise des natures mortes, portraits et paysages selon l’art pictural occidental.

L’exposition s’achève sur les œuvres contemporaines de Takubo Kyôji, conseiller culturel du Konpira-san, en charge de sa rénovation. Cet artiste majeur au Japon s’est fait connaître en France en restaurant une chapelle (1989/99) près de Falaise (Normandie), qu’il a ornée de peintures murales représentant des pommiers. Pour le sanctuaire de la mer, Takubo Kyôji a imaginé des camélias aux couleurs indigo - symbole de sa renaissance.


Source : www.artscape.fr




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?