Buddhachannel

Dans la même rubrique

29 juin 2016

Femmes de l’Église

29 juin 2016

Gayatri Mantra

15 juin 2016

Les Dieux de l’Inde

2 de mayo de 2016, por Buddhachannel Es.

Los Dioses de la India









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Les Coptes chrétiens d’Egypte : deux mille ans de christianisme - Partie 1

lundi 12 octobre 2009

Langues :

Dans cet excellent dossier, Wadie Andrawiss, né en Egypte, partage le fruit de sa recherche sur les Coptes chrétiens d’Egypte et de ses années d’enseignement à la Sorbonne où il a donné plusieurs séries de conférences, dans le cadre des cours de culture générale, sur "Les Coptes chrétiens d’Egypte", "Les chrétiens d’Orient" et "Les lieux saints de la Palestine".


LES COPTES CHRETIENS D’EGYPTE
deux mille ans de christianisme

GIF - 118.6 ko
Christ Roi

Partie 1 - Introduction - Qui sont les coptes d’Egyptes ?

"Les chrétiens d’Egypte sont appelés Coptes. Les Coptes sont avant tout, de vrais Egyptiens et identifiés à l’Egypte puisqu’ils la portent dans leur nom [ndlr : l’auteur explique en détail l’étymologie du mot Copte]. Ils revendiquent avec honneur et fierté d’être les authentiques descendants directs de la nation pharaonique et les dépositaires de sa culture."

"L’Eglise copte compte aujourd’hui plus de dix millions de fidèles qui sont parmi les citoyens les plus actifs et les plus fidèles de leur patrie. Elle a participé à toutes les luttes nationales et à toutes les souffrances de l’Egypte. Les Coptes sont présents dans toutes les classes sociales et dans tout le pays. Ils comptent y rester car ils considèrent qu’ils ne vivent pas en Egypte, mais que c’est l’Egypte qui vit en eux puisque ils la portent dans leur nom."

Ces deux extraits tirés de l’introduction et de la conclusion du texte de Wadie Andrawiss expriment bien l’esprit dans lequel cette présentation des "Coptes chrétiens d’Egypte" a été écrite. Le sommaire ci-dessous indique les grands thèmes traités par l’auteur. La rédaction de "theologia.fr" remercie Wadie Andrawiss d’avoir accepté de nous guider dans cette région, si peu connue ici en Occident, du "monde de la théologie".

INTRODUCTION

L’existence des chrétiens ou des Églises chrétiennes dans les pays Arabo - musulmans du Proche-Orient est généralement ignorée par les occidentaux. Cette ignorance provient du fait que l’on confond les termes "arabe" et "musulman". Pour une majorité de gens, un arabe est musulman et un musulman est arabe. Cette confusion provient d’une ignorance des données du monde islamique et du monde arabe.
En effet, un musulman n’est pas nécessairement d’origine ou de langue arabe. Par exemple, les Turcs, les Pakistanais, les Iraniens, les Albanais, les Afghans , les Kabyles, les Berbères... etc.. sont des musulmans, mais ils ne sont ni de race ni de langue arabe.
D’autre part, un arabe ou un arabophone n’est pas nécessairement de confession islamique. La preuve : la présence de près de vingt millions de chrétiens arabes ou arabophones vivent au Proche-Orient.

Il faudrait aussi préciser que ces chrétiens qui vivent en Egypte, au Liban, au Proche-Orient en général, ne sont nullement d’origine islamique. En effet, au cours des siècles passés, depuis l’apparition de l’islam et de son expansion dans le monde à partir de 632 après JC et jusqu’à nos jours, l’histoire n’a pas enregistré de conversion massive d’arabes musulmans au christianisme. C’est tout le contraire qui s’est produit et qui se passe encore de nos jours. Des chrétiens sont forcés, pour des considérations d’ordre économique, social, professionnel ou politique, de se convertir à l’Islam.

Les chrétiens de langue arabe du Proche - Orient sont donc les descendants des chrétiens des premiers siècles de notre ère, qui vivaient dans ces pays, bien avant l’apparition de l’Islam. La langue arabe est devenue, pour eux aussi, la langue dans laquelle ils prient et expriment, quand cela est possible, leur foi. Allah est le mot qui désigne Dieu en arabe : il est commun aux chrétiens, aux musulmans et aux juifs. Il faut rappeler également que la langue arabe, avant d’être la langue du Coran, était la langue des chrétiens qui vivaient en Arabie avant l’apparition de l’Islam. L’histoire nous a livré les noms des grands orateurs chrétiens et poètes de langue arabe.

QUI SONT LES CHRETIENS D’EGYPTE ?

Les chrétiens d’Egypte sont appelés Coptes. Les Coptes sont, avant tout, de vrais Egyptiens, identifiés à l’Egypte puisqu’ils la portent dans leur nom. Ils revendiquent avec honneur et fierté d’être les authentiques descendants directs de la nation pharaonique et les dépositaires de sa culture. "Copte" n’est d’ailleurs que l’abréviation, par suppression de la diphtongue initiale, du mot "Aegyptoi", formé par les Grecs d’Égypte au VIII°s av. J.C. sur le nom prestigieux du temple de Memphis, dédié au dieu Ptah, de l’ancienne capitale de l’Ancien Empire Het-Ka-Ptah : "château de l’âme de Ptah". Het-Ka-Ptah devenu "Aeguptoi". Le mot a été transformé par les Arabes, qui n’admettent dans leur langue écrite ni voyelle ni diphtongue initiale. Les conquérants de l’Égypte au VII°s. (642) désignèrent ainsi les habitants de la vallée du Nil : à l’époque, presque tous étaient chrétiens. Ils les appelaient " qpt ", " gpt " ou encore " cophte ". Peu à peu l’Arabe remplace la langue copte dans le parler ordinaire du pays, ensuite dans l’administration . Sous sa nouvelle forme, le mot est passé en Europe par l’intermédiaire, d’abord, des Croisés, ensuite des voyageurs, notamment des XVII° et XVIII°s., qui l’avaient sans doute rapporté de l’Égypte musulmane.

Or le peuple que les Arabes avaient trouvé en Égypte était, dans sa plus grande majorité, de religion chrétienne. Dès lors, pour la nouvelle administration, de même que le mot arabe signifie musulman, copte signifie chrétien, naturellement chrétien d’ Égypte... Le terme copte, qui avait à l’origine un sens ethnique, s’est chargé d’un sens religieux.
Dès lors, on a placé sous le vocable "copte" tout ce qui, de près ou de loin, pouvait s’y rattacher. La notion s’applique à tout ce qui se rapporte à la vie des chrétiens Égypte : église, liturgie, langue, littérature, écriture, vie religieuse, monachisme, musique, arts, vie sociale, moeurs, aussi bien qu’objets d’usage courant : vêtements, bijoux, instruments de travail... etc...

Actuellement la population égyptienne, à vrai dire dans sa grande majorité( près 85%) descend de l’ancienne race, Chrétiens et Musulmans confondus. Les apports ethniques extérieurs ( Grecs, Juifs, Nubiens, Libyens, Arabes ) sont très limités.
La ressemblance est frappante entre les types humains égyptiens contemporains et ceux qui sont représentés, en bas-reliefs et en peintures sur les murs des différents monuments égyptiens : mastabas, tombes, temples... etc...

Lorsque les ouvriers ont extrait du sable la statue en bois, datant de l’Ancien Empire, de "cheikh el Balad " ( le maire du village ), et qu’on l’a montrée aux touristes, ceux-ci étaient frappés d’étonnement par l’extrême ressemblance entre la statue et le notable du village. Quand vous êtes en Égypte, il est également difficile de distinguer dans la rue les chrétiens des musulmans. Mais il est cependant vrai que les Coptes se considèrent comme les authentiques descendants de la nation pharaonique et les dépositaires de sa culture car, entre la culture copte et celle de l’ancienne Égypte, il y a des liens qui dépassent le seul lien ethnique.


Wadie Andrawiss

GIF - 17.3 ko
Wadie Andrawiss

Wadie Andrawiss est né en 1940 à Bouche-Beni Suef Haute-Egypte. Il est marié et père de deux enfants. Il a obtenu un doctorat de l’Université de Strasbourg (Sciences religieuses) en 1970, le Diplôme Universitaire Civilisation Islamique (Bordeaux III) en 1975, la Licence ès-Lettres langue et littérature Arabe (Paris III La Sorbonne) en 1985 et un D.E.A Histoire des Religions et Anthropologie Religieuse (La Sorbonne Paris IV - Département des Religions) en 1989.




Voir en ligne : yclady.free.fr

P.-S.

Parmi les publications de Monsieur Wadie Andrawiss :
- "L’Art Copte", Le Monde copte, N° 2 , 1977
- "Le Renouveau dans l’Église copte", Le Monde copte, N° 3, 1977
- "L’organisation paroissiale dans l’Église copte", Le Monde copte, N°4 1978
- "Le Monachisme égyptien", Le Monde copte, N° 21-22 Limoges 1992
- Le sacrement de mariage selon le canon et le rite copte. CLV Edizioni Liturgiche, Roa, 1994
- "Les Églises Orientales Préchalcédonniennes", Encyclopédie des Religions, Editions Bayard, 1997, p. 489 à 498.

Il a fait de recherche sur les thèmes suivants :
- Le Renouveau monastique copte
- Un exemple concret du monachisme copte contemporain : le monastère de Saint-Macaire du Wadi Natroune
- Les monastères coptes habités de nos jours
- La pratique monastique copte
- La profession monastique copte
- Glossaire monastique copte
- La situation des minorités chrétiennes dans les pays d’Islam.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

2 Messages

  • Cher Monsieur Wadie Andrawiss
    Je suis à la recherche de renseignements concernant la christianisation des monuments pharaoniques d’Egypte. En effet de nombreux monuments portent des marques de griffures longitudinales, qui selon le guide qui nous accompagnait lors de notre séjour en Haute Egypte, auraient été faites par les premiers chrétiens coptes afin de christianiser ces lieux païens. La poussière de roche recueillie étaient soit-disant considérée comme relique.
    Pouvez-vous me donner des informations sur cette pratique. Est-elle vrai ? Quels ouvrages parlent d’une telle coutume religieuse ? Pouvez-vous me renseigner s’il vous plait.
    Vous remerciant par avance, je vous adresse mes sincères salutations.
    Daniel Bernardin.
    Voici mon adresse Email : [email protected]

    repondre message

  • bonjour,
    vous dites :
    "En effet, au cours des siècles passés, depuis l’apparition de l’islam et de son expansion dans le monde à partir de 632 après JC et jusqu’à nos jours, l’histoire n’a pas enregistré de conversion massive d’arabes musulmans au christianisme. C’est tout le contraire qui s’est produit et qui se passe encore de nos jours. Des chrétiens sont forcés, pour des considérations d’ordre économique, social, professionnel ou politique, de se convertir à l’Islam."

    si les coptes etaient majoritaires à l’origine et maintenant minoritaire, comment ce la s’explique ?
    pouvez vous me dire comment l’islam s’est repandu en egypte ? y-a-t-il eu des batailles ? des chretiens ont ils été forcé de se convertir ? sont-ils partis apres l’arrivée des musulman ? ou se sont-ils convertis d’eux meme ?

    repondre message