Buddhachannel

Dans la même rubrique

15 de Março de 2016, por Buddhachannel Portugal

Casamento ecológico

28 décembre 2015

Le bois : écolo ou pas ?









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Et la Sécheresse au Sahel ?

mardi 14 juillet 2009

Langues :

ON LES APPELLE LES AGENTS STABILISATEURS. Les fermiers du Sahel (Afrique de l’ouest) ont une lourde responsabilité. C’est d’eux, que dépend la fluctuation menaçante d’une désertification ambiante.

photo : © François-Xavier Prévot, Marcheur-PhotographeLe débat est apparu dans les années soixante-dix, à l’heure où le Sahel connaît un déficit de pluviométrie sans précédent. En 1973, la situation devient critique. Le désert s’installe, les eaux des lacs s’évaporent, les nappes phréatiques touchent au plus bas niveau de leur histoire. S’il bouleverse le paysage, le désastre perturbe avant tout les activités humaines. L’agriculture, frappée au cœur, se paralyse et affame le peuple affaibli. L’approvisionnement en eau potable s’épuise. Les projets hydrauliques s’évaporent. Chez les Touaregs sahéliens, on parle de « Monna », pour désigner les suites catastrophiques d’une année d’aridité. Car la sécheresse emporte tout. La pénurie d’eau frappe Hommes, animaux, plantes, cultures. Et le constat est sans appel. L’homme-victime du climat impitoyable en est le premier responsable. C’est par la culture des terres qu’il épuise les sols. C’est lorsqu’il décime forêts et brousses qu’il réduit le processus de reproduction biologique.

L’exemple est clair : après la récolte, les fermiers sahéliens s’en vont. Les champs sont laissés à l’abandon des vents puissants qui balayent les sols et déracinent les semences. Et pourtant.

L’ « Etude Sahel » menée de 2005 à 2006 dans les région du Tahara, Maradi, Zinder, Tillabéry et au Niger en témoigne : si les sols aujourd’hui renouent avec le vert, c’est que les pluies ont repris en août. L’investissement humain, lui aussi, a été décisif. Les fermiers, puisqu’il s’agit bien d’eux, pris d’un élan de conscience, se sont engagés en agents stabilisateurs de la région dépecée. En développant la semence de plantes « vivaces », les champs pouvaient mieux se protéger contre les érosions des vents. La terre ainsi rassasiée, accroissait sa fertilité puis sa productivité.

Photo : © François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe >>


La solution n’est pas magique et la sécheresse fait encore bien des victimes de par le monde. Entre 1994 et 2003, les sécheresses et famines qui souvent en découlent représentent 48 % des catastrophes les plus meurtrières (Croix-rouge).
Preuve en est l’appel de Mgr Karel Kasteel, soucieux de mettre en lumière la situation alimentaire des habitants de 9 régions d’Afrique, dont le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Le Sahara avance clame-t-il. « N’abandonnons pas le Sahel ! »


Magali Lacroze, pour www.buddhachannel.tv


Photo : © François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe




P.-S.

Il est avéré que si les dons humanitaires ponctuels bénéficient souvent d’une générosité certaine de la communauté internationale (300 millions d’euros collectés en France pour les victimes du tsunami du 26 décembre 2004), l’importance capitale des aides durables au développement n’a pas encore été reconnue.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?