Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Histoire de la Thailande

mercredi 15 juin 2016

Langues :

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [italiano]

HISTOIRE DE LA THAILANDE

La préhistoire

Ban Chiang est un site archéologique du nord-est de la Thaïlande, près d’Udon Thani. En 1967 y ont été découverts des vestiges d’une culture inconnue datant de l’âge de bronze âgé de 2500 à 4000 ans av. J.-C.Les habitants de ce site, avaient développé des outils de bronze et commencé la culture du riz en rizière ce qui indique le début d’une société organisé. Des sépultures et un grand nombre de poteries peintes et objets en bronzes plus tardifs ont été mis au jour. Le site est classé Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992.

Les royaumes de Sukhothaï et Lannathai (± 1238 - 1558)

Selon la tradition, les chefs de clan thaïs de Sukhothaï s’affranchissent de la suzeraineté des Khmer en 1238 et élisent un roi. Le fils de ce roi, Rama Khamhaeng (Ramkhamhaeng), est connu par une inscription datée de 1292, que les Thaïs considèrent comme l’acte fondateur de leur nation.

Après sa mort, le pouvoir de Sukhothai a décliné et est devenu sujet du royaume d’Ayutthaya en 1365, qui a dominé la Thaïlande méridionale et centrale jusqu’en 1700.

Beaucoup d’autres États thaïs ont coexisté avec Sukhothai, notamment le royaume de Lannathai ou de Lanna dans le nord.
Cet État a émergé à la même période que Sukhothaï, mais a survécu plus longtemps.
Son histoire indépendante c’est terminée en 1558, quand elle est tombée aux mains des Birmans, elle a été dominée par la Birmanie et Ayutthaya alternativement avant de tomber aux mains de l’armée du Roi siamois Taksin en 1775.

Le royaume d’Ayutthaya (1350 - 1767)


Le premier souverain d’Ayutthaya, le roi Ramathibodi I, apporte deux contributions importantes à l’histoire de la Thaïlande : l’établissement et la promotion du bouddhisme theravāda comme religion officielle, pour différencier son royaume du royaume hindou voisin d’Angkor, et la compilation du Dharmashastra, un code légal basé sur des sources hindoues et des coutumes thaïes traditionnelles. Le Dharmashastra est demeuré un instrument de la loi thaïe jusqu’à la fin du xixe siècle.

Ayutthaya a des contacts avec l’Occident, à commencer par les Portugais au xvie siècle. Mais jusque dans les années 1800, ce sont ses relations avec les nations voisines comme l’Inde et la Chine qui sont primordiales. Ayutthaya contrôle un territoire considérable, allant des royaumes du nord de la péninsule malaise aux États du nord de la Thaïlande. Néanmoins, les Birmans, qui contrôlent le royaume de Lanna et ont également unifié leur royaume sous une dynastie puissante, lancent plusieurs tentatives d’invasion dans les années 1750 et 1760. Finalement, en 1767, les Birmans attaquent la ville d’Ayutthaya et la conquièrent. La famille royale fuit la ville où le roi meurt de faim dix jours plus tard, marquant la fin de la lignée royale d’Ayutthaya.

La période de Bangkok, Thonburi (1768-1932)

Après plus de 400 ans de puissance, en 1767, le royaume d’Ayutthaya est conquis par les armées birmanes, sa capitale incendiée et son territoire démembré. Le général Taksin parvient à réunifier le royaume du Siam à partir de sa nouvelle capitale de Thonburi et se fait proclamer roi en 1769.

Cependant, le roi Taksin est déclaré prétendument fou, dépossédé de son titre, fait prisonnier et exécuté en 1782. Le général Chakri lui succède en 1782 avec le titre de roi Rama I, premier roi de la dynastie Chakri. La même année, il fonde la nouvelle capitale de Bangkok, sur l’autre rive du fleuve Chao Phraya face à Thonburi.

Dans les années 1790, les Birmans sont défaits et chassés du Siam. Le royaume de Lannathai, appelé aussi royaume de Lanna, s’étant aussi débarrassé de l’occupation birmane, un roi d’une nouvelle dynastie y est installé dans les années 1790. Ce roi n’est en réalité qu’une marionnette du roi Chakri.

Les relations avec les Européens au XIXe siècle

Après la victoire des Anglais sur le royaume birman d’Ava en 1826, les héritiers de Rama I s’inquiètent de la menace du colonialisme européen. La première reconnaissance thaïe d’une puissance coloniale dans la région est formalisée par la signature d’un traité d’amitié et de commerce avec le Royaume-Uni en 1826, le traité Burney.

En 1833, les États-Unis inaugurent des échanges diplomatiques avec le Siam, nom que le royaume porta jusqu’en 1939, et de nouveau entre 1945 et 1949. Cependant, c’est pendant les règnes du roi Chulalongkorn, et de son père le roi Mongkut que la Thaïlande a établi un rapprochement ferme avec des puissances occidentales. Les Thaïs considèrent que les qualités diplomatiques de ces monarques, ajoutées aux réformes modernes du gouvernement siamois, ont fait du Siam le seul pays en Asie du Sud-Est à éviter la colonisation.

Progressivement, au xixe siècle, le Siam recule face à deux puissances européennes : le Royaume-Uni et la France. Ces deux puissances grignotent le Siam, à la fois territorialement sur ses marges, et sa souveraineté.

La France, en 1873 et 1883, intervient deux fois pour mettre fin au piratage des Pavillons noirs dans le Tonkin, théoriquement sous protectorat siamois. En réaction, le Siam occupe Luang Prabang en 1883, mais ne peut empêcher l’installation d’un vice-consulat français dans cette ville en 1886 (Auguste Pavie), ni l’annexion en 1888 de 72 cantons par la France.
En 1893, plusieurs incidents opposent le Siam et la France : soit celle-ci les provoque, soit elle exagère leur importance, faisant ainsi monter la pression, jusqu’à l’envoi illégal de deux canonnières à l’embouchure du fleuve Chao Phraya, dont les capitaines annoncent leur intention de remonter jusqu’à Bangkok. Le Siam se met en tort en ouvrant le feu : le casus belli est saisi par le résident français à Bangkok, Pavie. Celui-ci exige l’abandon de la rive orientale du Mékong ; un blocus est mis en place à l’embouchure du Chao Phraya. Le Siam cède, et la France ajoute à ses exigences une zone démilitarisée large de 25 km le long de la rive occidentale du Mékong, plus les provinces de Battambang et de Siam Reap. La ville de Chanthaburi est occupée par une garnison française (traité signé le 3 octobre 1893).

Le 13 février 1904, la France annexe Luang Prabang et Champassak.
Du côté anglais, des provinces sont réunies à la Birmanie. Le chemin de fer vers Singapour est concédé en exclusivité à une société britannique. Le Royaume-Uni obtient de plus l’assurance qu’aucun canal ne sera percé dans l’isthme de Kra.

Le traité anglo-siamois de 1909 établit la frontière moderne entre le Siam et la Malaisie britannique. Le Siam doit céder à l’Angleterre les états malais de Kedah, Kelantan, Perlis et Terengganu, jusque là ses vassaux et qui deviennent protectorats britanniques. La suzeraineté thaïe est maintenue sur le royaume de Patani (divisé depuis pour donner les provinces de Pattani, Yala, Narathiwat) et le district de Setul, détaché du Kedah (et devenu depuis la province de Satun).

Une série de traités avec la France a fixé la frontière orientale présente du pays avec le Laos et le Cambodge, le Siam plus tôt avait fait des réclamations et dans une certaine mesure contrôlé ces deux territoires.
Au total, le Siam a perdu 456 000 km² durant le règne de Chulalongkorn.

La dictature militaire et la Seconde Guerre mondiale

Le coup d’état du 24 juin 1932 au Siam est une transition sans effusion de sang d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Parmi les conspirateurs se trouve le lieutenant-colonel Plaek Phibunsongkhram, plus connu sous le nom de Phibun.

En 1938 Phibun, qui a maintenant le grade de major-général, devient premier ministre. C’est un admirateur de Mussolini. Il fait arrêter 40 opposants politiques en 1939, monarchistes aussi bien que démocrates. Après une parodie de procès, 18 d’entre eux sont exécutés. Phibun change le nom du pays, qui de Siam devient Prathet Thai, "pays des Thaïs" ou Thaïlande. Ce nom sous-entendait une unité de tous les peuples de langue thaï, ce qui incluait les Lao du laos et les Shan de Birmanie, mais excluait les Chinois. Le slogan du régime est d’ailleurs la "Thaïlande aux Thais". Un autre argument est étymologique, le mot thai signifiant également "libre". Le nom de Prathet Thai est d’abord employé non officiellement entre 1939 et 1945 puis déclaré officiel le 11 mai 1949.

En 1940, profitant de l’affaiblissement de la France après la défaite de juin devant les Allemands, la Thaïlande attaque l’Indochine française. La guerre franco-thaïlandaise dure quelques mois, et se conclut par l’annexion de quelques provinces, notamment grace a l’arbitrage japonais.

Le 8 décembre 1941, c’est-à-dire le lendemain de l’attaque de Pearl Harbor, la 25ème armée japonaise envahit le sud de la Malaisie, alors sous protectorat britannique, et le nord de la Thaïlande par un assaut amphibie. Les troupes japonaises signent un "traité d’amitié" avec le gouvernement thaïlandais et le forcent à leur laisser l’usage de ses bases militaires pour l’invasion des autres pays d’Asie du Sud-Est. Le 22 janvier 1942, 55ème division japonaise lance depuis Rahaeng en Thaïlande (province de Pathum Thani) une attaque sur la Birmanie à travers le col de Kawkareik en pays karen. La 17ème division indienne de l’armée britannique, qui gardait le secteur, formée à la hâte et mal entraînée, doit battre en retraite vers l’ouest.
En accord avec l’alliance militaire entre la Thaïlande et le Japon signée le 21 décember 1941. Le 25 janvier 1942, la Thaïlande déclare la guerre aux Etats-Unis et au Royaume Uni. Des éléments de l’armée thaïlandaise franchissent la frontière et pénètre dans l’état Shan (dont les habitants sont de langue de la même famille que le thaï) en Birmanie le 10 mai 1942. Trois divisions d’infanterie et une division de cavalerie, précédées de groupes de reconnaissance et soutenues par l’aviation, entrent en contact avec la 93ème division chinoise, qui doit battre en retraite. Kengtung est prise le 27 mai. De nouvelles offensives repoussent les troupes chinoises au Yunnan dans le sud de la Chine.

En août 1943, les Alliés créent le South East Asia Command (SEAC) dans le but de coordonner leurs différentes troupes présentes sur le théâtre d’Asie du Sud-Est. La première zone d’opération pour les forces terrestres du SEAC est constituée par l’Inde, la Birmanie, Ceylan, la Malaisie, Sumatra (dans l’actuelle Indonésie) et la Thailande.
Avec les revers successifs du Japon, Phibun est contraint de démissionner. A la fin de la guerre, les Alliés le jugent pour crimes de guerre et collaboration avec l’ennemi. Mais une opinion publique qui lui est favorable amène à l’arrêt des poursuites.

Après la Seconde Guerre Mondiale

JPEG - 120.4 ko
Rama IX and Queen Sirikit

En novembre 1947, des unités de l’armée contrôlées par Phibun forcent le gouvernement à démissionner. Phibun redevient premier ministre en avril 1948. Cette fois-ci, son régime adopte une façade démocratique. Il reçoit de l’aide des Etats-Unis lorsque la Thaïlande participe à la force multinationale des Nations Unies lors de la guerre de Corée.

Phibun renoue avec sa politique anti-chinoise des années 1930. Son gouvernement arrête l’immigration chinoise et prend diverses mesures pour restreindre la domination économique des Chinois en Thaïlande. Les écoles et associations chinoises sont de nouveau interdites.
En 1951, alors qu’il assiste à une cérémonie à bord du USS Manhattan de la marine américaine, Phibun est pris en otage par un groupe d’officiers de la marine thaïlandaise. Des combats éclatent dans les rues de Bangkok entre la marine et l’armée de terre, cette dernière étant soutenue par l’armée de l’air. Phibun réussit à s’échapper. Les marins déposent les armes.

La Thaïlande devient un allié officiel des Etats-Unis avec la signature de l’Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est (SEATO dans son sigle anglais) en 1954. Durant la guerre d’Indochine, elle reste néanmoins à l’écart.

En 1957, le maréchal Sarit Dhanaraj(=Thanarat) prend le pouvoir et force Phibun à s’exiler au Japon. Ce dernier y demeurera jusqu’à sa mort en 1964.

La Thaïlande passe un accord secret avec les Etats-Unis en 1961. Elle envoie des troupes au Viêtnam et au Laos et autorise les Etats-Unis à installer des bases aériennes dans l’est du pays, d’où décollent les bombardiers B-52 qui pilonnent le Nord Viêtnam.

1973 et après : un début de démocratie

L’histoire de la Thaïlande depuis 1973 a été une suite de transitions difficiles et parfois sanglantes entre le pouvoir militaire et civil. La révolution de 1973 a été suivi d’une brève et instable démocratie suivi du retour à un régime militaire porté au pouvoir par un coup d’état en 1976. Ce régime militaire a été très instable du aux multiples coups d’état. Au cours de la plus grande partie des années 80, le général Prem Tinsulanonda a régné sur la Thaïlande à la tête du régime militaire, et ce, avec un mandat démocratique à partir de 1983. Par la suite, le pays est demeuré une démocratie mise à part une brève période sous un régime militaire de 1991 à 1992. Le parti Thai Rak Thai (Thaï aime les Thaïs) mené par le premier ministre Thaksin Shinawatra gouverna à partir de 2001, jusqu’à ce qu’un nouveau coup d’état éclate en 2006.

- wikipedia

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?