Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Le chemin et les moyens dépendent de la destination.

Voir pour aller

mardi 9 février 2016, par Christelle Hauteville-Chadorla

Langues :



On me demande parfois de quelle manière j’ai trouvé le chemin à emprunter pour me créer une vie en accord avec ce qui est le plus important au fond de moi. Ce n’est pas tant le chemin qui compte au début, c’est la destination. Où veux-je aller ?

Nous n’avons pas tous la même destination dans le viseur, donc nous n’emprunterons pas tous le même chemin. Quand je parle de destination, il s’agit de savoir ce vers quoi nous tendons, « qui » nous voulons être. Je mets le « qui » entre guillemet parce qu’à un moment de notre développement, ce n’est plus tant le « qui » qui importe, mais juste ce qu’il y a à faire. La situation prend le dessus par rapport à nous. Ce qui importe c‘est d’être juste, d’agir juste, de parler juste et d’avoir des intentions justes. Je parlerai de ces différents niveaux de développement et des chemins que nous empruntons selon chacun d’eux dans un autre billet. Ils méritent un développement sérieux.

Pour l’heure, c’est d’être cohérent entre « Où voulons-nous aller en tant qu’être humain » et le chemin qui y conduit. Je m’explique. Si vous avez mal au ventre et que vous souhaitez arrêter d’avoir mal, il y a plusieurs possibilités. Vous allez voir un médecin allopathique qui vous prescrira des médicaments et votre mal cessera très certainement. Et vous retournerez chez ce médecin aux prochaines douleurs, si elles surviennent. Ici votre destination était « Cesser la douleur physique ». Et vous avez pris le chemin adéquat. Si vous croyez que la cause de votre douleur est psychologique, vous ferez un travail psy. Si vous croyez que votre douleur est liée à un désordre énergétique, vous ferez un travail énergétique. Pour les douleurs mentales, cela relève du même processus. En fonction de ce que vous croyez et envisagez comme possibilité, vous prendrez telle ou telle voie. Vous êtes triste, en colère ou déçu par la vie ou certaines circonstances de la vie ? Vous avez le choix de vous battre contre ces circonstances ou de faire un travail intérieur. Si vous ne croyez pas (même pas la moindre intuition) que la solution soit intérieure, vous ne ferez pas de travail sur vous. A l’inverse, vous entreprendrez un travail intérieur et en fonction de la destination que vous visez, vous suivrez une voie de bien-être, psychologique, énergétique ou spirituelle. En somme, vous prendrez le véhicule adapté au chemin à parcourir.

Dans nos sociétés occidentales, et particulièrement depuis ces dernières années, nous avons la chance d’avoir accès à différentes traditions qui proposent différentes manières de travailler sur nos perturbations (physiques, mentales ou spirituelles). Ces différentes traditions mettent en œuvre différentes pratiques. Je récuse les affirmations qu’elles sont toutes les mêmes, que seule la tradition diffère. Elles ne conduisent pas toutes à la même destination. Elles ont leur utilité et leur potentiel distinct. Leur point commun est d’être bénéfique quand elles sont enseignées et pratiquées avec éthique et savoir-faire. Mais leur potentiel n’est pas identique. Une voiture, un train et un avion vous emmènent tous d’un point à un autre. Cependant le premier vous emmène de quelques kilomètres à quelques milliers de kilomètres de chez vous en plusieurs heures, voire en plusieurs jours, alors que le dernier vous fait traverser la terre en moins d’une journée. Je parle ici d’expérience mais pas uniquement. Si vous vous penchez sur les fondamentaux de chacune de ces pratiques, vous y trouverez les bénéfices qu’elles apportent et donc la destination que vous pouvez espérer atteindre avec elle.

La première chose à faire pour trouver soi-même son chemin, c’est donc de s’apaiser pour clarifier sa destination. Nous sommes souvent pris par l’extérieur, par nos obligations, par notre histoire qui nous empêchent de fouler d’autres voies inconnues. Nous sommes aussi, dans nos mondes surinformés, inondés d’articles de vulgarisation et d’informations sur telle tradition, telle pratique, tel bénéfice que nous finissons par ne plus faire la différence. C’est pourquoi il est important de revenir à notre esprit et à ce que nous croyons. Où veux-je aller ? Pour trouver cette destination, il est bien souvent nécessaire de fermer les écoutilles un moment (s’isoler de l’extérieur). Pas besoin de partir en Inde ou au fond d’une grotte pour cela, même si c’est la solution pour certains. Nous pouvons le faire déjà en revenant à l’intérieur de nous par la méditation, écouter et ressentir où nous aimerions être maintenant et en faire une destination. Une fois notre destination clarifiée, choisissons le chemin qui nous y mènera. Et soyons ferme jusqu’à ce que nous ayons atteint cette destination. Est-ce la destination finale ? Oui, alors maintenons nous. Non, alors reprenons le processus du début, et passons à l’étape suivante.

Ce que vous croyez détermine vos choix et les chemins que vous prendrez. Si vous n’arrivez pas savoir où aller, c’est que vos croyances sont limitantes, qu’elles sont trop restreintes pour vous amener au mieux vivre. Seconde possibilité, c’est que vous n’arrivez pas à croire ce que vous croyez, vous doutez. Vous pensez que vous divaguez, que ce n’est pas possible, pas pour vous. Troisième possibilité, c’est que vous avez peur de vous mettre en chemin, peur d’arriver à destination. Le remède à ces deux possibilité est de faire l’expérience petit à petit, pas à pas, d’avancer par étape, juste ce qui est possible. Rester ferme sur la destination et doux sur le chemin. Que ce soit le doute ou la peur, pour en sortir, il faut se mettre en action.

Ah, au fait, seule l’expérience donne la connaissance. Ce n’est pas en lisant un article ou un livre sur la méditation que l’on devient méditant. Ce n’est pas en lisant une thèse sur l’opération à cœur ouvert que l’on devient chirurgien cardiaque. Ce n’est pas en lisant un livre ou écoutant une conférence sur l’art du bonheur que l’on devient heureux. Apprendre mène à réaliser une pratique correcte. La pratique correcte mène à l’expérience. L’expérience mène à la connaissance. La connaissance véritable mène à la transformation. Ce sont les étapes pour arriver réellement à destination.

Si vous hésitez à prendre un chemin, d’abord clarifiez votre destination.
Si vous voulez arriver à destination, choisissez le chemin et le véhicule adaptés.
Si la destination est lointaine, procédez par étape.

Harmonie Croissance Conseil... Christelle Hauteville-Chadorla




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?