Buddhachannel : le portail du bouddhisme dans le monde

Dans la même rubrique

Sondage


Voter Pourquoi sommes-nous sur Terre ?








tnh-bc-boutique


zen-bc-boutique


lhamo-bc-boutique


dl-bc-boutique


gargantua-bc-boutique

Vén. Shravasti Dhammika — La Sangha et l’Homosexualité

samedi 24 avril 2010, par Buddhachannel Asia

Langues :

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

LA SANGHA ET L’HOMOSEXUALITÉ [1]


21.08.2008

Singapour - L’homosexualité est la tendance à être attiré sexuellement par des personnes du même sexe, plutôt que par le sexe opposé. Dans l’ancienne tradition indienne, on considérait simplement que les homosexuels constituaient "la troisième nature" (tritiva prakti), et non qu’ils étaient des pervers, déviants ou malades.

Avec son insistance sur la psychologie et sur la cause et l’effet, le bouddhisme juge les actes, y compris les actes sexuels, principalement en se fondant sur l’intention (cetana) et les effets qu’ils entraînent.

Un acte sexuel motivé par l’amour, la mutualité et le désire de donner et de partager sera jugé positif, indépendamment du sexe des deux personnes concernées. L’homosexualité n’est donc pas considérée en elle-même, comme immorale dans le bouddhisme ou allant contre le troisième précepte, même si elle n’est pas toujours comprise dans les pays bouddhistes traditionnels.

Si un(e) homosexuel(le) évite la sensualité et la permissivité dudit "spectacle gay" et qu’il ou elle entre dans une relation amoureuse avec une autre personne, il n’y a aucune raison qu’il ou elle ne puisse pas être un bouddhiste pratiquant sincère et bénéficier de toutes les bénédictions de la vie bouddhiste.

Aucun code légal des pays bouddhistes traditionnels ne criminalise l’homosexualité en elle-même, mais il y a bien sûr des pénalités prévues à l’encontre du viol homosexuel et des actes homosexuels avec mineurs, tout comme il en est prévu pour des offenses similaires commises par des hétérosexuels. Aujourd’hui, dans la plupart des pays bouddhistes, l’homosexualité est généralement considérée comme étrange et risible bien que pas méchante ou mauvaise.

La Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, la Mongolie, le Japon et la Corée du Sud n’ont aucune loi contre l’homosexualité entre adultes consentants. L’homosexualité est illégale en Birmanie et au Sri Lanka principalement parce que leurs codes légaux se sont endurcis pendant l’ère coloniale. Récemment au Sri Lanka, la pénalité pour l’homosexualité a été intensifiée, en une réponse mal considérée au problème grandissant du tourisme sexuel dans le pays.

Le Dalaï Lama et l’homosexualité

Lors d’une conférence de presse en 1997, le Dalaï Lama a indiqué : "D’un point de vue bouddhiste (le sexe lesbien et gay)... est généralement considéré comme une inconduite sexuelle." Avant de s’apercevoir bien vite qu’il avait mis les pieds sur un champ de mines rose lorsque des bouddhistes occidentaux, dont un nombre important de bouddhistes gay, ont vivement exprimé leur indignation. En plus de faire la promotion du dhamma, le principal objectif du Dalaï Lama dans sa tournée de l’Occident, est de rallier des soutiens à sa cause, et à cette fin il se défie de vouloir aliéner quiconque. Aussitôt après avoir réalisé ce qu’il avait fait, il s’est immédiatement ravisé. Il a demandé une réunion avec des représentants gays et lesbiens, pendant laquelle il a exprimé la "volonté de considérer la possibilité que des enseignements puissent être spécifiques à un contexte culturel et historique particulier".

Dawa Tsering, porte-parole du Bureau du Tibet a publié une déclaration convenablement et politiquement correcte et prudente ; "Sa Sainteté s’oppose à la violence et à la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle. Il encourage le respect, la tolérance, la compassion et la pleine reconnaissance des droits humains pour tous". Les plumes froissées furent ainsi lissées, les bouddhistes tibétains occidentaux gays convaincus que le Dalaï Lama approuvait leur orientation sexuelle et le Dalaï Lama a continué de croire que l’homosexualité était mal - seulement maintenant il fait bien attention à ne plus jamais le dire en public.

La vérité est qu’alors même que le Dalaï Lama est l’une des personnes les plus bienveillantes qu’on puisse imaginer, il est aussi un tibétain très traditionnel de plusieurs façons - et la culture tibétaine traditionnelle, comme la plupart des cultures, a une idée très faussée et confuse de l’homosexualité. Les idées du bouddhisme tibétain sur l’homosexualité, n’ont pas dérivé des tout premiers enseignements du Bouddha mais des soutras et sastras Mahayana, dont les tout premiers datent d’approximativement 500 ans après le Bouddha. En ces temps, les bouddhistes indiens influencés par les nombreuses idées populaires indiennes, intégraient ces dernières à leur compréhension du Dhamma ; parfois avec des résultats pas très heureux. Une de ces idées était que les actes sexuels pouvaient être jugés bons ou mauvais, fonction de "l’endroit, de la personne et de l’orifice".

Avoir une relation sexuelle près d’un temple ou d’un stoupa était donc le mauvais endroit, avec une personne autre que son épouse était la mauvaise personne et ailleurs que par le vagin était le mauvais orifice. Pour être franc, c’est un assez bon exemple d’une mentalité comptée, subdivisante, catégorisante, devenue dominante dans la pensée bouddhiste cléricale. Je ne sais pas quand cette idée étrange a évolué mais je pense que la toute première mention que j’en connaisse, se trouve dans le Ugrapariprccha (ou peut-être qu’il s’agit du soutra Upasakashila) qui pourrait dater du 2nd siècle de notre ère. Et cela ne demande pas beaucoup de bon sens de voir à quel point elle est infondée, du point de vue du Bouddha.

Comment la loi du kamma distingue t-elle au juste un orifice d’un autre ? D’autres problèmes interviennent lorsque nous réalisons que beaucoup d’homosexuels masculins pratiquent le sexe intercurel et la masturbation mutuelle plutôt que le sexe de pénétration. Et quel organe sexuel au juste utilisent les lesbiennes pour pénétrer le sexe de leurs partenaires ? Le Dalaï Lama aurait aussi indiqué qu’il lui avait été difficile d’imaginer le mécanisme du sexe homosexuel, avançant que la nature avait prévu des organes mâle et femelle "d’une manière très convenable... les organes du même sexe ne peuvent pas bien s’accommoder".

Avec tout le respect du au Dalaï Lama, et j’ai pour lui le plus grand respect, cette déclaration montre à la fois l’ignorance et la naïveté concernant le sexe, et je dois aussi ajouter, de certains aspects du dhamma. Qu’est-ce que les jugements éthiques bouddhistes ont à voir avec deux parties du corps qui s’unissent "correctement" ou pas ? Je me nettoie souvent l’oreille avec mon doigt en dépit du fait qu’il ne s’ajuste pas bien à mon canal auditif. Cela signifie t-il pour autant que je crée du kamma négatif chaque fois que je me lave l’oreille ? De plus, le vieil argument "c’est contre nature" est à la fois erroné et irrévérencieux en ce qui concerne le Dhamma.

Si l’homosexualité est "contre nature" alors le célibat l’est d’autant plus, et tous les moines Gelougpa rompent le cinquième précepte, en s’abstenant d’avoir des relations sexuelles. Le critère du Bouddha du bon et du mauvais n’est pas fondé sur des idées de "naturel" ou de "contre nature" qui sont généralement des constructions sociales, mais sur l’intention derrière l’acte. Je suis navré de dire que les idées du Dalaï Lama concernant l’homosexualité vont de pair avec les croyances (et celle des autres tibétains) que de tourner des moulins à prières "priera" pour vous, que l’oracle de l’état tibétain reçoit les messages des dieux, que de voir le chapeau noir du Karmapa vous obtiendra l’illumination en sept vies et dans l’existence de déités courroucées comme Dorje Shukden. En bref, tout çà est médiéval.

Les deux choses les plus sensées que j’ai pu trouver sur la question de l’homosexualité et le Dhamma, sur internet sont Homosexuality and Theravada Buddhism par A. L. De Silva sur www.buddhanet.net et Buddhism and Homosexuality de Kerry Trembath sur www.yawningbread.org. Et si vous voulez savoir ce que des Tibétains, autres que le Dalaï Lama et la hiérarchie monastique tibétaine, pensent de l’homosexualité, jetez un oeil à gaytibet.blogspot.com. Ce site web et en particulier son courrier sur le Rimpoche conversant, devrait poser le dernier clou sur le cercueil de Shangri La.


Par le Vén. Shravasti Dhammika

Source : LankaWeb





Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

7 Messages de forum

  • Comme quoi, on peut avoir le titre de "Dalaï lama" et être un humain comme les autres, avec ses faiblesses et ses peurs...

    Répondre à ce message

  • La logique même. Je me demande pourquoi on fait tant d’histoires à propos de çà.

    Répondre à ce message

  • Je ne penses pas que le Dalai-lama soit quelqu’un d’ignorant sur ce sujet... Il n’a jamais fait de racisme je crois auprès de qui que ce soit, mais bon, Moi même jai des amis homosexuel que je respect, le Dalai-Lama n’est pas ignorant..

    Laurent

    Répondre à ce message

  • """"""Si l’homosexualité est "contre nature" alors le célibat l’est d’autant plus, et tous les moines Gelougpa rompent le cinquième précepte, en s’abstenant d’avoir des relations sexuelles.""""""""

    Vérifié vos source !! Pourquoi critiquer les Geloupas ??

    Répondre à ce message

    • Effectivement, cette phrase fait tomber toute l’argumentation de l’article. Doit-on rappeler que, dans quasiment toutes les traditions, le célibat est la règle ?

      Quant à l’homosexualité, elle nous désapprend à vivre avec quelqu’un de différent en même temps qu’elle nous désapprend à nous reproduire. Elle me semble déviante car elle ne participe pas des fonctions complémentaires des corps et esprits masculin et féminin.

      Répondre à ce message

  • L’article cité de A. L. De Silva, Homosexuality and Theravada Buddhism, est lisible ici :

    http://www.buddhanet.net/homosexu.htm

    Répondre à ce message

  • Le problème avec l’homosexualité aujourd’hui est plus complexe que ça. C’est un faux combat utilisé par le système pour camoufler les vrai problèmes de la société ( mondialisation, prise du pouvoir par les banques, destructions des nations et des identités....) ; En gros ils ne veulent plus de différence entre les cultures, entre les nations, entre les peuples, et maintenant entre les sexes : C’est ce qu’on appel "l’uniformisation". Et tout ça sous le masque de la liberté, du progrès, et du jouir sans entrave. Comme dirait Shunryu Suzuki, " La liberté n’est pas l’absence de règles" Sans parler de la volonté du système de détruire la famille, car sans évidemment vouloir mettre tout le monde dans le même sac, dîtes vous bien que le mariage gay va profiter aux riches qui pourront littéralement se "payer" des gosses, ou avoir recours à des mères porteuses, c’est à dire la marchandisation de l’être humain ; Comme dirait un certain Pierre Bergé qui ose affirmer : « Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant. ».

    Voilà la réalité de ce que certains considère comme un "progrès" et que beaucoup de Français dont moi considèrons comme une déviance et une arnaque. Evidemment certains ne trouveront comme seul arguemnt à me répondre, l’éternel "homophobes !!!!!" . Ces personnes sont soit des naïfs (idiots utiles), soit des collabos. Car mes arguments n’ont rien à voir avec une quelconque homophobie, c’est un constat. Je n’ai rien contre les homo, mais contre l’utilisation politique qui en ai faite.

    Répondre à ce message