Buddhachannel

Dans la même rubrique









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Que se passe t-il au Tibet ? - Par Ursula Gauthier, envoyée spéciale du NouvelObs

samedi 26 juillet 2008, par Buddhachannel Fr.

Langues :

samedi 26 juillet 2008
Par Ursula Gauthier, envoyée spéciale du NouvelObs


Patrouilles incessantes, contrôles d’identité à chaque instant, mouchards, caméras de surveillance, micros-espions dans les rues : quatre mois après la révolte du Tibet, le pouvoir chinois fait régner à Lhassa, d’où les journalistes sont bannis, une paranoïa qui rappelle les pires persécutions staliniennes...

A Lhassa, les chauffeurs de taxi sont presque tous chinois, les cyclopousses presque tous tibétains : c’est un des signes les plus visibles de l’inégalité des statuts qui fait grincer les dents des Tibétains. Mais depuis l’écrasement de la révolte du 14 mars et l’imposition d’une loi martiale qui ne dit pas son nom, on n’entend plus la moindre plainte. Il faut être fou, ou inconscient, pour élever la voix. Ou ivre. C’est le cas de ce jeune homme qui prend un taxi un jour de juin, trois mois après les émeutes. Il vient d’une « bonne famille tibétaine », il est éméché et sans doute arrogant. Sûrement trop confiant dans l’entregent de son père, haut cadre du Parti. Il se répand en invectives contre ces Chinois qui se conduisent au Tibet comme en pays conquis. En temps normal, le chauffeur aurait fait profil bas, de crainte que le fils à papa ne le prive de sa licence. Mais les temps ont changé. Le petit taxi sichuanais s’arrête au premier carrefour et va se plaindre auprès des soldats postés là comme à tous les coins de rue. Les militaires foncent sur l’ivrogne. Malgré sa mise de golden boy de la nomenklatura, malgré le nom de son père qu’il hurle en chinois, ils le jettent sur le pavé et s’acharnent sur lui à coups de botte - jusqu’à ce que mort s’ensuive. Paralysée d’effroi, une foule immense a suivi toute la scène, sans un mot, sans un geste. Mission accomplie. Tout Tibétain, du haut en bas de l’échelle, sait désormais qu’il risque la mort au moindre soupçon d’irrespect à l’égard de la puissance chinoise. Lhassa doit oublier la dangereuse audace des grappes de jeunes qui hurlaient d’excitation en arrachant les grilles métalliques de la Banque de Chine, qui caillassaient les camions militaires, incendiaient les commerces chinois et molestaient leurs boutiquiers. Après avoir passé en boucle à la télévision les images inouïes de ces jours de désordre et de rébellion, le pouvoir veut maintenant imprimer la terreur dans les esprits.

La présence militaire est écrasante, les contrôles d’identité incessants. Ne pas avoir ses papiers entraîne une arrestation immédiate, parfois une disparition définitive. Car la lutte contre les « éléments criminels » responsables des troubles de mars n’est pas terminée. Une liste d’émeutiers recherchés est toujours affichée sur des panneaux publics. Les contrôles visent surtout les grands gaillards aux cheveux longs, au teint cuivré, portant un rosaire au poignet, une turquoise au cou ou une dent en or : des Tibétains des hauts plateaux, qui ont fourni le gros des insurgés de mars. « La plupart sont renvoyés dans leurs bleds, souffle un habitant de Lhassa sous couvert d’anonymat. Ceux qui ont trempé de près ou de loin dans les émeutes sont arrêtés, torturés, déportés. Une amie chinoise, qui prenait le train quelques semaines après les événements, a vu des centaines d’hommes blessés, claudiquant, couverts de bandages sales, menottes, embarqués sur le train pour Xining. De là, ils auraient été envoyés au Sinkiang, où se trouvent les pires goulags de Chine. Les familles, des nomades ou des paysans illettrés, n’osent pas demander des comptes... »

Cette chasse au faciès a vidé les rues de Lhassa des impressionnants nomades couverts de bijoux qui faisaient tourner les moulins à prières. Surtout fuir toute ressemblance avec ces fiers Khampas qui ont osé se dresser contre les maîtres chinois. Exit la mode « ethnique » qui avait cours chez les jeunes branchés de Lhassa. « Plus personne ne porte les cheveux sur l’épaule : trop dangereux, explique un musicien avec un rire amer. On s’est tous rabattus sur la coiffure déstructurée qui a cours chez les modeux Chinois... » En priant pour ne pas s’attirer la suspicion des uniformes omniprésents.

On ne peut faire trois pas sans tomber, à chaque carrefour, devant chaque bâtiment officiel, chaque point sensible ou symbolique (stations d’essence, postes, banques, etc.), sur des groupes de soldats, l’air mauvais, déployés en éventail, fusils pointés vers l’extérieur, doigt sur la gâchette. Dans toutes les rues et ruelles, toutes les cinq minutes, une patrouille de militaires, visages fermés, tenue léopard et gants blancs, défile au pas. Des camions vert-de-gris sillonnent les avenues, exhibant leur cargaison de wujing (police armée) en attirail complet - casques, boucliers, matraques, fusils... Les nombreuses casernes qui entourent la ville sont-elles insuffisantes à loger cet afflux de troupes ? Les unités militaires venues du Sichuan avec leurs véhicules briqués, leur matériel dernier cri, occupent ostensiblement le Musée du Tibet, la Bibliothèque du Tibet, désormais fermés aux visiteurs.

A cette mise en scène qui vise à frapper les esprits s’ajoute la part immergée de l’iceberg : des milliers de mouchards, déguisés en citoyens ordinaires, en nomades, voire en moines, épient les conversations dans tous les lieux publics. « On ne dit plus rien de personnel, sauf aux amis très sûrs, dans des endroits très sûrs, avoue un Tibétain à mi-voix. Prenez la place du Jokhang, le temple principal : c’est le lieu le plus fliqué de la planète. » En effet, il suffit de lever le nez : à côté des caméras de surveillance classiques, les bâtiments qui bordent l’esplanade du majestueux coeur de Lhassa ont reçu de nouvelles caméras sphériques plantées au bout de longs bras horizontaux. Ce sont des fish eyes, capables de filmer à 360°. Le bruit court que des « micros-zooms » ont été installés, qui peuvent capter une conversation particulière à des dizaines de mètres de distance.

De quoi créer une paranoïa qui rappelle l’époque des pires persécutions staliniennes. Les gens simples sont ainsi persuadés que les Chinois disposent de moyens techniques fabuleux. « Quand les fouilles des maisons ont commencé, ma nounou m’a confié en pleurant qu’elle avait détruit les deux photos du dalaïlama qu’elle possédait, raconte une intellectuelle . Pourquoi ne pas les avoir cachées ? Parce qu’elle avait entendu dire que les Chinois avaient une torche spéciale qui bipait et détectait les photos du dalaï-lama les mieux dissimulées... »

Cette terreur extrême, frôlant l’irrationnel, explique peut-être en partie l’absence de photos de la répression. Certes, lors des fouilles, des contrôles, les forces de l’ordre ont spécifiquement recherché les images, épluchant les ordinateurs, les cartes à mémoire des mobiles, saisissant tout ce qui avait trait aux événements de mars. Mais il faut aussi compter avec l’autocensure : « Si quelqu’un a eu le courage défaire des photos des tués, il lui en faut encore plus maintenant pour ne pas les détruire. Quant à essayer de les faire sortir, ce serait de l’héroïsme », affirme-t-on sous le manteau. Toute personne en possession de la moindre image « sensible » est traitée comme un criminel.

Tous les touristes, y compris les touristes chinois, doivent respecter la consigne : pas de photos qui fâchent. Les agences habilitées à recevoir des visiteurs étrangers se sont engagées auprès du Bureau du Tourisme à surveiller étroitement leurs clients : « Pas de photos de militaires, ni de policiers. Pas de photos de bâtiments détruits pendant les émeutes. Ne faites pas de photos d’un quelconque incident, un quelconque heurt entre la population et les forces de l’ordre, insistent les guides. S’il vous plaît, respectez les ordres, nous sommes responsables de votre conduite. »

A ce jour, la stratégie est payante : aucune image n’a transpiré des tueries de mars, ni des arrestations massives qui ont suivi. Quant à celles de l’occupation militaire actuelle, elles se réduisent à quelques photos volées. Le 25 juin, la Chine a pourtant annoncé la réouverture du Tibet au tourisme. En fait, seuls de rares voyageurs indépendants sont admis. Quant aux journalistes accrédités, théoriquement bienvenus, on les empêche systématiquement de s’y rendre. Le Tibet est la seule province de Chine dont l’accès soit subordonné à un permis spécial - aux conditions désormais draconiennes : séjour limité à six jours ; visites et trajets prédéfinis ; guide, chauffeur et même véhicule désignés à l’avance et impossibles à modifier... Ici, les touristes sont surveillés comme le lait sur le feu.

« Jusqu’aux JO, il ne faut pas espérer autre chose que cette ouverture en trompe-l’oeil, estime le patron d’un café privé. Une concession à l’opinion publique internationale, aussi factice que la prétendue reprise du dialogue avec les émissaires du dalaï-lama. » La Chine, à l’évidence, cherche à gagner du temps au Tibet. Mais dans quel but ? Que va-t-elle faire après les JO ? Remédier enfin aux causes réelles de la colère tibétaine ? Ou, comme le redoutent les habitants traumatisés de Lhassa, déclencher « la répression finale » une fois l’attention du monde détournée ?

- Ursula Gauthier
- pour Le Nouvel Observateur




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

5 Messages

  • GRAND MERCI à Ursula Gauthier pour son courage d’avoir brisé le lourd silence concernant le TIBET.....Malheureusement les chinois vivent aussi des moments tres durs.
    Grand merci aussi d’avoir attribué ces jeux à la Chine prétextant que cela
    aiderait à une (évolution...) alors que tout cela était prévisible.
    Grand merci à toutes ces personnes qui gràce à leur décisions font encore plus souffrir tout un peuple....le SAMSARA est sans fin.
    Tashi Delek.

    Grand merci à Buddhachannel d’exister.

    repondre message

  • ce message de la journaliste du nouvel obs nous ramène à des réalités qui malheureusement perdurent.
    il faut dans un premier temps, saluer le courage de cette journaliste qui continue à faire son travail d’information et de vérité, les evénements au tibet sont loin d’être terminés, les chinois aujourd’hui ne perdront pas la face devant les tibétains, ils iront jusqu’au bout, nous pouvons en être sûrs, ils feront plier par n’importe quel moyen les tibétains qui contrôlent les sources des grands fleuves chinois (et autres)...nous savons par expérience que le pouvoir central chinois est souvent brutal avec son propre peuple, comment peut-il en être autrement avec les paysans tibétains ?
    aujourd’hui en occident, tous les gouvernements européens y compris le gouvernement français courbent l’échine, après avoir jacassé, tout le monde roucoule et vient manger dans la main des chinois, les usines,les centrales électriques ou atomiques sont autant de "sparadras" que les chinois nous collent sur la bouche pour nous faire taire, pour acheter ce qui nous reste de conscience, ce qui nous reste d’humanité, ils nous laisseront quelques miettes pour ne pas avoir dénoncé le fait que la répression perdure, pour ne pas avoir dénoncé que cette magnifique civilisation tibétaine qui prônait l’amour et la paix dans le monde, n’avait pas les armes économiques pour se défendre comme l’ogre de pékin qui balaie tout sur son passage, attention à nous le jour ou la chine aura besoin de nouvelles ressources ou de nouvelles conquêtes, à force de s’agenouiller tout le temps devant elle, nous pourrions bien, et très directement, un jour en subir les conséquences.
    le courage a un prix, la liberté aussi, il faut de temps en temps être prêt à dépenser quelques deniers, pour ne pas devoir, plus tard payer une addition beaucoup plus lourde.
    FREE TIBET

    repondre message

  • Merci a Ursula Gauthier pour avoir le courage de faire son métier et de nous informer de ce que nous craignions savoir sur la répression au Tibet aujourd’hui encore.
    Rien ne change, régulièrement Lhassa se soulève contre les chinois et depuis plus de 50 ans. Avant on ne savait pas ou on faisait semblant de ne rien savoir, cette fois les chinois se sont laissés piègés par l’appat du gain via la manne touristique. Mais comme il est dit dans le commentaire de citoyen du monde : en mars beaucoup de gouvernement on timidement jacassé et aujourd’hui on se met à genoux pour ne pas contrarier Pékin. Il en vat comme preuve l’attitude de notre Président SARKOSY...j’ai honte , j’espère que les tibétains s’en sortirons autrement, car personne ne sait ce qu’il adviendra comme grands changements en chine...les choses changereront...
    TASHI DELEK

    repondre message

  • Que se passe t-il au Tibet ? - Par Ursula Gauthier, envoyée spéciale du NouvelObs 7 août 2008 14:09, par Thupten Gyatso, président des Tiétains de France

    le communiqué de "la Communauté Tibétaine de France et ses Amis".

    Par un communiqué officiel de l’Elysée, en date du 06 août 2008, à la vielle de son départ pour participer à la Cérémonie d’ouverture des JO de Pékin en Chine le Président de "la République Française", Monsieur Nicolas SARKORZY a fait connaître son intention de ne pas recevoir le chef temporel et spirituel du Peuple tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama lors de sa visite en France du 12 août au 23 août 2008.

    Les Tibétains de France apprennent cette nouvelle de l’Elysée avec une profonde tristesse, une déception née de l’incompréhension de la Politique Française sur la question du Tibet. Les enjeux actuels concernent pourtant la survie et l’avenir politique de six millions de tibétains. Les efforts et attentes de l’ensemble des ONGs et des associations françaises de défense des droits de l’homme sont tombés à l’eau.

    Surtout, au moment où, sous l’égide de "la Communauté Tibétaine de France et ses Amis" depuis quatre mois circule une pétition à l’intention du Président de "la République Française. Cette pétition a réunie à ce jour quinze milles signatures en faveur d’une rencontre entre Sa Sainteté le Dalai Lama et le président, Monsieur Nicolas SARKOZY .
    Malgré de nombreux appels depuis un mois,la Communauté Tibétaine de France n’a toujours pas de réponse quant à sa demande de Rendez-Vous à l’Elysée.

    Ce développement, sera assurément une très mauvaise nouvelle pour l’ensemble des citoyens sympathisants du Tibet ainsi que pour le groupe parlementaire français de soutiens au Tibet et nous le regrettons.

    repondre message

  • Je crois que malheureusement le gouvernement chinois va augmenter la répression dès la clôture des Jeux car il n’y aura plus de raison de faire semblant. De plus les chinois vont sauter sur l’occasion pour envoyer encore plus de colons au Tibet. Ainsi le Tibet sera bientôt peuplé majoritairement de chinois, ce qui légitimera leur affirmation que le Tibet fait partie de la Chine. D’un autre côté les tibétains ne pouvaient pas faire autrement que de saisir l’occasion des Jeux pour rappeler au reste du monde qu’ils existent et qu’ils souffrent sous la botte des chinois depuis plus d’un demi-siècle. Dommage que les gouvernements occidentaux soient si pusillanimes et prompts à courber l’échine devant les chinois pour des raisons purement commerciales. Il est vrai que la plupart savent ce qu’il en est de "coloniser" des peuples aussi ils ne peuvent pas condamner la Chine sans se condamner eux-mêmes pour leurs actions passées (et leurs prolongements dans le présent). Ainsi tout le monde est d’accord pour fermer les yeux ou à la rigueur élever qulques faibles protestations qui n’impressionnent pas les chinois. Daniel Cohn-Bendit (quoi que l’on puisse penser de lui par ailleurs) a raison de fustiger la lâcheté des démocraties ocidentales en faisant le parallèle avec l’ère hitlérienne. A l’ouest rien de nouveau, hélàs ! Anny Nyindje Dreulma.

    repondre message