Buddhachannel

Dans la même rubrique

18 juillet 2016, par Stefania Mitrofan

Mahajanaka Jataka

18 July 2016

Mahajanaka Jataka









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

La (Les) sagesse(s) bouddhistes tibétaines

Cinq Sagesses, Cinq Jina, Cinq Poisons

mardi 15 avril 2014, par Lucien Barbaroux

Langues :

LA (LES) SAGESSE(S) BOUDDHISTES TIBETAINES

I -Rappel- Hinayana :

La Sagesse (jnaña skt) est LA Connaissance « Juste ». C’est la compréhension claire, universelle, acquise par la pratique de l’ Attention « Juste » (dans l’Octuple Sentier).

II - Mahayana :

Dans le Mahayana, et pour les écoles tibétaines, la Sagesse « yeshe tib » est la « Connaissance Primordiale » ; existant de tout temps, elle se décline en divers aspects (4 /5).

Selon le «  Mahayanasutralankara   », le 1° enseignement tiré des cinq traités dits de Maitreya, donnés lors du troisième tour de roue des enseignements du Bouddha , et transmis par Maitreya à Asanga, maître fondateur de l’école philosophique du Cittramata, au IV° s Après JC) ; il est dit que la Sagesse comporte quatre aspects :

«   ….La Sagesse Semblable au Miroir est immuable et tient lieu de support à trois autres sagesses :
Celle de l’ Egalité, celle du Discernement, celle de l’Accomplissement (des activités)...
 ».

III - Tantrayana-Vajrayana :

La Sagesse est déclinée en cinq expressions, qui réfèrent aussi aux :

cinq Jinas (tathagata) – ou Familles de Bouddha -,

cinq poisons (qui souillent l’esprit humain),

cinq éléments,

cinq agrégats,

trois (cinq) Kaya, et,

aux Consciences,...ainsi qu’aux cinq syllabes du Mani .. ;

Elles peuvent être ainsi exposées :



-1 La Sagesse Semblable au Miroir :
C’est celle de la connaissance exacte, complète, permanente et simultanée de tout phénomène, relatif ou absolu ; sans sujet ni objet.
En tant que support de qualités absolues, pures, parfaites, elle n’est souillée par aucun voile.
Elle ne s’obtient qu’au début de la révolution du support de la Huitième Conscience (alayavijnana) lors de l’entrée sur la 5° voie, après le samadhi semblable au diamant.
Son expression est en svahasambogakaya (« pour soi »).

Famille de Bouddha Aksobhya , bleu, élément Eau,

Famille Vajra =foudre.Poison : Haine (dvesa skt ; e-sdañ tib).



-2 La Sagesse de l’Egalité :
C’est celle qui perçoit l’Egalité (Identité) de TOUS les phénomènes, sans se dissocier de la Grande Compassion.
Elle s’établit dans le Nirvana dynamique ininterrompu , et intervient par la révolution du support de la Septième Conscience (klistamanas) abolissant les notions de « soi » et « autrui » (mis en parfaite égalité).
Elle apparaît dès l’entrée sur la voie, lors de la vision de la première terre ; mais elle ne devient ininterrompue que lors de l’éveil complet , à partir de la dixième terre.
Elle manifeste la variété des formes à travers la manifestation en parasambogakaya (« pour autrui ») et des champs purs associés.

Famille Ratnasambhava, jaune, élément Terre,

Famille Ratna=joyau.Poison : Orgueil (mãna skt, ña-rgyal tib).



-3 La Sagesse Discriminante ( ou du Discernement) :
C’est le révélateur de tous les excellents attributs des enseignements, le trésor constitué de l’ensemble des recueillements et dharanis.
Elle permet de discerner tous les caractères des phénomènes et de leurs associations (vision sans obstacle).
Elle tranche les doutes et fait pleuvoir sur tous les êtres les bienfaits du Dharma très bon.
Elle s’obtient lors de la révolution de la Sixième Conscience, la Conscience Mentale (manovijnana), mais elle comporte et se manifeste, en fait, selon deux aspects :
*Le Discernement de la Vacuité du Soi , qui est perçue lors de l’entrée sur la Voie du Hinayana et /ou du Mahayana et reste intermittente jusqu’à la septième terre, ou elle se stabilise.
*Le Discernement de la Vacuité inhérente aux Phénomènes, qui n’apparaît et reste stable, qu’après la huitième terre, dans la voie des Boddhisattva.

Famille Amitãbha, rouge, élément Feu,

Famille Padma=lotus. Poison : Désir avide (raga skt, hdod-chags tib).



-4 La Sagesse Tout Accomplissante :
Elle oeuvre en permanence pour le bien universel, elle connaît tout ce qui doit être fait et les moyens à mettre en œuvre pour cela.
Intermittente, puisque se manifestant en actes, elle n’est obtenue que par un bouddha, un éveillé, lors de la révolution complète du support de de la Huitième Conscience (alayavijnana), les consciences des cinq sens étant entièrement purifiées.
Elle se manifeste – avec efficience du Bouddha à l’oeuvre dans la réalité relative – en Nirmanakaya, avec les champs purs associés.

Famille Amoghasiddhi, vert, élément Air,

Famille Karma =action. Poison : Envie (trsã skt, phrag-dog tib).



-5 La Sagesse du Dharmadatu :
C’est la sagesse du Dharma totalement pur et bon.
Elle s’exprime lors de l’actualisation du Dharmakaya, les autres sagesses étant ses quatre composantes émanées et déployées en Sambogakaya.

Famille Vairocana, blanc, élément Espace,

Famille Dharma= réel absolu. Poison : Ignorance (avidyã skt, ma-rig tib) .

- 6 Le Mandala des Cinq Familles de Bouddhas et les Cinq Sagesses :

Le mandala , d’abord en tant que support de méditation, est un « moyen habile ».



Il est ainsi représenté :

Centre : Vairocana .Sagesse du Dharmadatu.

Voie de l’ Universalité. OM (Corps). Synthèse Objet=Sujet.

Sud : Ratnasambhava. Sagesse d’Egalité.

Voie de l’Identité des Etres. MANI. Destruction de l’Objet .

Ouest : Amitãbha. Sagesse Discriminante.

Voie de la Vision Epanouie.PADME. Destruction Sujet ET Objet.

Est:Aksobhya.Sagesse Semblable au Miroir.

Voie de l’Intégration. HÛM(Esprit). Destruction du Sujet.

Nord : Amoghasiddhi. Sagesse Tout Accomplissante.

Voie de l’Action. ÂH (Parole).Dest° Ni de l’Objet, Ni du Sujet.

Commentaires :
*Dans la lignée Kagyupa, Aksobhya permute avec Vairocana et le Bouddha Primordial est Vajradhãra.
Dans la lignée Nyingmapa, le Bouddha Primordial (Adi-Buddha, Etre Ainsi, Bouddha potentiel universel) est Samantabhãdra. Dans les deux lignées, Vajrasattva est la forme « active », de l’essence, synthèse de l’ensemble, des Cinq Familles de Bouddhas.
**L’Orientation du mandala est spécifique : le Nord (tibétain) est placé à Droite, la où est l’Ouest (occidental).
***Amogasiddhi aurait pour reflet terrestre le futur Bouddha, Maitreya, selon la tradition.
**** Avalokitesvara est la « force » efficiente d’Amitãbha sur le plan terrestre.
*****Dans le « Mani » ÃH est remplacé par HRIH si l’on veut insister sur la Compassion Infinie (Avalokitesvara).

IV - Dzogchen :

Dans le Dzogchen (Atiyoga), les cinq sagesses correspondent à l’instrumentation des trois corps (Trikaya).
Les cinq passions, les cinq agrégats, les cinq éléments,... ; sont intrinséquement de la nature des cinq sagesses lumineuses.
La voie du Dzogchen, quintessence de la Voie Tantrique, peut permettre en une seule vie de revenir à la nature primordiale, la liberté naturelle de l’esprit. Il faut y être guidé par un maître détenteur qualifié de la Lignée.
Cette voie permet de désolidifier la construction karmique, en réintégrant la manifestation diversifiée au sein du mode d’être originel (rigpa tib) par la dissipation des voiles de l’ignorance.

On retrouve donc, dans et par les passions transcendées, la pureté primordiale de la « saveur unique ».

« …..Chaque instant de nos expériences est parfait, dans son identité ultime.

La Paresse transcendée n’est pas condamnable en vision, ni préjudiciable en action ;

Le Désir Ultime devient compassion infinie (Amour infini de l’ Univers comme Amant) ;

La Colère, consumant la pensée analytique, devient Sagesse Primordiale, Connaissance Infinie ;

Celle-ci accompagne Orgueil et Fierté, qui, n’entraînant plus de chûte, sont transformés par la vision des pouvoirs de l’Egalité Universelle ;

Il en est de même pour la Jalousie, il n’y a plus de place pour elle, ni pour ses attachements passionnés et ses délires paranoïaques, dans le Continuum de son devenir ultime... ».


Dans la méditation, selon le mode de pratique Dzogchen, le Mandala est ainsi décrit :

« Les constituants psycho-physiques vajra s’exaltent par eux mêmes en tant que parfaits cinq bouddhas patriarches ; Les éléments des processus et des champs des cinq sens, s’organisent comme mandala (des Boddhisattva), avec les parèdres des cinq Jina :

La Terre est Locanã,

L’Eau est Mãmaki,

Le Feu est Pãndaravãsini,

L’Air est Tãrã ,

L’Espace est Dhãtisvari...

… Toute expérience de Samsara et Nirvana vient de l’esprit ;
L’esprit réside dans l’espace, l’espace est indéterminé....

Tous les phénomènes sont Vacuité, de par leur essence même qui est vacuité ;

Tous les phénomènes sont d’une pureté parfaite dès l’origine ;

Tous les phénomènes sont contenus dans la Claire Lumière ;

Tous les phénomènes sont, spontanément, au delà de la souffrance ;

Tous les phénomènes sont manifestement de la parfaite nature de Bouddha. »


Nb : Les citations (en italique) sont extraites et traduites de :

« The Fligth of the Garuda » - « Od gsal rdzgs pa chen po’i khregs chod lta ba’i glu dbyangs sa lam ma lus myur du bgrod pa’ i rtsal ldan mkha’ lding gshog rlabs »

« Le vol du Garuda » - « le Chant de la vision de trekcho (« couper à travers ») par la Claire Lumière de la Grande Perfection, qui permet de parcourir rapidement chemins et étapes vers l’ Eveil »

- in « -Teachings of the Dzokchen Tradition of Tibetan Buddhism - »

Compiled and translated from Tibetan by Keith Dowman -1994 – Wisdom Publications Ed. Boston U S A




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?