Buddhachannel : le portail du bouddhisme dans le monde

Dans la même rubrique

7月8日,   ジン

中道 中庸

23 juin

La Grâce

Sondage


Voter Pourquoi sommes-nous sur Terre ?








tnh-bc-boutique


zen-bc-boutique


lhamo-bc-boutique


dl-bc-boutique


gargantua-bc-boutique

Commençons les guerres par la fin, l’armistice

mercredi 10 novembre 2010, par Alain Delaporte-Digard

Langues :

11 Novembre 1918 - 8 millions de morts en quatre ans. En 1918, les survivants ne croient plus dans les valeurs morales et spirituelles qui ont unifié l’Europe. Simplement, pour eux, ils espèrent que cette guerre sera la dernière, la « der des der »...

Guerre entre états, guerre en soi.
Nous espèrons toujours que ce sera la dernière.

Alors pourquoi la guerre, pourquoi continue t-elle partout ?
La guerre comme facteur de cohésion sociale ?
la guerre comme mal nécessaire pour relancer les économies ?
La guerre qui anoblit les jeunes par une gloire d’instant ou posthume ?
La guerre vue comme une compétition entre les peuples ?

Quelle est le meilleur moment de la guerre ?
Sa fin, l’armistice, le retour à la paix...


... en espérant que les séquelles émotionnelles, psychologiques, familiales, économiques et politiques ne contiennent pas les germes d’une prochaine guerre, cercle infernal entretenu savamment par nos ombres intérieures, nos haines, nos peurs, nos frustrations, notre violence d’êtres ignorants et incontrôlés.

La guerre aussi vieille que l’humanité devrait nous conscientiser pour nous aider à comprendre qu’elle est inscrite en nous, êtres humains. Nos émotions facilement inflammables par un discours guerrier ne suivent plus la raison et encore moins la sagesse. Mais certes, il y a parfois le devoir national, la patrie à sauver.

Et dans notre vie de tous les jours ?

Les mêmes émotions jaillissent souvent sans discours venu d’un leader politique ou militaire, simplement issues des ruminations intérieures de notre cerveau et d’un émotionnel sans contrôle.
Seul, dans notre quotidien, nous sommes prompts à combattre au gré des circonstances, des injustices, des railleries, des humiliations ou des riens. Entrainons-nous par des temps de silence et d’apaisement à voir que nos interlocuteurs ou détracteurs subissent des émotions devenues incohérentes, des réactions si semblables aux nôtres. "L’ennemi" ressemble à s’y méprendre à nous, comme un frère génétique, une goutte d’eau jumelle.

Parce que la folie des hommes a déjà tué 8 millions d’êtres de chair et d’amour, en hommage pour eux, apprenons dans notre cœur à capituler, à déposer nos armes intérieures.

La plus noble de toutes les capitulations fleurit en un désarmement intime.

Dès qu’une bouffée de violence jaillit de nous, proposons immédiatement un armistice régi par notre conscience. Et de ce pacte d’instant, revenons à la paix profonde.

L’armistice intérieur prend les couleurs d’un purgatoire pour revenir au paradis...



Alain Delaporte-Digard pour www.buddhachannel.tv


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

1 Message

  • Commençons les guerres par la fin, l’armistice 10 novembre 2010 13:54, par Aude

    Cher Alain, il y a une phrase de Ban Ki Moon qui m’a marqué il y a longtemps : « La paix et la justice sont indivisibles ».
    Il y a bien un point de rupture, ce moment ou l’affrontement devient inéluctable, où la paix se change en guerre.
    Si ce point de rupture intervient presque toujours trop tôt, toujours à cause de ces « émotions perturbatrices » qui dessinent nos ombres intérieures, il y a aussi, tout au bout de l’ascèce, ce point de rupture basé sur une justice altruiste, cet affrontement courroucé fait de compassion, qui est dépeint sur les thankas tibétaines, ou dans les chants de Jetsun Milarépa, qui commence bien, comme vous le dites, par l’armistice intérieure, et qui n’exclue pas l’affrontement.
    Alors, peut-on rajouter aussi qu’il y a de mauvaises paix ?
    Merci de tout cœur pour vos textes toujours source de réflexions et de paix. Amicalement, Aude.

    Répondre à ce message