Buddhachannel

Dans la même rubrique









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Bouddhiste et heureux au travail ?

lundi 2 mai 2016, par Alain Delaporte-Digard

Langues :

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Travailler nous entraîne sur le cinquième point du noble sentier octuple : les moyens d’existence justes.

Avec attention et douceur, centrons-nous sur les activités professionnelles, mais aussi sur la qualité de vie des personnes travaillant avec nous et de toute personne rencontrée dans le cadre des échanges avec d’autres entreprises.
Développons la gentillesse, l’écoute attentive et l’action paisible.

Détachons-nous des fruits de l’action

Travaillons avec amour et partage. Telle peut devenir notre action. Au bout de ce processus, l’argent coule. Les sommes gagnées sont un moyen de subsistance, mais ne constituent en aucun cas l’objectif ultime. Cette distance nous éloigne de l’appât du gain, source de souffrance.

Le travail comme support de méditation

Le bonheur n’existe pas dans l’absolu. Il se vit dans un quotidien.
Toute situation, toute déconvenue, toute bonne surprise est une manière d’expérimenter notre capacité d’adaptation à la vie. Autant dire que notre lieu de travail qui prend au moins un tiers de notre journée, est un espace parfait pour nous entraîner face à la richesse de situations variées souvent contradictoires.
Rester serein au cœur de la tourmente et des pressions multiples d’une entreprise devient une vraie pratique. Au sein de notre activité professionnelle, analysons notre fonctionnement, celui de notre esprit. Adoucissons nos réactions épidermiques qui nous éloignent de l’harmonie. Retrouvons l’humour : encore un problème ? Quelle chance de le résoudre ! Avec une certaine distance, regardons-nous agir sans laisser ressurgir nos attitudes néfastes et nos ruminations. Il suffit de prendre de la distance et d’agir en nous adaptant à la situation.

Voir et faire,
la vison juste et l’action juste au travail.
Ni plus ni moins.

Chaque action du quotidien peut servir de support à notre conscience.
Travailler est un temps plein pour expérimenter tous les préceptes du bouddhisme.

Travaillons par excellence ou passion

Si nous avons l’impression de ne jamais travailler, tellement nous sommes en passion ou compassion, nous atteignons la meilleure forme de moyens d’existence. Nous ne savons plus si nous travaillons, si nous pratiquons une ascèse ou si nous jouons. La journée se passe en immersion dans chaque instant présent,

Ici et maintenant
Sans but.
Juste en conscience.

Être ensemble dans l’humilité

Travailler c’est méditer
En travailler avec d’autres, nous entrons dans une forme de communauté en marche.
Soyons généreux et solidaires.
Générons de l’enthousiasme, et apportons aux autres une vie plus facile dans leur travail.

- QUESTIONS

Les quelques lignes ci-dessus :
Sont-ce des préceptes, ou une sérénité souriante et joyeuse ?
Est-ce un effort ou une attitude qui coule comme l’eau pure ?
Est-ce du bouddhisme ou simplement une vie heureuse ?

Avec tendresse
Alain Delaporte-Digard



Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

15 Messages

  • Bouddhiste et heureux au travail ? 23 septembre 2010 06:45

    Le travail c’est la santé ; disait Henri Salvador. En ce jour de grève, pourquoi ne pas vouloir travailler plus, pour être plus généreux et solidaire. C’est la générosité qui sauve une société. Surtout quand on a pas d’autre choix

    repondre message

    • Bouddhiste et heureux au travail ? 23 septembre 2010 15:26, par Isabelle

      L’exception française qui souhaita l’abolition des privilèges de la noblesse en 1789, notamment en utilisant la guillotine et les massacra sans aucun état d’âme de générosité ( notamment Lavoisier) créa un sentiment d’injustice lié au travail. L’idéal de vie étant les loisirs et la paresse. Interrogez les créatifs, les artistes, ceux qui sont dans le dévouement sans relâche et bien d’autres profondément concerné par le bien être de l’autre et le travail bien fait : ceux là ne pensent pas à la "retraite", ils ne pensent qu’à agir et faire pour le mieux de toutes leurs forces. Alors qui manifeste ? Les professionnels de la manifestation qui ne sont guère plus que 3% de la population. Le désir de paresse est directement lié à une faiblesse du premier chakra, et au problème d’alcool qui est excitant lorsqu’il est consommé en groupe, puis provoque une léthargie et la personne sombre, en incapacité de bonheur.

      repondre message

    • Bouddhiste et heureux au travail ? 25 septembre 2010 09:26, par 1utopiste

      Bonjour,
      je ne partage nullement votre point de vue. Dans un contexte ou le chômage des jeunes est élevé comment peut-on décemment vouloir retardé l’âge de départ à la retraite ? J’aime mon travail et j’aime travailler cela ne m’empêche nullement d’avoir manifesté.

      Bien cordialement.

      repondre message

  • Bouddhiste et heureux au travail ? 24 septembre 2010 10:52, par Delphine

    On devrait faire des campagnes du style : j’aime mon travail, j’aime mes collègues, j’aime mon (ou ma) boss. Tout comme il existe "j’aime ma boite". Redonner la noblesse au travail et non pas en faire une galère ou un mal nécessaire. Sans travail, que serions-nous si ce n’est des égos sans générosité

    repondre message

    • Bouddhiste et heureux au travail ? 24 septembre 2010 13:09, par Nadine

      Ha ha, je ris, mon boss gagne 11 000 € net par mois (sans compter les dividendes), sa femme, salariée de complaisance dans l’entreprise en gagne 4 000 en ne faisant rien. On est 4 à travailler 12 heures par jour pour 1 500 €. Bien sûr, ce n’est pas lui qui va manifester, et c’est bien lui qui affirme d’un ton entendu que certains ont des privilèges qu’il faut abolir...No comment. Non, certains ne seront pas fatigués à 60 ans, avec 3 domestiques à domicile, à plein temps, payés au noir, qui eux, n’auront aucune retraite. Merci aux syndicats, et à ceux qui se sont battus et se battent contre la tendance naturelle de l’être humain à l’avidité et à l’aveuglement... En priant et en oeuvrant pour le bien de tous. Bien amicalement vôte.

      repondre message

      • Bouddhiste et heureux au travail ? 24 septembre 2010 16:30, par Delphine

        Bonjour Nadine. Que d’excès dans vos propos. En France dans des TPE (trés petites entreprises, comme la vôtre - 4 personnes), vu le secteur économique difficile, soit il n’est pas possible qu’un patron gagne autant, soit vous ne pouvez pas être payé 500€ pour 12h. Ou bien vous êtes au black. D’un cas comme dans l’autre, il y a un problème quelque part chez vous. Vos propos semblent insinuer qu’être patron c’est gagné du fric, et qu’être salarié, c’est être exploité (en france on n’est pas payé 500€ pour 12h de travail journalier, pas possible officiellement !) . Les PME-PMI ne gagnent pas si bien que cela leur vie, et la législation française oblige un entreprise à payer un minimum salarial. Une petite entreprise n’est pas un groupe international aux bénéfices mirobolants.

        repondre message

        • Bouddhiste et heureux au travail ? 24 septembre 2010 17:13, par Ethik

          Bonjour Delphine, il me semble que Nadine a écrit "1500€" et non "500€"...

          repondre message

        • Bouddhiste et heureux au travail ? 24 septembre 2010 19:18, par Nadine

          Delphine, je ne veux rien insinuer dans mes propos. Je ne témoigne que de la situation que je vis. La crise n’est pas la même dans tous les secteurs économiques. Et ceux qui l’évoquent ne sont pas toujours ceux qui la subissent le plus. Je n’ai pas généralisé mes propos, mais je dénonce certains abus, réels, tangibles, ceux là qui font que le monde ne tourne pas si rond qu’il le devrait, ou le pourrait, qui font que des valeurs comme l’éthique au travail ne sont pas prioritaires. Et qu’avant de vivre dans un monde idéal, j’essaie d’être lucide pour le regarder comme il est, avec des luttes qui sont nécessaires, tant par respect des autres,que par respect de soi-même. Pour finir, J’aime beaucoup mon boss, qui est drôle, brillant, ingénieux, et qui porte en lui aussi plein de belles qualités dont j’apprends beaucoup (...pour devenir boss...). Je pense qu’il est dans la nature humaine de faire des erreurs, et je ne porte pas de jugement, je rends seulement hommage à ceux qui se battent pour rétablir un équilibre nécessaire, et qui maintiennent un cadre minimum pour limiter les dégâts. Amicalement, Nadine

          repondre message

          • Bouddhiste et heureux au travail ? 26 septembre 2010 08:53, par Delphine

            Bonjour Nadine. Je comprend mieux vos propos maintenant. Oui, c’est certain qu’il y a des situations plus particulières, et que même il y a largement des injustices au niveau des salaires. Vivre avec un petit salaire est extrêmement difficile. Se sentir exploité est révoltant. Mais si j’ai bien lu l’article de Buddhachannel, il n’est pas question effectivement de problème de société avec toutes ses dérives possibles, mais AU FOND DE SOI d’une recherche d’harmonie et de qualité dans son travail, d’une générosité qui nous transforme et facilite les relations avec nos collègues. Veuillez m’excuser si mon propos était désagréable, mais je trouvais votre première réaction très provocatrice par rapport au contenu de l’article. Merci de m’avoir répondu. On ne peut pas tout résoudre par dialogue, mais on peut au moins se comprendre. C’est déjà une manière de changer (un tout petit peu le monde). Cordialement. Delphine

            repondre message

            • Bouddhiste et heureux au travail ? 27 septembre 2010 00:13, par Nadine

              Bonsoir Delphine. Oui, mais l’un et le multiple sont bien indissociables. Elle est super chouette votre idée de campagne, je me suis permise de la suivre. On pourrait aussi lancer une certification qualité « Bonheur 9001, 9002… », un créer un label "boss équitable", faire un Guide Michelin des entreprises à forte valeur humaine ajoutée, décerner des lotus à Cannes. Histoire de relever un peu le niveau du challenge, de compliquer un peu l’équation, de gérer des priorités, et de sortir un peu du bocal, parce qu’enfin, on n’est pas si désespérés et si nuls que ça quand même ! Bien à vous, Nadine.

              repondre message

  • Bouddhiste et heureux au travail ? 17 octobre 2010 18:06, par sarada

    bouddhiste et heureux au travail es ce possible ?
    je suis en recherche de ce bonheur
    en effet, tous les jours je me pose cette question
    j’essaie de mettre en pratique les enseignements mais je me heurte à une incompréhension de mon entourage professionnel
    et j’éprouve une grande tristesse

    repondre message

    • Bouddhiste et heureux au travail ? 18 octobre 2010 12:39, par Flora Desondes

      Chère Sarada, comment vous dire ? Comment dissoudre ce sentiment d’incompréhension de votre entourage et votre tristesse ? La méditation sur le cœur, c’est à dire : poser votre main sur votre cœur, respirez paisiblement et ressentir dans votre main le rythme paisible des battements de votre cœur. Le chaman me disait : allongez-vous dans votre cœur et laissez-vous bercer par son rythme.
      La lecture à voix haute du Soutra du Cœur, une ouverture vers la compréhension de l’inconsistance des poisons, du désir comparatif "il a plus et j’ai moins"...ETC....le "ils ne me comprennent pas...Est-ce plus important que votre certitude ?

      repondre message

    • Bouddhiste et heureux au travail ? 25 octobre 2010 15:55, par MARCOMAGICO

      Prenez les épreuves pour exercices de la pratique du dharma,
      c’est une des solutions pour s’élever et moins souffrir (.......)

      repondre message

  • Bouddhiste et heureux au travail ? 10 février 2011 16:32, par marchand de rêve

    Croyant et heureux au travail je suis ! A 50 ans j’ai la chance de faire un travail qui me plaît, ce qui j’en convient n’est pas le cas de tous. Travailler à vie dans le métier qu’on aime me paraît réalisable et même envisageable pour ma part.

    Je comprends bien que beaucoup aspirent à la retraite, largement méritée dans la plupart des cas, surtout s’ils ont fait un métier "pénible" durant une grande partie de leur vie.

    Mais pour les autres, je pense aux jeunes : réfléchissez à ce que vous aimez vraiment faire, ou aimeriez faire si vous en aviez les moyens, en poussant la reflexion au maximum, et vous verrez si vraiment votre métier vous plaît, et quelles sont les possibilités pour en changer au cas ou vous le décideriez.

    Je pense que les bouddhistes ont compris beaucoup de choses, accomplir les tâches de la vie ne devrait pas être une contrainte et je pense aussi que chacun à le choix de faire ce qu’il veut dans sa vie.

    Reste que les situations de chacun sont différentes, et surtout que l’on nous fait croire qu’épargner toujours plus est la clef du bonheur...

    http://claude1660.wordpress.com/

    repondre message

  • Bouddhiste et heureux au travail ? 11 février 2011 10:07, par dayofdoom

    mon texte n’as rien à voir avec le bouddhisme mais concerne le monde du travail,plus particulierement il concerne le fait d’être heureux au travail.
    De nos jours, on entend beaucoup de souffrance dans le monde du travail....au point que des salariés à bout se suicident...
    Des cadres, gardien de prisons et même un juge d’instruction !
    c’est dire à quel point il y a un souci...
    soyons clair, je ne suis pas là pour faire de la politique.
    c’est juste que je trouve dommage que ces personnes en arrivent là, à se suicider et à oublier leurs proches, épouse et enfants qui eux restent dans l’incompréhension et la douleur.
    c’est ce qui me choque le plus, vouloir mettre fin à ses jours parce que professionellement on est pas à la hauteur et oublier son foyer familial et les abandonner en quelque sorte.
    ça me fait mal à quel point les gens peuvent être aveuglés et oublier l’essentiel (l’amour et la joie de leurs famille et de leurs proches).
    certes, le travail est important, mais il n’est pas tout dans la vie.
    (pardon si j’ai fait des fautes...)

    repondre message