Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Végétarien ? Être ou ne pas Être végétarien ?

vendredi 17 septembre 2010, par Isabelle

Langues :

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]


Végétarien ?
temple Zu Lai - Portail de la Lumière de Bouddha

“Être ou ne pas être”, c’est la question qui peut changer ce monde !

Être ou ne pas être végétarien ?

Chacun a sa propre opinion quant à savoir si oui ou non consommer des produits animaux et cette opinion doit être respectée. Il s’agit d’une première étape pour comprendre que consommer des produits animaux, n’est pas seulement une option, mais aussi une nécessité pour la survie et l’évolution de l’espèce humaine.

En comprenant l’importance de respecter les opinions d’autrui, la deuxième étape consiste à ouvrir les yeux, les oreilles et l’esprit, afin de comprendre les raisons pour lesquelles une option végétarienne et, par conséquence les raisons pourquoi on change ou non notre esprit : être conscient des conséquences d’acheter un steak..

Végétarien et Environnement

Un sujet très discuté, mais pas encore conscient de l’importance de préserver de l’environnement, puisque l’homme continue de croire que manger des animaux c’est normal sous prétexte que c’est comme ça depuis toujours. Nous ne devons pas le croire, surtout parce que les modifications génétiques sont des créations monstrueuses et la consommation mondiale de viande en constante augmentation..

Par exemple au Brésil : La population actuelle de poulets d’élevages dépasse les 18 milliards d’individus. En Amazonie, les bovins sont 35 millions et les porcs 45 millions pour une population de 6 millions de personnes.

Il est important de se rappeler que chaque porc produit 6-8 fois plus de déchets que les humains, qui pour la plupart sont déversés dans les rivières, les lacs ou les sols, causant de graves dommages aux ressources en eau. Il n’y a que quelques éleveurs qui utilisent des chambres de traitement des déchets. A Santa Catarina, 90% des rivières sont déjà pollués, et pas seulement des déchets polluants, mais les produits agricoles tels que les acaricides et les pesticides polluent aussi l’eau et l’environnement.

En ce qui concerne les réserves d’eaux potables brésiliennes, elles sont polluées et moins abondantes. Nous considérons que pour chaque livre de viande produite, sont il faut 15.000 litres d’eau et si une personne consomme 200 grammes de viande, elle consomme indirectement 3000 litres d’eau alors que pour un kilo de céréales produites le besoin est nettement moindre.

Un autre facteur écologique est directement liés à la consommation de viande, c’est l’avancement de la frontière agricole en Amazonie. Les chercheurs et les scientifiques du monde entier savent que la biodiversité brésilienne recèle les diverses substances actives et les meilleurs médicaments pour plusieurs maladies, sans parler de la richesse de la faune et la flore.

La plus grande menace pour ce monde c’est l’inestimable trésor brûlé des forêts pour faire place à l’élevage du bétail et la plantation de soja. Les grandes plantations de soja en Amazonie sont des sociétés étrangères où toute la production est orientée pour nourrir les animaux d’élevages

L’Amazonie perd chaque minute, une zone de la taille d’un terrain de football (environ un hectare) pour donner naissance à un pâturage où la production totale de viande est équivalente à une caisse avec 257 hamburgers. Si nous observons l’émission de gaz nocifs la couche d’ozone, nous ne pouvons pas penser dans les gaz libérés par la combustion et l’utilisation des combustibles. Le méthane, même avec une demi-vie courte, est très dommageable pour la couche d’ozone, où 37% du gaz produit par les activités humaines provient principalement de l’appareil digestif des ruminants, comme celui du bétail.

Compte tenu de tous ces problèmes causés par le désir de manger de la viande et que la viande est si bon marché ! Pourquoi le Brésil investit tellement dans ce domaine ?

Il suffit de regarder notre passé et on se rendra vite compte que rien n’a changé, nous ne serons pas les fournisseurs de produits primaires. Les pays riches achètent ici, et beaucoup, parce que leur production de viande ne dispose pas de suffisamment d’espace et d’eau pour leurs élevages. Au lieu de cela, ces pays investissent dans la préservation et à la reconstruction de la faune et la flore de leur territoire.

Lorsque nous exportons ces animaux comme viande de boucherie, nous avons oublié d’ajouter la valeur de nos forêts brûlées, celle de la destruction de notre faune, et l’eau de nos montagnes qui vendue avec la viande.

Végétarien ou cruauté envers les animaux

Jusqu’ici, nous avons seulement parlé de la survie et de la préservation de l’humanité, et non constaté la façon dont est traité le bétail.

Pour ceux qui travaillent dans les élevages, telles que les vétérinaires et les agronomes, les choses sont présentées de manière plus ouverte, parce que ces professionnels reçoivent l’enseignement suivant : "Contrairement aux chiens et aux chats, les animaux sont des biens de consommation, de l’argent, alors s’ils doivent recevoir des soins ce n’est pas la peine d’en parler : c’est de l’argent. "Pour la population générale, les entreprises qui vendent des produits d’origine animale ne montrent que des images de poulets, de bovins et de porcins toujours joyeux et en bonne santé.

Aussi, en ce qui concerne les oiseaux, des centaines d’œufs sont placés dans des grandes serres, les poussins qui naissent sont tous soumis à un bain de formaldéhyde : une première sélection qui séparent ceux qui sont déjà morts, malades ou handicapées ; ils seront utilisés pour la fabrication d’aliments pour animaux . Les survivants sont souvent mis dans des granges où ils souffrent d’un processus qui consiste à retirer de la pointe du bec pour éviter le cannibalisme entre eux, une attitude pas naturel qui se produit à cause du stress dans les fermes. La hiérarchie empêche également le choix des aliments proposés aux oiseaux, et cela augmente la cruauté de ces animaux. Les oiseaux ciblés destinés à l’abattage, avec environ 45 jours, sont envoyés à l’abattoir, où ils sont suspendus la tête en bas et ont vaisseaux du cou rompu après l’étourdissement électrique. Si les poules ne sont pas destinées à l’engraissement et l’abattage, elles sont utilisées pour la production d’œufs. Elles passent le reste de leur vie enfermées dans des cages à peine plus grande que leur propre taille, avec une boite à manger et une à pondre leurs œufs . Là elles subissent la lumière 18 à 20 heures par jour : pour nourrir les humains il faut de plus en plus de boites d’oeufs.

Quand aux bovins, dès qu’ils sont nés, ils sont très bien soignés, parce que c’est une période délicate de leur vie. Quand ils sont plus âgés, ils subissent la le marquage au fer brulant, l’écornage ou mochação (ablation des cornes qui touche et brûle la cornée) et la castration des mâles, où souvent la quantité d’anesthésique n’est pas suffisant, voire inexistant.
L’abattage de ces animaux commence avec l’eau rapide : l’animal est enfermé et ne reçoit pas de nourriture pendant 24 heures, que de l’eau. Cela se fait avec l’intention de ne pas avoir beaucoup contenu gastro-intestinal au moment de l’éviscération (enlèvement des viscères de la cavité abdominale de l’animal). Dans un couloir appelé seringue, les animaux sont envoyés en ligne pour le moment de l’abattage lui-même, où ils sont étourdis par un coup sur le front du crâne. Aujourd’hui, sont utilisés des appareils pneumatiques de sorte qu’aucunes erreurs ne se produisent au moment de ce coup. En trente secondes, les animaux sont suspendus la tête en bas et les vaisseaux du cou et le cœur sont ouverts avec un couteau inséré dans le col pour provoquer l’hémorragie, l’animal finit par mourir.

Il convient de noter que l’animal doit être vivant et dans un état de panique jusqu’au moment de sa saignée, car son pouls est rapide et une vasoconstriction périphérique facilitent un saignement rapide à la base d’une viande de bonne qualité.

Les porcs sont accouchés dans un lieu plus rustique. Dans les trois premiers jours de leur vie, la queue est coupée ainsi que leurs canines pour éviter le cannibalisme et, en même temps ils sont castrés. Il est à noter qu’à aucun moment on utilise des médicaments anesthésiques.

Ils sont élevés dans des enclos de ciment jusqu’à la fin de leur vie, et pour l’abattage ils sont étourdis par électrochocs. Le saignement est similaire à celui de la viande bovine. Tout ce processus est très cruel, mais ce qui bouge, c’est de savoir que quelques instants avant l’étourdissement tous ces animaux perçoivent quelque chose, ils commencent à montrer des signes de peur et d’angoisse, comme : mydriase (pupilles dilatées), une tachycardie (accélération du rythme cardiaque), une tachypnée (augmentation du rythme respiratoire), une vasoconstriction périphérique (rétrécissement des vaisseaux sanguins dans la périphérie du corps) et la libération de nombreuses substances telles que l’adrénaline. On ne peut nier la souffrance de ces animaux, et pas seulement lors de l’abattage, mais tout au long de sa vie. Quel crime ont commis ces animaux ?

La dentition chez les humains et les animaux

Si vous n’étiez dotés de canine, seriez-vous carnivores par nature ?
La question des dents est très simple à expliquer : les chevaux, les hippopotames, gorilles et autres herbivores ont canines très larges et bien développées, et pourtant ils ne mangent que des végétaux.
Suivant ce raisonnement on regarde les dents d’un animal carnivore : petite, forte incisives, canines et molaires grandes, pointues et des dentelures tranchantes. Déjà un herbivore les incisives sont grandes et carrées , les canines (et quand il n’y a pas de défense) de presque la même taille que les autres dents, et molaires plates pour broyer les semences, les fruits et les feuilles. Maintenant, si nous jetons un coup d’oeil dans un miroir, que voyons-nous ? En ce qui concerne nos ancêtres considérés comme « naturellement » carnivores, il est une caractéristique physique hérité de nos ancêtres qui ne nie pas notre véritable origine végétarienne, en annexe, une petite pochette que aujourd’hui n’a pas de fonction, qui pointe à la dévolution d’une partie de notre système digestif, certains herbivores ont bien développé, appelé le caecum. Elle sert de chambre de fermentation qui pendant des milliers d’années, nous a permis d’obtenir des éléments nutritifs essentiels.

Considérons maintenant l’homme des cavernes. Un peuple sans restrictions culturelles ou religieuses alimentaires, qui se nourrit de toutes sortes de sources d’énergie, à partir de feuilles et de petits invertébrés. Au milieu de tant de dangers tels que les prédateurs des grands animaux, pourquoi ces gens ont risqué leur vie pour chasser d’autres animaux ? Ils ont risqué leur vie pour la même raison que certains hommes cours des risques aujourd’hui : leur statut social. Porter sur son dos un cadavre d’animal, beaucoup plus grand que lui-même, c’était un symbole d’honneur et de respect. Manger de la viande était juste un moment pour apprécier le trophée ".

Il peut sembler étrange, mais pensez que sur des peintures faites par les peuples primitifs : à aucun moment nous avons vu des femmes faire cuire un jambon, ou utiliser un animal pour nourriture, mais un signe puissant témoignant d’un fait qui a une réelle valeur pour la population, c’est à dire le temps de la chasse. Mais s’il reste un doute quant à notre vraie nature, fermez les yeux et imaginez un animal qui vient de mourir, couché à vos pieds, vous arracher la peau et, avec vos mains ensanglantées, vous prenez un morceau de viande crue et vous mordez dans le muscle est encore chaud. Maintenant, imaginez une mandarine grande et savoureuse, avec vos mains, vous épluchez les fruits et prenez un juteux quartier, mettez le dans votre bouche et mâchez-le avec soin pour ne pas manquer une seule goutte, car il est très doux : c’est alléchant n’est-ce pas ?

Végétarien et nécessité
• Pouvons-nous vivre sans protéines de viande ?
• Quels sont les nutriments qui se trouvent exclusivement dans la chair ?
• Quels sont les avantages et les inconvénients du végétarisme ?

Mais commençons par comprendre ce que le végétarisme est et quels sont ses différents régimes. Le végétalien ou végétarien total se compose d’une base de légumes-fruits, les légumes, les légumineuses (haricots et pois secs), céréales, graines et noix . Un régime lacto-végétarien comprend légumes, fromages et autres produits laitiers. Le régime végétarien (ou lacto-oeuvogetarien) en plus de produits laitiers, comprend aussi les œufs. Les semi-végétariens ne mangent pas de viande rouge, mais le poulet et le poisson avec des aliments d’origine végétale, les produits laitiers et les œufs.

C’est une grosse erreur de penser que les plantes n’ont pas suffisamment de protéines pour répondre aux besoins humains. D’autres nutriments comme le fer, le calcium et la quasi-totalité des vitamines peuvent être trouvés dans les légumes. Fèves, les épinards, la levure et des fruits secs contiennent une quantité de fer qui, lorsqu’ils sont consommés fréquemment, peut fournir les besoins quotidiens

Il est un composant des produits d’origine animale qui ne se trouve pas dans d’autres aliments, la vitamine B-12 ou cobalamine. Le cobalamine est synthétisée par les bactéries. les animaux herbivores ont leur propre source de bactéries dans les chambres digestif comme le rumen (bétail) et le caecum (chevaux). Le manque de cette vitamine est responsable de maladies du sang et des nerfs, causant l’irritation, de dépression et d’amnésie. En cas de grossesse, la carence de la cobalamine affecter la formation du système nerveux du fœtus. Il est essentiel que tous les végétariens chercher d’autres sources de vitamine B-12 toujours sous direction médicale. Qui pourrait être un complément, les aliments enrichis, les produits laitiers ou les œufs pour atteindre un apport suffisant de vitamine B-12 : Le blé germé frais associé à des lentilles germées fraiches. Rappelez-vous qu’une consommation occasionnelle de fromage, le lait et les oeufs ne compensent pas les besoins de la cobalamine

Lorsque nous avons un régime végétarien, des carences nutritionnelles pourraient se produire ou bien un excès de calories.

Des études montrent qu’un régime végétarien contribue à prévenir les maladies cardiaques, l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète et certaines formes de cancer.

Élargir notre vision peut changer la planète .

Après avoir murement réfléchi, nous devons tout mettre sur une échelle pour prendre une décision et cette décision doit toujours être remise en question, quelle qu’elle soit, il y aura toujours de nouvelles occasions d’apprendre et d’améliorer notre société. L’homme, déjà au sommet de la chaîne alimentaire à un moment opportun. Ce n’est pas à cause de sa force physique, comme les autres animaux, mais par son intelligence. Nous utilisons ces renseignements en faveur de l’humanité, des animaux et de la planète.
Nous sommes responsables de nos actions, nous sommes la force qui peut changer le destin, presque inévitable, de la Terre.

Utilisez cette force pour changer le monde pour nos enfants, utiliser cette force pour la paix, à l’intérieur, l’intérieur de votre réfrigérateur ou votre prochain repas.

Par : Francisco Miguel Conde Cruz

  • "Les animaux que vous mangez ne sont pas ceux qui mangent les autres, vous ne mangez pas les bêtes carnivores. Vous ne manger qu’une douce créature qui ne fait pas de mal à personne, qui vous suit, vous sert, que vous dévorez en récompense de ses services. "Jean-Jacques Rousseau

    www.templozulai.org.br

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

2 Messages

  • Végétarien ? Être ou ne pas Être végétarien ? 17 septembre 2010 10:35, par Maro

    Merci beaucoup pour le partage de ces informations Isabelle, il est important (et même urgent) que nous tous, connaissions le sort des pauvres êtres qui nourrissent le monde.

    repondre message

  • Végétarien ? Être ou ne pas Être végétarien ? 1er janvier 2012 11:47, par jennyvarenbjörn

    créer le moins de souffrance possible sur notre court passage sur terre, n’est ce pas ce qu’on nous enseigne ? notre compassion doit s’étendre à tous les êtres vivants.On vit très bien sans consommer de cadavres et cela procure un sentiment de paix profonde.L’ incommensurable souffrance des animaux n’est là que pour satisfaire la cupidité de l’humain : on peut tous y remédier dès maintenant.

    repondre message