Buddhachannel

Dans la même rubrique

21 novembre 2016

L’Apprentissage Shambhala

29. Juni 2016

Ajahn Chah









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Débat ? Le combat féministe au sein du bouddhisme

lundi 9 novembre 2015, par Buddhachannel Fr.

Langues :


Pas plus que les autres religions, le bouddhisme ne reconnait spontanément des droits égaux aux femmes. Cependant, le combat pour l’égalité y est plus facile qu’ailleurs. C’est une religion (ou une philosophie, nous ne nous battrons pas sur les mots) non législative, influencée dès les origines par la tradition de débat de la philosophie grecque ; les oppositions s’y expriment par le langage, ne recherchent pas les moyens de contrainte juridique, et gardent la mesure. La question de savoir si une femme peut atteindre l’ Éveil sans renaissance préalable dans un corps d’homme reçut dès l’origine une réponse positive, ce qui ne l’empêcha pas de revenir de façon récurrente. L’ordre des nonnes bouddhistes, un temps disparu, ne renait qu’avec difficultés, et il est d’ailleurs subordonné à l’ordre des moines. Nous pensons que c’est en tant que laïque qu’une femme peut le mieux mener librement sa recherche spirituelle dans le cadre de cette grande tradition.

PEUT-ON ATTEINDRE L’ ÉVEIL DANS UN CORPS DE FEMME ?


Une femme peut-elle atteindre l’ Éveil directement, ou doit-elle passer par une renaissance dans un corps masculin ? En théorie, il ne devrait même pas y avoir de question, puisque celle-ci fut réglée dès l’origine par le Bouddha lui-même, lorsqu’il accepta, quoique avec réticence, la création d’un ordre féminin. Plaidant la cause des femmes, son ami le plus proche, Ananda, lui demanda :


" Seigneur, des femmes qui s’engageraient dans la vie sans demeure selon ton Dhamma et ta discipline pourraient-elles atteindre la perfection (c’est-à-dire l’illumination) ?

- Oui, Ananda."

Tout est dit, pourrait-on croire ... D’autant plus que le Canon Pali, l’un des recueils canoniques les plus anciens, contient des stances écrites par les nonnes, le Thérigatha.

Le Therigatha, neuvième livre du Khuddaka Nikaya, consiste en 73 poèmes (522 versets en tout) dans lesquels les premières nonnes (bhikkhunis) racontent leurs luttes et leurs réalisations tout au long de la route vers l’état d’ Éveil. Plus d’une nous raconte comment elle l’a atteint :

"Libre ! Je suis si complètement libre ! Libérée des trois choses tordues : du mortier, du pilon, et du vieux mari tordu. Ayant déraciné l’envie insatiable qui conduit au devenir, je suis libre de la vieillesse et de la mort."

"Passant en quête d’aumônes, faible, appuyée sur un bâton, les membres tremblants, je suis tombée juste là, sur le sol. En voyant les inconvénients du corps, mon esprit fut alors libéré."


Voici aussi un dialogue fictif entre Mara, qui est un peu l’équivalent du diable dans le Bouddhisme, et la méditante Soma :

"Mâra :

Cet état que les sages se proposent comme but et dont l’obtention est difficile,
Une femme, qui n’a qu’une once de sagesse, n’est pas capable d’y atteindre !
Somâ :

Que nous importe la condition de femme si l’esprit est bien dompté,
Et si la connaissance est celle de qui a la juste vision du Dhamma !
D’où qu’elle vienne, la jouissance a été mise en échec et la masse des ténèbres est transpercée.
Sache, Mâra, que tu es vaincu, toi, l’agent de la mort !"


Malgré tous ces textes anciens, l’idée que la femme doit passer par une re-naissance masculine pour atteindre l’Eveil a la vie dure. Cependant, d’après le Dalai-Lama :

« Il y a un vrai mouvement féministe dans le bouddhisme qui est relié à la déité Tārā. Suivant son culte de la bodhicitta, la motivation du bodhisattva, elle a observé la situation des êtres s’efforçant d’atteindre le plein éveil et elle remarqua que peu de personnes atteignaient l’état de Bouddha en tant que femme. Ainsi Tārā s’est fait une promesse (elle a dit à elle-même) : « J’ai développé la bodhicitta en tant que femme. Pour toutes mes vies le long du chemin, je jure de renaître en tant que femme, et dans ma dernière vie, quand j’atteindrai l’état de Bouddha, là aussi, je serai une femme. » »

DIFFICULTÉS POUR LA PLEINE ORDINATION DES FEMMES


C’est dès l’origine que les femmes eurent du mal à se faire admettre dans les ordres bouddhistes.

La communauté monastique des femmes est née officiellement lorsque le Bouddha revint pour la première fois à Kapilavastu après son illumination. Sa tante l’attendait pour lui demander de la recevoir comme bhikkhuni avec cinq cents autres dames. Tout d’abord réticent, le Bouddha aurait fini par accepter devant l’insistance des femmes et celle d’Ananda. Gautama aurait néanmoins prédit que son enseignement s’éteindrait plus tôt du fait de la présence des femmes. Il posa comme condition qu’elles acceptent huit règles suivantes qui les plaçaient sous l’autorité des moines.

Au fil de l’histoire, la communauté des nonnes disparut, soit complètement soit presque complètement selon les écoles. Restaient des femmes qui menaient la vie ascétique, mais sans le statut de nonne pleinement ordonnée, dans des conditions économiques précaires, et en accomplissant principalement des tâches domestiques au service des moines.

La renaissance d’un véritable ordre féminin est laborieuse.

Voici un exemple de ce qu’on peut lire, sous la plume de moines, pour maintenir les pratiquantes dans un statut inférieur :

"Si je me trompe, tant mieux, car j’ai l’impression que des personnes très sympathiques et manifestement pleines de bonne volonté mettent (sans le vouloir) l’Enseignement du Bouddha en péril, sous le prétexte de "faire progresser les droits des femmes, et tout particulièrement des nonnes, dans le bouddhisme".

J’avoue que cela me semble déplacé ! Paradoxal aussi.

A ce que j’ai cru comprendre, le Bouddha n’a jamais refusé d’enseigner à une femme du fait de son statut de femme, et si certaines lignées n’existent plus aujourd’hui, ce n’est pas dû à des mesures délibérément hostiles aux femmes. Il y a, malheureusement, nombre de lignées qui ont disparu au fil des siècles, notamment suite aux invasions musulmanes en Inde. Cela lèse tous les bouddhistes. Les hommes aussi.


Quand j’ai lu des articles à propos du Congrès, ou quand j’ai entendu les interviews ce matin, j’avoue que j’ai ressenti un certain malaise.

A titre d’exemple (fondamental), dans le bouddhisme, "entrer dans les ordres" se dit "quitter le monde", "quitter la maison". Aussi, quand j’entends revendiquer un statut social, ou une reconnaissance de la part de la société, ou des titres pour s’imposer, eh bien, je m’interroge ! Ou quand il est affirmé que devenir bhikshuni serait un grand progrès pour les femmes car cela renforcerait "leur assurance et leur amour-propre" (sic), je me demande ce qu’on a fait du renoncement au monde, base nécessaire pour les moines et moniales bouddhistes, à ce qu’en disent les soutras..."


Ah ! l’égo ! Quel argument ! Il marche toujours ! Quand les femmes veulent améliorer leur condition, cela vient toujours de l’égo ! Mais on ne parle jamais de lui quand ce sont des hommes qui s’accrochent à leurs privilèges !

Heureusement, il y a des moines qui parlent autrement, comme Bante Sujato dans cet excellent texte où il analyse Le sexisme, l’androcentrisme et la misogynie :

"Le problème ici ne se situe pas au niveau de l’individu, mais de la Sangha puisqu’en tant qu’institution, la communauté des moines est toujours dans le déni du problème du sexisme, qu’elle refuse de reconnaître la misogynie et continue de placer des misogynes à des positions de pouvoir.

Ceux-ci une fois en place, la pratique institutionnelle « normale » de simplement ignorer, de marginaliser et d’exclure les femmes, se transforme en une suppression active de celles-ci.

Le problème qui se pose alors est qu’il faut la présence de femmes pour satisfaire le fantasme misogyne. Par conséquent, les femmes doivent être attirées vers les monastères, encouragées et soutenues, afin qu’elles puissent y rester et y être maltraités. S’il n’y a pas de femmes dans les monastères, comment peut-on les confiner à la cuisine ?

C’est la transposition dans un cadre spirituel du même phénomène qui se perpétue dans certains mariages."


L’accès à l’ordination pleine et entière se fait au compte-goutte. Voici quelques exemples dans les différentes écoles :

Zen : avance de la tradition Soto et du zen vietnamien

Tibétains : avance de la tradition kagyupa ; Tara Abbey (tradition Karma Kagyupa) ; Jetsunma Tenzin Palmo, qui a pris aussi le voeu spécifique d’atteindre l’Eveil en tant que femme ; le Dalai-Lama est pour l’ordinattion des femmes, mais pas au point de l’imposer au reste de la hiérarchie religieuse

Théravada : en retard ; difficultés d’ordination de la Vénérable Dammananda ; difficultés d’ordination de Dhammarakita Samaneri

Un aspect très positif de ces ordinations est qu’elles obligent à briser les barrières entre les différentes écoles bouddhistes ; par exemple, des nonnes tibétaines ne font pleinement ordonner dans une école mahayaniste autre que la leur, plus souple sur l’ordination des femmes, puis réintègrent leur école d’origine.

PRATIQUER EN TANT QUE LAÏQUE

On a vu les difficultés qu’éprouvent les nonnes à obtenir une ordination complète. On n’a pas oublié que l’ordination, même complète, n’est qu’à demi satisfaisante, puisque les nonnes, même pleinement ordonnées, restent subordonnées aux moines et exposées à des attitudes vexatoires.

La bonne solution est en fait de pratiquer en tant que laïc, et de ne pas entrer dans un système de subordination de maître à disciple.

Nous avons tous les moyens de le faire. Les grands textes sont disponibles sur le net et en librairie. L’esprit de libre examen était préconisé par le Bouddha lui-même dans le Kalama Sutta.

"Venez, ô Kalamas, ne vous laissez pas guider par des rapports, ni par la tradition religieuse, ni par ce que vous avez entendu dire. Ne vous laissez par guider par l’autorité des textes religieux, ni par la simple logique ou les allégations, ni par les apparences, ni par la spéculation sur des opinions, ni par des vraisemblances probables, ni par la pensée que « ce religieux est notre maître spirituel »

Cependant, ô Kalamas, lorsque vous savez vous-mêmes que certaines choses sont défavorables, que telles choses blâmables sont condamnées par les sages et que, lorsqu’on les met en pratique, ces choses conduisent au mal et au malheur, abandonnez-les."


Le Bouddha nous a transmis à tous, hommes et femmes, moines, nonnes et laïcs, tout ce qu’il fallait pour atteindre l’ Éveil, et il l’a fait clairement. Il n’y a pas place pour des enseignements secrets dans le bouddhisme, contrairement à ce que racontent des bonimenteurs.

Lors de la mort, le Bouddha, dans un dernier sermon (le Mahaparinibbana Sutta), a engagé ses disciples à lui poser leurs dernières questions sur les points de l’enseignement qui leur seraient obscurs, car, dit-il, il ne verra pas le jour suivant. Devant le silence général, il exhorte une dernière fois son auditoire, en des termes restés célèbres, et rappelle que, après sa mort, comme cela a été le cas de son vivant, chacun est sa propre lampe et son propre maître :

« Soyez fidèles au Dharma, et soyez un refuge pour vous-mêmes. »


Catherine Segurane

Source : www.agoravox.fr




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

4 Messages

  • Bonjour,

    Je profite de la journée de la femme pour simplement faire part de mon ressenti au sujet de la place de la femme.

    Les femmes ne peuvent pas recevoir d’ordination complète dans le bouddhisme.
    Certains justifient cela en disant qu’il y a eu une interruption dans la lignée d’enseignement aux femmes, et cette lignée étant rompu elle ne peuvent plus recevoir ces ordinations.
    Mais pourquoi un homme ne pourrait pas redonner ces ordinations aux femmes ?

    Lors d’un de mes voyages en Inde, je discutais avec un jeune indien, disciple d’un swami.
    Son maître n’enseigne pas aux femmes.
    Ma question qui va de soi : mais pourquoi ?
    Sa réponse étant hésitante, comme si il n’y avait jamais pensé, il me dit qu’il ne peut pas enseigner aux femmes.
    Question : pourquoi ?
    Il n’a pas su me répondre.
    Je me suis lancé dans mon explication, en laquelle je crois profondément, même si elle peut paraitre politiquement incorrecte.
    La femme est souvent vu comme un être "diabolique", et tentatrice.
    Si quelqu’un ne veut pas enseigner aux femmes, c’est donc qu’il a peur d’être détourner du droit chemin. Mais si ce maître est suffisamment stable dans sa voie, il devrait pouvoir passer outre ces différentes tentations (qu’elles viennent des femmes ou non).
    Donc soit il n’est pas assez stable dans son chemin, soit il suit simplement les traditions avec ou sans réflexions plus poussées (ce que je ne critique en rien, c’est juste un choix)

    Si vous avez d’autres explications possibles à cette situation bien réelle, je suis toujours partante pour échanger.

    Et je profites de cette journée de la femme pour vous souhaiter à tous, femmes hommes et enfants, que chacun trouve sa juste place, ni supérieure, ni inférieure. Juste un place heureuse.

    repondre message

    • Débat ? Le combat féministe au sein du bouddhisme 12 mars 2013 15:06, par Jonathan

      Nombreuses femmes s’occupent de leurs enfants, et ne peuvent pas consacrer beaucoup de temps à la construction des théories.

      Mieux qu’envier les dogmes des hommes, les femmes peuvent partager leur sensibilité riche "d’enseignements sans mot".

       ;)

      repondre message

    • Débat ? Le combat féministe au sein du bouddhisme 20 mars 2013 16:42, par Flora Desondes

      Chère Elefa : pourquoi ? Sa réponse étant hésitante, comme si il n’y avait jamais pensé, il me dit qu’il ne peut pas enseigner aux femmes.
      De nombreuses religions comme d’autres sociétés anciennes ont le tabou du sang lié aux menstrues des femmes qu’ils considèrent impures. D’où l’interdiction de serrer la main d’une femme qui pourrait être en période de son cycle. Rien à voir avec la diabolisation, c’est un tabou très profondément ancré en Inde et en Afrique. D’autres traditions sont à l’inverse avec une croyance en l’exacerbation du pouvoir de la femme en période de menstrues ; elle sera crainte et tabou. Le résultat est identique, la féminité et le moine ne cohabite pas.
      Les sociétés anciennes considéraient que la première obligation d’une femme était le foyer, les enfants et les parents. Certaines femmes célibataires ou veuves ( l’inde ancienne les condamnait au bucher, d’autres à la noyade) et sans parents, ni enfants pouvaient se regrouper en communauté méditatives, mais elles n’ont jamais été en grand nombre.

      repondre message

  • Débat ? Le féministe au sein du bouddhisme 21 mars 2013 08:04, par TARA BLANCHE DE LONGUE VIE

    Bonjour,
    Comme vous le voyez, j’ai fait sauté le mot "combat" du titre... Il me semble que ce mot est incompatible avec l’esprit d’éveil et ne reflète que des ... combats égotiques.Féminisme rime avec racisme, intégrisme, etc, autant de mots sources de... tragédies !
    Je pense qu’il est plus sage d’oeuvrer pour le Dharma "du mieux que l’on peut avec les moyens dont on dispose", c’est à dire avec ce que l’on est. Qu’importe la robe, l’ordination, et tout le reste : tout cela n’est qu’apparence, illusion et représentation.
    L’essentiel n’est-il pas dans ce que l’on donne, et ce que l’on montre en tant que bouddhiste. Le seul mot de combat renvoie à lutte, querelle, bataille, guerre, duel, etc... brrrrrrrr... c’est bien loin de La Voie. Une fois de plus cette dualité se révèle encore la cause de tous nos maux.
    Homme ou femme ne sont que des mots qui servent à définir un corps ou une sexualité, l’esprit n’a ni couleur, ni sexe et... ni forme. L’Etre n’est ni femme ni homme. Il est. /
    Il me semble que là est La Voie.
    A tous et à toutes une merveilleuse journée dans le partage, l’offrande, l’écoute, la bienveillance, et un rien d’espérance, bref, sur la voie du Dharma. Ce sont ces valeurs qui font la valeur éternelle et formidable du bouddhisme. Et ces valeurs n’ont rien à voir avec le fait qu’on soit homme ou femme ! Comme l’a dit un écrivain "tout le reste n’est que littérature."

    repondre message