Buddhachannel

Dans la même rubrique









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

A Leh, en Inde, la panique après le déluge

mercredi 11 août 2010, par Buddhachannel Fr.

Langues :

10.08.2010


Des inondations sans précédent ont fait au moins 150 morts et 500 disparus depuis jeudi soir au Ladakh, au Nord-ouest de l’Inde. A Leh, les secours se mettent en place mais la vie reste paralysée. Reportage.

Leh, vendredi 6 août, 8h du matin. Beau soleil sur la capitale du Ladakh, ambiance paisible de petit matin. Aux abords de la ville, des banderoles attendent la visite d’un jeune Rinpoche. Pourtant, pour les Ladakhis, ce n’est pas une belle journée.

Dans la nuit, un orage terrible a déchiré pendant plusieurs heures le ciel de la région himalayenne, perchée à 3500 mètres. Des arbres sont tombés, les rivières ont débordé, des torrents de boue se sont formés, des pans de montagne se sont écroulés. Dans le bas de la ville, les maisons n’ont pas résisté, la station de bus a été emportée, une partie de l’hôpital y est passée. Des centaines de morts, dit très vite la rumeur. Peut-être des milliers.

Un responsable gouvernemental indien a d’ailleurs confirmé mardi 10 août que 5 Européens étaient décédés, dont 3 Français.


"J’ai 75 ans, c’est la première fois que je vois une pluie pareille au Ladakh, témoigne une vieille dame. Ici, normalement, les pluies ne durent jamais plus d’une heure..."

Ce matin-là, pas de petits pains chauds chez les boulangers qui peuplent les ruelles derrière la mosquée, pas d’étals aux bijoux sur les marchés tibétains, pas de va-et-vient devant les agences de treks, pas de pashminas en devanture des boutiques de souvenirs : à deux ou trois exceptions près, tous les commerces sont fermés.

Les uns parce qu’ils sont complètement inondés, les autres par solidarité, en hommage aux victimes. Ponts détruits, routes bloquées, communications coupées, aéroport impraticable…

"Impossible de retourner à Delhi pour reprendre l’université, se désole Angchuk, étudiant en sciences politiques. Il faudra des jours, peut-être des semaines, pour que les transports soient de nouveau opérationnels." Pas d’école non plus pour les plus jeunes, qui rebroussent chemin, le cartable sur le dos, les yeux dans les flaques.

Une priorité : retrouver les victimes

Début d’après-midi : dans le bas de la ville, la chaîne s’organise pour déblayer la terre et tenter de retrouver des victimes. "Une pelleteuse, une poignée de militaires où sont les équipements, que fait la force publique ?", s’emporte un volontaire.

Des hélicoptères tournoient dans le ciel ladakhi, les secours se mettent en place. "Il y a aussi des gens à secourir dans les montagnes", note Tsewang Smanla, médecin amchi originaire de Lamayuru. "J’ai réussi à joindre la plupart de mes groupes, tous sont saufs", soupire Javid, patron d’une agence de trek. "Des amis allemands sont partis hier soir faire l’ascension du Stok Kangri, j’espère qu’ils vont bien", s’inquiète le docteur.

"De meilleures prévisions climatiques auraient-elles permis d’éviter les dégâts – et surtout les décès ?", s’interroge un voyageur. A Leh, quoi qu’il en soit, la vie reprend son cours. Les commerçants inondés épongent, essuient, font sécher.

En fin d’après-midi, les habitants se pressent devant les épiceries de garde pour s’approvisionner en eau et en produits de première nécessité. 18h30, une nouvelle rumeur s’empare de la ville : "Pani, pani, la rivière monte, l’eau arrive !" La consigne (mais en est-ce bien une ?) est générale : "Sortez des maisons, allez sur les hauteurs ! "

Certains s’entassent dans des voitures et fuient à vitesse grand V. D’autres se dirigent vers Shanti Stupa, mais la route est coupée, alors direction le palais."Pas une bonne idée, commente un vieux monsieur, c’est par là qu’arrive l’orage. Je conseille plutôt d’aller sur le promontoire qui domine le bas de la ville."



"Se sentir solidaires"

Qui croire ? Que faire ? Dans les rues, les gens errent, hésitent, se suivent. Signe d’un manque d’expérience, d’une panique collective ? "J’ai perdu deux frères et sœurs dans l’inondation, ainsi qu’une nièce, commente un chauffeur de taxi. On ne monte pas au stupa uniquement pour se protéger, mais pour être entre nous, se sentir solidaires." Une demi-heure plus tard, la menace est passée, mais beaucoup ne reprendront le chemin de chez eux qu’au petit matin.

Le lendemain matin, les bilans officiels s’affinent : près de 150 morts identifiés, plus de 500 disparus, au moins 400 blessés, et une dizaine de milliers de sinistrés… Bonne nouvelle pour les étrangers (dont de nombreux Français) : l’aéroport a rouvert.

Pour autant, c’est la panique à bord. Difficile de trouver un taxi : l’essence commence à manquer, les habitants préfèrent l’économiser. Si le ravitaillement n’arrive pas, la ville risque de se retrouver très vite paralysée. "Vous avez de la chance, dit le responsable local d’une compagnie aérienne aux passagers du premier avion pour Delhi. Une fois rentrés chez vous, continuez à prier pour nous."

Pour aider les sinistrés, vous pouvez Faire un don à la Croix rouge

À lire également sur Buddhachannel :
Inondation au Ladakh — Soutenez la reconstruction
En Asie, la catastrophe continue de s’étendre
Inondation — Alerte rouge au Pakistan, l’Inde touchée


Source : YOUPHIL

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

2 Messages

  • A Leh, en Inde, la panique après le déluge 15 août 2010 08:59, par olivanti sabine

    Bonjour à tous,

    Je viens d’avoir Aimé au téléphone depuis le Ladakh !!!!
    Ils vont bien physiquement et psychologiquement, m’a-t-il dit. Ils rentreront vers le 17 août...
    Il pleut toujours sur la région de Leh en bien moindre quantité, toutefois. Les routes sont impraticables ou très peu. Le trafic aérien a repris.
    Les dégâts sont énormes. La ville de Leh a été touchée, 2/3 de Saboo sont détruits ; d’autres villages alentour ont également été dévastés.

    Aimé fait le point sur la situation et va essayer de rencontrer des responsables pour savoir de quelle manière nous pourrions aider de manière efficace.
    Avec Aimé, nous avons déjà pensé à un partenariat avec la Croix Rouge pour mobiliser des départements avec des villes très touchées afin d’homogénéiser les aides et les répartir aux mieux . Marcelle Roux m’a suggérée de contacter "Aviation sans frontières". Si vous connaissez, nous sommes preneur d’informations voire de contacts. Nous ferons au mieux à son arrivée.

    Nous nous mobilisions pour améliorer leurs conditions d’existence, fussent-elles en exil. Aujourd’hui notre mobilisation est pour leur survie à l’approche des mois d’hiver qui dans ces régions arrivent tôt et vigoureusement.
    Toutes les informations seront utiles pour mettre en commun nos expériences et être pour toutes ces personnes les plus pertinents et respectueux qu’il sera nécessaire et possible.

    Aimé Fages, le président de l’association Culture tibétaine vous remercie de toutes les informations que vous pourrez nous fournir.
    Je reste à votre disposition si nécessaire.
    Pourriez vous adresser vos mail à Aimé : aimefages@yahoo.fr bien sûr et copie à moi-même : barbaralauga@orange.fr. Merci d’avance.

    Amicalement,
    Barbara,
    Secrétaire de Culture Tibétaine.

    repondre message

  • A Leh, en Inde, la panique après le déluge 10 septembre 2010 20:37, par my

    J’y étais et l’article retrace bien ce qui s’est passé à LEH ces 5 et 6 aout dernier. en fin d’après midi,le ciel était noir et nous sommes montés sur les hauteurs, au Palais de Leh, en cette nuit du 6 aout, fuyant notre hotel proche d’un torrent en crue. Nous avons partagé la natte d’une femme ladakhie ainsi qu’un bout de sa couverture, nous avons partagé notre eau et nous avons égréné nos malas toute la nuit, tous ensemble. Le tonnerre grondait au loin, il nous semblait qu’il était sur Choklamsar déjà dévasté la veille, et nous faisions des souhaits pour que le ciel soit clément. Une nuit de partage et de fraternité que je n’oublierai jamais.
    La ville dévastée, les pont et les maisons détruits. Une ambiance plombée, les ordures qui s’entassent dans les rues, les commerces fermés, les rues quasi désertes, plus de moyens de communiquer avec l’extérieur. et puis la solidarité qui s’organise, la vie qui reprend... des échanges humains riches, un voyage que je n’oublierai jamais.

    repondre message