Buddhachannel

Dans la même rubrique

21 novembre 2016

L’Apprentissage Shambhala

29. Juni 2016

Ajahn Chah









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Interview du Karmapa Lama (2/2)

samedi 26 juin 2010

Langues :


De nombreux Chinois se rendent en Inde et assistent à vos enseignements. De Taïwan, de Singapour, mais aussi, pour certains d’entre eux, de Chine continentale. Que cherchent-ils auprès de vous ?
A Pékin, le gouvernement est communiste, certes. Et on a parfois le sentiment que rien ne pourra jamais changer. Pourtant, certains Chinois regardent au-delà de leur vie quotidienne. Au fur et à mesure que leur niveau de vie s’améliore sur le plan matériel, ils s’aperçoivent qu’il leur manque quelque chose de plus fondamental - la vie spirituelle. Or, le bouddhisme a une longue histoire en Chine : s’il est une religion que l’on peut qualifier de "nationale", c’est bien elle. De nombreux Chinois se reconnaissent dans le bouddhisme ; un peu comme si cela faisait partie de leur histoire familiale. C’est un retour aux sources. Voilà pourquoi, sans doute, on constate en Chine une renaissance de la pratique bouddhique. La soif de spiritualité ne fait aucun doute. Les sites Internet sont souvent bloqués par la censure, mais les Chinois parviennent à échanger des informations et à établir parfois des liens avec des lamas au Tibet. D’autres s’intéressent au bouddhisme sur un plan purement culturel. Ils veulent apprendre. Alors, ils viennent me voir. D’autant qu’il existe, en effet, de nombreux liens historiques entre les Chinois bouddhistes et les karmapas.

En France, la communauté bouddhiste tibétaine est divisée. Certains, minoritaires, reconnaissent un autre karmapa. Que leur dites-vous ?
Je n’ai rien à leur dire car - je vous l’assure, du fond du coeur - je ne veux pas me confronter à qui que ce soit. Je peux seulement parler de moi, plutôt que de prendre position sur le fond. Dans l’histoire sacrée de la lignée, la réincarnation précédente reconnaît le suivant. L’aîné, en quelque sorte, choisit toujours son cadet. Pour ma part, je suis identifié par le 16e karmapa dans une lettre de reconnaissance qui, me semble-t-il, fait foi. Je me contente de respecter la tradition. D’ailleurs, je ne saurais pas comment faire pour revendiquer le statut de karmapa. C’est une question d’ordre spirituel. Si d’autres ne me reconnaissent pas comme la réincarnation du karmapa, qu’y puis-je ?

Partagez-vous le sentiment de frustration, voire d’étouffement, de nombreux jeunes Tibétains en exil ?
Oui, ce mot d’étouffement est le bon et c’est ce qui explique le besoin de protester, parfois. Soyons réalistes, cependant. Ce n’est pas ainsi que l’on fera avancer la cause du peuple tibétain. Ce dont nous avons besoin, c’est un projet, un plan et un processus.

Etes-vous inquiet de la perspective d’une explosion violente si le dalaï-lama venait à disparaître ?
Oui, c’est une source d’inquiétude majeure pour moi.

Vous êtes un jeune homme qui porte les responsabilités et les charges d’un homme mûr. N’y a-t-il pas des moments où vous souhaiteriez marcher dans les champs, jouer avec d’autres, vivre une vie tranquille...
Je comprends ce dont vous parlez, mais, voyez-vous, mon mode de vie est supportable. Ma formation spirituelle m’aide sans doute. L’esprit humain est sans limites. La capacité de chacun à endurer et à s’adapter ne doit pas connaître de limites.

Avez-vous des nouvelles de vos parents ?

J’ai parlé il y a peu avec ma mère. Nous conversons de temps à autre au téléphone. Elle est assez malade.

Pensez-vous un jour revoir vos parents ?
Je l’espère beaucoup, oui.

Comment faire ?
C’est très difficile. Ils vivent au Tibet, sous le pouvoir du gouvernement chinois. C’est très difficile, je le sais. Je les aime beaucoup. C’est la raison pour laquelle j’aimerais tenter de les revoir. Je leur dis toujours, au téléphone, que j’essaierai de les revoir. Mais je ne sais pas comment faire.

Ont-ils subi des pressions de la part du gouvernement chinois ?
Non. Enfin, rien de grave. Désormais, s’ils souhaitent se rendre à Lhassa, ils ont besoin d’une autorisation officielle. Ce n’est pas si terrible. Moi aussi, je devrais demander l’autorisation pour me rendre à Lhassa !

Cliquez ici pour lire le début de cet article


Source : L’express

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?