Buddhachannel

Dans la même rubrique

12 juillet 2016, par Isabelle

Scandale de la surpêche

1er février 2016

Les animaux Cacher









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Le kangourou a la digestion verte

mardi 9 février 2016

Langues :

A chacun sa façon de lutter contre le réchauffement climatique. L’Australie semble, elle, compter énormément sur son emblème animale : le kangourou. Selon nombre de chercheurs et scientifiques, le marsupial, aux flatulences non polluantes, permettrait d’importantes réductions d’émissions de gaz à effet de serre dans un pays où l’élevage ovin et bovin est très présent.

KangourouSeules les usines et différentes centrales polluent davantage. C’est dire l’importance des pets ovins ou bovins sur l’environnement austral. En représentant 14% des émissions de gaz à effet de serre, l’élevage industriel représente un problème épineux pour les défenseurs écologiques. Pourtant, certains scientifiques semblent avoir trouvé une solution, encore au stade expérimentale, en étudiant les intestins des kangourous, selon The Australian. Contrairement aux ovins ou aux bovins, le pet de kangourou ne dégage pas de méthane, grâce à une bactérie présente dans son tube digestif. L’équipe du docteur Athol Klieve souhaite donc coloniser l’intestin des vaches et des moutons avec ce précieux micro-organisme. La finalité du projet serai de donner aux ovins et aux bovins un intestin de kangourou afin de limiter le réchauffement climatique.
Le chercheur explique : « En Nouvelle-Zélande, où l’élevage est plus développé, on avoisine les 50% (des émissions de gaz à effet de serre) ». L’enjeu est donc de taille.


La bactérie présente dans l’intestin du kangourou élimine les ballonnements et facilite la digestion. Cela permettrait une économie de plusieurs millions de dollars en fourrage. Le bétail en profiterait également, tirant 10 à 15% d’énergie supplémentaire pour une alimentation identique. Vaches et moutons pourraient donc, dans quelques années, se voir inoculer la bactérie du kangourou afin d’aider leur digestion et ainsi lutter contre le réchauffement climatique. Ce projet, plutôt surprenant, ne devrait pas voir le jour tout de suite. Il faudra au moins trois ans de travail aux chercheurs pour isoler le micro-organisme avant de pouvoir étudier son transfert. D’animal vedette, le kangourou pourrait donc bientôt devenir, aux Antipodes, l’étendard bondissant de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.


Antoine Ginekis pour www.buddhachannel.tv




Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?