Buddhachannel

Dans la même rubrique

29 juin 2016

Femmes de l’Église

29 juin 2016

Gayatri Mantra

15 juin 2016

Les Dieux de l’Inde

2 de mayo de 2016, por Buddhachannel Es.

Los Dioses de la India









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Taoïsme en Chine

mardi 22 mars 2016, par Nanny Obame

Langues :

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [italiano] [日本語] [Nederlands] [Português] [中文]



L’un des « Trois Enseignements » de la Chine entre philosophie et religion

Le taoïsme est à la fois une philosophie et une religion chinoise. Il trouverait sa source dans l’esprit du sage Lao Zi, la tradition du Huang Lao et l’amalgame de nombreuses spiritualités anciennes chinoises. Il fait partie des trois grandes croyances en Chine (ou « Trois Enseignements) avec le Confucianisme et le Bouddhisme, et serait pratiqué par environ 20 millions de fidèles.

Le Taoïsme serait, selon la définition officielle, un mélange entre le culte des esprits de la nature et des ancêtres, les idées de Lao Zi, et de multiples autres croyances anciennes chinoises. Le temps l’a beaucoup fait évoluer , et il est commun aujourd’hui de le diviser en philosophie d’une part (Daojia), et religion d’autre part (Daojiao).


Dans sa forme originelle, notamment ce qui a été prétendument laissé par Lao Zi, il s’agissait bien d’un mode de pensée, d’une connaissance et d’un idéal absolu : la recherche de la Voie. Ce n’est qu’après qu’une forme religieuse est née sous l’impulsion de Zhang Dao Ling, probablement dans le but de contrer l’essor de la religion venue d’Inde, le Bouddhisme.


L’époque de Huang Di, ou Empereur Jaune, est parfois décrite comme un âge d’or pour la philosophie taoïste. Le souverain aurait transmis la connaissance à son peuple, celui-ci vivant ainsi en harmonie avec la nature dont il respectait le rythme et les besoins.

D’après l’Empereur Jaune, les dépositaires du taoïsme n’étaient autres que Lao Zi, Tie Zi, Zhuang Zi, dont les écrits contenaient les messages les plus authentiques de la connaissance de la Voie.


Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Tao Tö King de Lao Tseu, et s’exprime par des pratiques, qui influencèrent tout l’Extrême-Orient. Il apporte entre autres :
une mystique quiétiste, reprise par le bouddhisme Chan (ancêtre du zen japonais) ;
une éthique libertaire qui inspira notamment la littérature ;
un sens des équilibres yin yang poursuivi par la médecine chinoise et le développement personnel ;
un naturalisme visible dans la calligraphie et l’art.
Ces influences, et d’autres, encouragent à comprendre ce qu’a pu être cet enseignement dans ses époques les plus florissantes.

La Voie indéfinissable, universelle et infinie
Le Dao (ou Tao selon la transcription francophone), signifie la Voie. Comment définir ce qu’est le Tao ? Le fait même d’essayer de définir le Tao serait une erreur car il limiterait ce qu’il est réellement. La Voie est par essence indéfinissable car infinie, elle est universelle et dans chacun de nous.



Le Tao, ou la Voie, est un idéal que l’être humain aurait intérêt à rechercher pour son épanouissement personnel. Il est l’essence et l’origine de toute chose, la source avant l’acte créateur. Il s’exprime de la manière la plus simple : l’être. Il s’agit des principes clés de l’univers, et implique l’absence de jugement, la vacuité d’esprit, et même l’absence d’action (wu wei)...

Le but ultime, si l’on devait en dégager un, serait d’atteindre l’harmonie : à la fois personnelle, mais aussi avec son entourage et, de manière plus universelle, avec la nature. Pour cela, l’homme doit apprendre à voir la vraie nature des choses, en dépassant les illusions du jugement, de la civilisation et de la culture qui influencent son regard sur le monde.

Le Tao est indéfinissable. Il incombe à chacun de le chercher par ses propres moyens, à l’aide des écrits laissés par les anciens maîtres, mais aussi à l’aide des expériences vécues et erreurs passées... Mais essayer de l’exprimer par des mots serait une perte de temps, car impossible.


L’influence du Taoïsme dans la culture chinoise
Avant tout philosophie et connaissance, le Taoïsme a beaucoup influencé la civilisation chinoise, et par extension tout l’est de l’Asie. Les idées taoïstes sont aujourd’hui largement présentes dans la médecine traditionnelle chinoise (zhongyi), ainsi que dans l’acupuncture, qui utilisent toutes les deux les notions de Yin et Yang, méridiens, et circulation de l’énergie vitale Qi (ou Ki en japonais, prana en sanskrit).

Le Taoïsme a également largement inspiré bon nombre d’arts martiaux, pas seulement chinois, orientés vers le développement et renforcement du Qi plus que de la masse musculaire. Le Taiji Quan en est l’exemple le plus probant, et aurait été, selon la version historique la plus souvent acceptée, créé dans la montagne taoïste de Wudang par un moine du nom de Zhang Sanfeng.



On pourrait également ajouter à cette liste non exhaustive les techniques de fengshui ou de méditation, la première étant le moyen de faire circuler librement le Qi dans une habitation, la seconde étant le moyen d’avancer dans la Voie par la relaxation physique et mentale ainsi que la visualisation.

En définitive, le Taoïsme fait partie du patrimoine commun chinois, et s’y exprime aussi bien dans les arts (musique, poésie...) que dans les techniques les plus diverses (alchimie, médecine, stratégie...).


Source : http://www.icilachine.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?