Buddhachannel

Dans la même rubrique

21 novembre 2016

L’Apprentissage Shambhala

29. Juni 2016

Ajahn Chah









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

L’esprit du bouddhisme coréen

samedi 29 mai 2010

Langues :

Depuis son introduction en Corée à la fin du 4ème siècle le Bouddhisme a subit l’influence de l’esprit coréen. Sur le modèle de l’illumination de Bouddha et de son enseignement empreint de sagesse et de compassion, les coréens ont crée leur propre Bouddhisme. Il possède trois caractèristiques qui le différencie des bouddhismes indien et chinois.



Tout d’abord, le bouddhisme coréen est de caractère universel et libéral tout particulièrement dans sa façon de résoudre les problèmes culturels. Lorsque le Bouddhisme est entré en contact avec la culture coréenne la relation s’établie sur une base de respect mutuel. Les bouddhistes coréens acceptaient la culture traditionnelle coréenne mais d’un autre côté, ils développaient de nouvelles interprétations et valeurs sur la base de cette culture traditionelle. De cette façon le Bouddhisme introduit en Corée s’est adapté à l’esprit des coréens et s’est fondu en eux pour ne faire qu’un.

Ensuite, le bouddhisme a joué un rôle de protecteur de la nation et du peuple. Depuis l’origine le Bouddhisme a joué un rôle vital lors des périodes troubles. Tout en cherchant ses propres repères religieux et idéologiques le bouddhisme s’est toujours préoccupé de la paix et du bonheur de la nation.

Tout au long de la longue histoire du Bouddhisme coréen il est venu au secours de la nation à maintes reprises. Durant le 15èmé siècle par exemple, les moines s’érigèrent en soldats afn de combattre l’invasion japonaise. C’est ainsi que le Bouddhisme obtint l’appellation de protecteur de la nation (voir à ce sujet l’article sur le rôle du bouddhisme dans l’histoire politique de la Corée).

Pour finir, le bouddhisme coréen est symbole d’harmonie. Il n’a pas seulement appaisé les conflits idéologiques entre écoles mais a aussi réglé les désaccords religieux entre théorie et pratique. Résolvant les écarts philosophiques, le bouddhisme s’est développé sous l’égide d’une longue lignée de croyants coréens éminents. Ce caractère d’harmonie a commencé sous le Maître Wonhyo (617-686). Sur la base d’une philosophie de réconciliation il fini par harmoniser différentes doctrines. Plus tard Maître Daegak Uichon (1055-1101) et Maître Bojo Jinul (1158-1210) continuèrent dans la même direction. Uichon reconnu la logique et la valeur de la philosophie de réconciliation de Wonhyo et tenta d’unifier le bouddhisme coréen en combinant théorie et pratique. Jinul combina également théorie et patique dans un mouvement créatif de pratique de méditation et de sagesse combiné.


Source : www.visitkorea.or.kr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?