Buddhachannel

Dans la même rubrique









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Noël et Nouvel An au Japon

lundi 21 décembre 2015, par Buddhachannel Fr.

Langues :

AU JAPON

JPEG - 42.9 ko
Noël à Shibuya (Tokyo)
photo Shizuko Mishima



Le repas du Nouvel An est fort en symboles et en rituels.

Il est invariablement servi dans la maison du chef de la famille. Chaque aliment est spécialement choisi parce qu’il représente un symbole de félicité. Il existe de nombreuses variantes dans le rituel dépendant des régions. Par contre les produits culinaires utilisés tous les jours dans la cuisine prennent ici un caractère sacré et symbolique. Ainsi, le mirin, un vin de riz doux utilisé autant comme breuvage que dans la cuisine traditionnelle est parfumé de poivre et d’épices et offert à chaque visiteur dans un jeu de trois tasses.

JPEG - 43.2 ko
Ebisu Garden Place - Tokyo -
photo Shizuko Mishima



Le Mochi, une fête, une offrande et une gourmandise.

Le plus important des mets est sans contredit le mochi, un riz gluant bouilli, puis pilé avec un mortier ou un maillet de bois pour faire des gâteaux traditionnellement servis le Jour de l’An. Ceci donne lieu à la fête du pilage du mochi chaque année le troisième dimanche de décembre depuis 1959. C’est un événement communautaire qu’on retrouve ici dans le quartier centre de Tokyo. Au coeur du quartier de Ginza, un marchand offre depuis trois décennies la fête du pillage le dernier jour de l’année. Le riz ainsi battu est travaillé moulé, coloré et sucré. Les mochi roses, blancs et gris-vert en forme de diamant étagé sont traditionnels. On les retrouve aussi grillés et accompagnés d’une sauce ou enveloppés dans une feuille d’algue.



Au Japon, les dieux prennent une large part dans les cérémonies

et, pour mettre la nouvelle année sous de bons auspices, on confectionne des mochi arrondis, un petit placé sur un plus grand décorés avec des urajiro (fougères), des homards symboliques pour faire un kagamimochi, une sorte de plat rituel offert aux dieux du foyer chaque Jour de l’An. Le 11 janvier, les gâteaux sont partagés entre les membres de la famille. Manger du kagamimochi est une façon de demander la protection des dieux.

Le menu du repas de Nouvel An :

disposé avec art dans des boîtes gigognes à quatre étages, on y retrouve du kombu, du homard, des haricots mame, des tranches de kamaboko (un pain de poisson), du tai et des dai dai (oranges japonaises dont le nom signifie génération après génération), des feuilles de chrysanthèmes (la fleur impériale), des châtaignes, des carpes (symbole d’un esprit indomptable), des urajiro (des fougères porte-bonheur qui, par leur blancheur sur la face interne de leur feuille symbolisent la pureté d’intention), des mochi.

JPEG - 144.9 ko
Carte de Voeux pour le Nouvel An



La paille de riz et les dieux

Les shimenaya, cordes faires de paille de riz tressée, sont suspendues en des lieux sacrés afin d’éloigner la contamination et les mauvais esprits, une tradition qui remonte à plus de 1 300 ans. Durant le Nouvel An, vous pouvez les voir accrochées dans les temples et autour des arbres sacrés, au-dessus des autels shintoïstes dans les maisons ainsi qu’aux embrasures de portes. Il en existe de tout petites comme des grandes. Celle qui est ici représentée est suspendue face à la salle de culte principale du temple Izumo dans la préfecture de Shimane et totalise 8 m de longueur par 4 m de circonférence pour un poids d’environ 1 500 kg.

shimenaya<br>au Nouvel An

Il existe aussi des shimekazari, une décoration de porte faite aussi à partir de paille provenant des épis de riz qui servent à délimiter les espaces sacrés et sont disposés à l’entrée des maisons et des bâtiments au Nouvel An pour inviter les dieux à entrer.




P.-S.

Christmas In Japan --- A note from Ted Boswell, 7 Year CRJM Missionary in Japan.

Most Japanese are fairly ignorant about Christmas, just as most North Americans are fairly ignorant about the Japanese New Year holiday. (Our first Christmas we bought a small evergreen arrangement for a tiny "Christmas tree" only to find out later it was a traditional Japanese religious decoration for the New Year !)

But there is a certain kind of Christmas here in Japan. Let me describe it a little.

At the end of November merchandising heralds the onset (onslaught ?) of the season. Santa’s show up in some advertising and Christmas carols can be heard in stores. (In English !) Also advertisements appear for special Christmas eve and Christmas day hotel & restaurant dinners and shows, generally with a strong romance theme. More and more Christmas lights are going up each year (probably a thousand per cent increase in the seven years we’ve been here) on stores and at malls, though I’ve seen few if any on private homes.

Christmas trees (artificial --- there is no live Christmas tree market) however, have begun to appear in the occasional home, and can be bought in big department stores. Santa does not yet appear in person, only as an advertising foil. And the airwaves are not clogged with TV specials.



There are two special Japanese Christmas customs :

First, the Daiku, or Great Nine, which refers to Beethoven’s Ninth Symphony. This is traditionally performed in many places at Christmas time (though probably as much in conjuction with the New Year), sometimes with huge massed choruses for the famous part with what American Christians sing as a hymn --- Joyful, Joyful, We Adore Thee.



The second custom is the Christmas Cake. Yes, friends, what Christmas would be complete without its Christmas Cake ? How have you survived without one so long ? Well, it’s a blessing to the Japanese bakery industry, that’s for sure, because this is not a home project. One buys it. And the Japanese are generally slack jawed when told that America knows no Christmas Cake and it’s a Japanese custom.



Christmas is basically overshadowed by New Year’s celebrations, sort of the opposite of America. In Japan Christmas is a subsidiary holiday, most treasured by merchants, I think. Christmas day, for example is not a holiday from work. Hence, most churches will have their special Christmas worship services on the nearest Sunday before the 25th and perhaps on Christmas eve.



Most Japanese naturally have a weak understanding of Christmas’s religious roots and customs. I remember one Japanese pastor being asked if it’s Santa’s birthday. Christianity is respected in Japan but hardly known at all, which is not too surprising with less than 1% being Christian. However, many Japanese are interested in American Christmas customs and some Japanese churches take advantage of this to meet new Japanese and introduce them to Christmas, Jesus, and their church. For example, I work with a small (averaging 30 people on a Sunday morning) church in Misato, that has a special Candle Service, two kids meetings, three American Christmas programs, lots of special Christmas decorations and a gift pack handout for all guests during December. Through this they draw an extra 300-400 people to church.



One of the most touching experiences for me is to sit in a Christmas service and think of how some of those listening are hearing the Christmas story for the first time in their lives. That’s a pretty special experience. In Japan, Christmas is a wonderful missionary opportunity. And that seems appropriate. After all, the first Christmas was about a missionary who came a truly long way to bring the good news.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?