Buddhachannel









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Angkor Vat-Cambodge

lundi 2 mai 2016, par Nanny Obame

Langues :

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [italiano] [日本語] [Português] [中文]

Temple le mieux préservé d’Angkor, l’une des plus grande ville médiévale, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, premièrement hindou et dédié à Vishnou, puis bouddhiste. Le temple est le symbole du style classique de l’architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge, figurant sur son drapeau national, et il est le lieu touristique principal du pays.


Angkor Vat combine deux bases de l’architecture khmère pour les temples : le côté temple-montagne et le côté temple à galeries. Il est conçu pour représenter le mont Meru, la maison des dieux dans la mythologie hindoue. À l’intérieur d’une douve et d’un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l’une au-dessus de l’autre. Au centre du temple se dressent des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d’Angkor, Angkor Vat est orientée vers l’ouest, probablement parce qu’il est orienté vers Vishnou.

Le temple est admiré pour la grandeur et l’harmonie de son architecture et ses nombreux bas-reliefs sculptés qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde. Il donne également des indices sur l’important système hydraulique d’Angkor. Il est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.


Historique

Angkor Vat fut construit dans la première moitié du xiie siècle par le roi Suryavarman II dont le règne s’étala de 1113 à 1150. Comme le Baphûon était dédié à Shiva et que Suryavarman II honorait Vishnou, il décida la construction d’un nouveau temple au sud de la ville. Ceci pourrait expliquer que l’entrée d’Angkor Vat est orientée vers l’ouest — vers Vishnou —, contrairement aux autres temples khmers.

Le travail de construction semble avoir pris fin lors de la mort du roi, en laissant quelques-uns des bas-reliefs décoratifs inachevés6. En 1177, Angkor fut pillée par les Chams, les ennemis traditionnels des Khmers. Par la suite, l’empire a été restauré par un nouveau roi, Jayavarman VII, qui a mis en place une nouvelle capitale, Angkor Thom, et un temple d’État, Bayon, à quelques kilomètres plus au nord.

Parmi les temples d’Angkor, Angkor Vat fut l’un des temples les mieux conservés car, même s’il est quelque peu négligé après le xvie siècle, il n’a jamais été complètement abandonné. Sa préservation étant due en partie au fait que ses douves fournirent une protection contre le développement de la jungle sur le site.
Le temple est devenu le symbole du Cambodge et est une source de grande fierté nationale. Depuis environ 1863, Angkor Vat est une partie intégrante du drapeau du Cambodge11 et le seul bâtiment à apparaître sur un drapeau national.


Architecture

Le complexe occupe une surface totale de 1 500 mètres sur 1 300 mètres.
La décoration khmère, abondante mais harmonieuse, est principalement faite de représentations de dieux, d’hommes et d’animaux, qui remplissent chaque surface plane. Les combats et les épisodes de légendes sont fréquents. Les décorations florales sont réservées aux bordures, aux moulures et aux chapiteaux.

Les principaux matériaux utilisés sont des grès de différentes couleurs et la latérite. La pierre était découpée en blocs énormes assemblés avec une grande précision sans utiliser de ciment, probablement par rodage sur place.

Les galeries extérieures

Des douves et trois galeries encerclent le sanctuaire central. Depuis l’ouest du complexe, une chaussée pavée longue de 200 mètres permet de traverser les douves et mène à une large terrasse précédant le magnifique gopura, qui marque l’entrée principale de l’édifice central.
La première galerie est constituée de piliers carrés vers l’extérieur et d’un mur aveugle vers l’intérieur. Le plafond entre les piliers est décoré de rosaces en lotus. L’extérieur du mur aveugle est décoré de fenêtres à colonnes, d’apsaras (nymphes célestes), qu’on trouve sur toutes les galeries, et de figures masculines qui dansent sur des animaux caracolants.
À partir de la première galerie, une avenue décorée de nagas longue de 350 mètres mène à la seconde enceinte à travers un parc. De part et d’autre de cette allée, on rencontre d’abord deux constructions dont on ignore l’utilité (mais qu’on appelle couramment « bibliothèques »), puis deux petits bassins.
On arrive à la seconde galerie par une plate-forme surélevée flanquée de lions de part et d’autre d’une cage d’escalier. Le mur intérieur de la seconde galerie est orné d’un bas-relief narratif sur toute sa longueur. Sur le mur occidental sont représentées des scènes de l’épopée du Mahabharata.


La troisième enceinte

La troisième galerie délimite un espace de 150 mètres sur 200 mètres. On y pénètre par une terrasse en forme de croix.
Cet espace est découpé en trois niveaux, reliés par de nombreux escaliers extérieurs. Ces niveaux sont de dimensions décroissantes. Chaque niveau est formé d’une terrasse entourée d’une galerie. Le plus élevé est le sanctuaire, qui est surmonté en son centre d’une grande tour de forme pyramidale. Des tours surmontent aussi les quatre angles des terrasses des deux étages supérieurs. La galerie extérieure du sanctuaire central, longue de 800 mètres, est décorée de bas-reliefs décrivant des scènes tirées d’épopées indiennes ou de l’histoire d’Angkor.

Le sanctuaire central

On atteint le sanctuaire central par douze escaliers très raides qui représentent la difficulté d’atteindre le royaume des dieux.
Au sommet de ces escaliers se trouve une plate-forme pavée de forme carrée divisée en quatre cours par deux couloirs surélevés qui se coupent à angles droits. Un autre couloir surélevé court le long du bord extérieur de la plate-forme, entourant l’ensemble du niveau. À chaque coin de ce couloir se trouve une tour et on en trouve une cinquième au milieu de la plate-forme. Ces cinq tours forment la silhouette bien connue d’Angkor Vat.
La base carrée de la tour centrale contient un petit sanctuaire sur chaque face, derrière lesquels se trouve le sanctuaire central. Ces sanctuaires sont reliés par des galeries sur les toitures desquelles est représenté le corps d’un serpent se terminant par des têtes de lions ou de garudas. Des linteaux et des frontons sculptés ornent les entrées des galeries et des sanctuaires.


Tourisme

Angkor Vat est devenue une importante destination touristique. Les chiffres de fréquentation pour le temple ne sont pas publiés, mais en 2004, le pays a reçu un peu plus d’un million d’arrivées de personnes depuis l’international et 57% d’entre elles avaient prévu pour visiter le temple selon le ministère du Tourisme.

L’afflux de touristes a jusqu’ici causé relativement peu de dommages, à part quelques graffiti. Des mesures de protections ont été mise en place pour protéger les bas-reliefs et des sols. Le tourisme a également fourni des fonds supplémentaires pour l’entretien, environ 28 % des recettes des billets dans l’ensemble du site d’Angkor est dépensé sur les temples, bien que la plupart des travaux soient effectués par des équipes parrainées par leurs gouvernements respectifs plutôt que par les autorités cambodgiennes.

Source : http://www.wikipedia.org

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?