Buddhachannel

Dans la même rubrique

15 de Março de 2016, por Buddhachannel Portugal

Casamento ecológico

28 décembre 2015

Le bois : écolo ou pas ?









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Une déclaration du bouddhisme sur le changement climatique

samedi 1er mai 2010, par Isabelle

Langues :

Toutes les versions de cet article : [Español] [français] [Português]



Cette déclaration résulte de la contribution d’une vingtaine d’enseignants de toutes les traditions bouddhistes qui ont participé aux travaux de rédaction de la réponse du bouddhisme à l’urgence climatique (Une réponse bouddhiste à l’urgence climatique, Wisdom Publications, 2009).

Le texte intitulé « Le temps d’agir » (traduction de la version originale en anglais Le temps d’agir est venu)-inspirée pan-bouddhiste, a été écrit par David Loy Tetsuun (Maître Zen) et le Vénérable Bhikkhu Bodhi (maître de la tradition Theravada), et aura la contribution scientifique du Dr John Stanley. Cette déclaration a pour premier abonné au dalaï-lama. Nous invitons tous les membres de la communauté bouddhiste internationale concernés par cette question pour lire ce document et joignez votre voix en leur nom.

Il est temps d’agir.

Une déclaration du bouddhisme sur le changement climatique.

Aujourd’hui, nous vivons à une époque de grave crise de relever les défis les plus graves que l’humanité ait jamais connu : les conséquences écologiques de notre karma collectif. La conclusion unanime des scientifiques sont accablantes : les activités humaines sont en train de provoquer une catastrophe écologique à l’échelle planétaire. Le réchauffement climatique, en particulier, est l’accélération à un rythme plus rapide que prévu et se reflète maintenant dans le pôle Nord. Pour des centaines de milliers d’années, l’océan Arctique était recouvert d’une couche de glace aussi vaste que l’Australie, qui est maintenant en voie de disparition. En 2007, le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC) a prédit que d’ici 2100, la fonte d’été de la glace ne serait pas complète, mais il est clair aujourd’hui que nous courons le risque de venir de réussir dans une décennie ou deux. La vaste étendue de glace du Groenland est également la fonte plus rapide que prévu. niveau des mers augmentera d’un mètre de ce siècle, ce qui entraînera l’inondation de nombreuses zones côtières, ainsi que des domaines importants de riz cultivées sur le terrain d’une importance vitale que le delta du Mékong, au Vietnam. Partout dans le monde, les glaciers diminuent rapidement. Si les politiques économiques actuelles ne changent pas, les glaciers du plateau tibétain qui alimentent les grands fleuves qui fournissent de l’eau à des millions de personnes en Asie vont disparaître au cours des trente prochaines années.


L’Australie et la Chine du Nord souffrent actuellement de graves sécheresses et une diminution des récoltes. rapports importants, tels que le GIEC, l’ONU, l’Union européenne et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, a convenu que sans un changement légal de la direction, la diminution des réserves d’eau et les ressources alimentaires, peut entraîner des entre autres conséquences, les famines, les conflits motivés par la race des ressources, ainsi que les migrations de masse au milieu du siècle - peut-être même d’ici 2030, selon le conseiller scientifique d’abord, le gouvernement britannique.

Le réchauffement climatique joue un rôle clé dans d’autres crises écologiques, comme la disparition de nombreuses espèces végétales et animales de la Terre que nous partageons avec nous. Les océanographes révèlent que la moitié des émissions de carbone dues à l’utilisation des combustibles fossiles ont été absorbées par les océans, qui a augmenté son taux d’activité d’environ 30%. L’acidification des océans perturbe la calcification des coquilles et des récifs coralliens, menacent le développement du plancton, la chaîne alimentaire de la plupart des espèces qui peuplent les océans.
Les rapports des Nations Unies d’accord avec les vues d’éminents biologistes qui affirment que la poursuite de la politique actuelle de la cécité volontaire conduira à l’extinction de la moitié environ de toutes les espèces terrestres présentes. Nous transgresser, collectivement, les premiers préceptes : « Ne pas nuire à des êtres vivants, et nous le faisons la plus grande échelle possible. Nous sommes incapables de prédire l’impact biologique sur la vie humaine qui seront causés par la disparition de nombreuses espèces, imperceptiblement, contribuent aussi à notre propre bien-être.

Beaucoup de scientifiques sont venus à la conclusion qui est en cause aujourd’hui la survie même de la civilisation humaine. Nous avons atteint un moment crucial de notre évolution biologique et sociale. Jamais dans l’histoire de la nécessité de la contribution du bouddhisme au bien de tous les êtres qui doivent être imposées avec une telle urgence. Au cours des quatre nobles vérités, nous avons un cadre dans lequel d’élaborer un diagnostic de notre situation actuelle et donc de définir les grandes lignes d’une solution : les menaces et les catastrophes qui hantent nous viennent en fin de compte l’esprit humain, en exigeant un changement fondamental de notre esprit. Si la personne est née des souffrances soif et l’ignorance (les trois poisons : l’avidité, la haine et l’illusion), de même pour la souffrance que nous éprouvons à l’échelle collective.
L’urgence écologique actuelle nous confronte à la souffrance éternelle de l’homme, dans un multiplicateur. Nous souffrons en tant qu’individus mais comme une sorte d’une auto qui se considère comme distincte de pas d’autres, mais aussi la terre elle-même. Comme Thich Nhat Hanh : "Nous sommes ici à sortir de l’illusion de notre séparation." Nous devons nous réveiller et comprendre que la Terre est notre mère autant que notre maison. Premièrement, le cordon ombilical qui nous relie à elle ne peut pas être coupé. Si la terre est malade, nous allons nous aussi tomber malade parce que nous sommes partie. Nos relations économiques actuelles et technologiques avec la biosphère ne sont pas viables. Pour survivre les changements difficiles qui nous attendent, nos modes de vie et de nos attentes doivent changer. Cela suppose non seulement de nouveaux comportements, mais aussi de nouvelles valeurs. L’enseignement bouddhiste selon laquelle la santé globale des individus et de la société dépend de la relaxation et de bien-être, pas seulement des indicateurs économiques, nous permet de définir les transformations personnelles et sociales que nous entreprenons.
Sur le plan individuel, nous devons adopter des comportements qui expriment notre conscience écologique dans la vie quotidienne, réduisant ainsi notre empreinte carbone. Pour ceux qui vivent dans les économies développées, ce qui implique la modernisation et isoler les maisons et les lieux de travail pour une meilleure efficacité énergétique, réduire le chauffage en hiver et climatisation en été, utiliser des ampoules et des appareils de faible énergie, éteindre les appareils électriques qui ne sont pas en service, les voitures qui consomment de conduite aussi peu que possible, de réduire la consommation de viande, en privilégiant un régime végétarien, plus sain et plus respectueux de l’environnement.

Ces initiatives individuelles, cependant, par eux-mêmes, ne sont pas suffisantes pour prévenir les catastrophes futures. Nous devons également apporter des changements institutionnels, technologiques et économiques. Lorsque cela est possible, nous devons "décarboner" notre production d’énergie par le remplacement des énergies fossiles par des sources d’énergie renouvelables qui sont illimitées, sans danger et sont en harmonie avec la nature. En particulier, nous devons cesser de construire des nouvelles centrales au charbon, puisque c’est de loin la source la plus polluante et la plus dangereuse des émissions de carbone dans l’atmosphère. Habilement exploité l’énergie éolienne, solaire, géothermique et marémotrice pourrait fournir toute l’électricité dont nous avons besoin sans nuire à la biosphère. Environ un quart des émissions de carbone dans le monde sont dues à la déforestation, nous devons donc inverser la destruction des forêts, en particulier la ceinture de forêts tropicales où ils vivent la plupart des espèces animales et végétales.

Il est désormais clair qu’il est également nécessaire d’apporter des changements significatifs dans l’organisation de notre système économique. Le réchauffement climatique est étroitement lié à la quantité monstrueuse d’énergie qui dévore nos industries pour répondre aux niveaux de consommation répondant aux attentes de beaucoup d’entre nous. D’un point de vue bouddhiste, une économie saine et durable doit être guidée par le principe de suffisance : la clé du bonheur réside dans la satisfaction et non pas sur la multiplication croissante des biens et produits. Le comportement compulsif qui conduit à une augmentation de la consommation d’expression est établie, cette disposition que le Bouddha identifié comme la cause principale de la souffrance.
Au lieu d’une économie soumise à la loi du profit qui exige une croissance illimitée ne pas manquer, nous devons faire évoluer le monde vers une économie qui favorise un niveau de vie satisfaisant pour tous, nous permettant ainsi de développer notre plein potentiel (y compris le spirituel) en harmonie avec la biosphère qui soutient et nourrit tous les êtres, qui comprennent aussi les générations futures. Si les dirigeants politiques sont incapables de reconnaître l’urgence de cette crise mondiale, ou s’il est disposé à envisager le long terme le bien-être de l’humanité au-dessus des avantages à court terme des entreprises qui exploitent des combustibles fossiles, vous pouvez avoir besoin de répondre, que par l’apparition de campagnes persistantes de l’action citoyenne.

Diversos climatologistas, como o Dr. James Hansen, da NASA, definiram recentemente objectivos precisos a fim de evitar que o aquecimento global atinja um limiar crítico catastrófico. Para que a civilização humana seja viável, a taxa aceitável de dióxido de carbono na atmosfera deve ser inferior a 350 ppm (partes por milhão). O cumprimento deste objectivo é recomendado e apoiado pelo Dalai Lama, assim como por outras personalidades agraciadas com o Prémio Nobel e por prestigiados cientistas. Na situação actual encontramo-nos nos 387 ppm, nível que aumenta ao valor de 2 ppm por ano.

É assim necessário não só reduzir as emissões de carbono mas também eliminar a excessiva quantidade de dióxido de carbono já presente na atmosfera.
Plusieurs scientifiques du climat comme le Dr James Hansen de la NASA, a récemment défini des objectifs spécifiques visant à prévenir le réchauffement climatique atteint un seuil critique catastrophique. Pour la civilisation humaine est possible, le taux acceptable de dioxyde de carbone dans l’atmosphère doit être inférieure à 350 ppm (parties par million). La réalisation de cet objectif est recommandée et approuvé par le Dalaï Lama, ainsi que d’autres personnalités honorées par le Prix Nobel et par des scientifiques prestigieux. Dans la situation actuelle, nous nous trouvons dans le niveau de 387 ppm qui augmente la valeur de 2 ppm par an.

Il est donc nécessaire non seulement pour réduire les émissions de carbone, mais aussi supprimer la quantité excessive de dioxyde de carbone déjà dans l’atmosphère.
En tant que signataires de cette déclaration de principes bouddhistes, nous reconnaissons le défi pressant que pose le réchauffement climatique. Nous nous associons au Dalaï Lama pour soutenir l’objectif de 350 ppm. Selon les enseignements bouddhistes, et conscients de notre responsabilité individuelle et collective, nous nous engageons à faire tout en notre pouvoir pour atteindre cet objectif, y compris (mais pas seulement) des actions individuelles et sociales brièvement indiquées ici.
Nous avons seulement une courte période d’agir pour préserver l’humanité d’une catastrophe imminente et pour assurer la survie des formes diverses et belle de la vie terrestre. Les générations futures et d’autres espèces qui partagent notre biosphère, n’ont pas de voix pour nous demander de démontrer notre compassion, la sagesse et la séparation des pouvoirs. Nous écoutons votre silence. Et nous devons aussi être votre voix et agir en leur nom.

fonte : http://umoutroportugal.blogspot.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

1 Message