BuddhaCHannel

Dans la même rubrique

5 de diciembre, por Buddhachannel Es.

Cuentos que curan

Sondage


Voter Comment priez-vous ?








tnh-bc-boutique


zen-bc-boutique


lhamo-bc-boutique


dl-bc-boutique


gargantua-bc-boutique

Comment dois-je enseigner le Bouddhisme à mes enfants ?

mercredi 20 mars 2013, par Buddhachannel Fr.

Langues :


Le conseil du Bouddha aux parents est simple : aidez vos enfants à devenir des adultes généreux, vertueux, responsables, adroits, et autonomes.
Enseigner le Bouddhisme à ses enfants ne signifie pas leur infliger de longues conférences à propos de la coproduction conditionnée, ou les forcer à mémoriser des listes de l’octuple ceci, des dix machin-bidules, des dix-sept ci-et-mi du Bouddha. Ça signifie simplement leur donner les techniques de base dont ils auront besoin afin de trouver le vrai bonheur. Le reste prendra soin de lui-même.



La plus importante leçon que des parents puissent transmettre à leurs enfants, c’est que chaque action a des conséquences. Chaque moment nous présente une occasion, et c’est à nous de choisir comment nous voulons penser, parler, ou agir. Ce sont ces choix qui à terme déterminent notre bonheur. Ceci est l’essence du kamma, la loi fondamentale de cause et effet qui sous-tend le Dhamma. Il se trouve aussi que c’est le message qui se cache derrière l’un des rares enseignements que nous ayons que le Bouddha a donné à son seul enfant, Rahula.

Ce sutta - l’ Ambalatthikarahulovada Sutta - offre aux parents certains indices importants à propos de l’enseignement du Dhamma à de jeunes enfants — en termes et du contenu de ce qu’il y a à enseigner, et de la méthode à utiliser.

Dans ce sutta le Bouddha réprimande le petit Rahula, sept ans, pour avoir dit un petit mensonge. Le contenu de la leçon du Bouddha est ici clair et simple : cela concerne la parole correcte, et il s’agit d’aider Rahula à rester fidèle aux principes fondamentaux de la vertu. Il y a plusieurs aspects remarquables dans la méthode du Bouddha. D’abord, en traçant avec art des comparaisons avec un ustensile d’usage courant (dans ce cas, une louche pour l’eau), le Bouddha se fait comprendre dans un langage vivant et en rapport avec l’âge que Rahula peut aisément comprendre.

Deuxièmement, le Bouddha ne se lance pas dans une interminable conférence abstraite sur la nature du kamma, mais au contraire maintient la leçon centrée sur le problème immédiat qu’il a à sa disposition : choisir ses actions avec soin.

Troisièmement, quoique les préceptes constituent effectivement le cadre fondamental d’un comportement moral, le Bouddha ne les mentionne pas ici — probablement parce que certains des préceptes (à propos de la sexualité et de l’usage d’intoxicants) ne sont tout simplement pas pertinents pour la plupart des gamins de sept ans. (Peut-être le Bouddha avait-il plus à dire à propos des préceptes à l’époque où Rahula était adolescent.)

Quatrièmement, le Bouddha garde Rahula attentif au cours de la leçon en lui posant des questions simples ; ce n’est en rien un cours sec et soporifique.

Et finalement, le Bouddha se sert de l’occasion que lui offre ce "moment d’enseignement" pour s’avancer en territoire plus profond, et expliquer à Rahula l’importance de la réflexion intérieur avant, pendant, et après la performance d’une action de toute sorte — que ce soit de corps, de parole, ou d’esprit. Le Bouddha place ainsi le petit méfait de départ de Rahula dans un contexte bien plus large, le transformant en une leçon profondément et durablement significative.

Quoique la plupart d’entre nous qui sont parents pouvons seulement rêver d’enseigner à nos enfants de façon aussi consciente et efficace que le Bouddha, nous pouvons quand même tirer la leçon de son exemple. Mais avant que nous puissions traduire son exemple dans l’action, il y a un point crucial à reconnaître : les instructions du Bouddha à son fils furent données par quelqu’un qui savait vraiment de quoi il parlait ; le maître de Rahula était quelqu’un qui avait sincèrement pratiqué ce qu’il prêchait, un modèle par excellence.

Le message est donc clair : si nous espérons instruire nos enfants de choses qui concernent la voie du Dhamma, nous ferions mieux d’être sûrs que nous-mêmes pratiquons cette voie. Si vous faites valoir les vertus des qualités adroites telles que la générosité, la sincérité, et la patience, mais que vos enfants vous voient être radins, vous entendent dire des mensonges, ou vous voient perdre votre sang-froid, alors votre message sera perdu.

Evidemment, vous n’avez pas besoin d’avoir parfait le Dhamma afin d’instruire vos enfants, mais pour que votre instruction ait un poids quelconque, vos enfants doivent pouvoir témoigner de première main que vous-même vous efforcez sincèrement de mettre ces mêmes enseignements en pratique. Et si vous pouvez les inspirer par votre exemple et leur donner les techniques dont ils ont besoin pour savoir de vivre en accord avec le Dhamma, alors vous leur aurez effectivement fait un rare cadeau :


Les sages espèrent un enfant
de plus haute ou de semblable naissance,
et non pas un enfant
de plus basse naissance,
une disgrâce pour la famille.
Ces enfants dans le monde,
disciples laïcs,
accomplis en vertu, en conviction ;
généreux, dépourvus d’avarice,
rayonnent dans tout rassemblement
comme la lune
quand elle est sans nuage.

Si vous cherchez des livres à lire à (ou avec) un petit enfant, je vous recommande la série des livres d’histoires de Jataka [2] amplement illustrées en couleurs et publiés par Dharma Press. Ces livres (dans la "Jataka Tales Series") racontent des histoires des vies antérieures du Bouddha. Ils conviennent aux enfants de moins de 10 ans.
Notes :

1. Sept ans après avoir quitté son domicile et sa famille pour commencer sa quête spirituelle, Siddhattha Gotama — désormais le Bouddha — revint, lors de la première de plusieurs visites à sa famille leur enseigner le Dhamma. Les seuls suttas qui rapportent les instructions du Bouddha à son fils Rahula sont ceux-ci : MN 61 (Rahula a 7 ans), dans lequel le Bouddha explique l’importance de de réfléchir par soi-même avant, pendant, et après avoir accompli toute action ; (à 18 ans), dans lequel le Bouddha lui enseigne la méditation de respiration ; (à 20 ans, juste après son ordination en tant que bhikkhu), dans laquelle le Bouddha l’interroge sur l’impermanence, et Rahula subséquemment devient un arahant, dans lesquel le Bouddha répond à ses questions à propos de déraciner la fabrication du Je et l’orgueil, dans lequel le Bouddha lui vante les vertus de la vie sans domicile.

2. Les Jataka, ou "Histoires des naissances", est un livre dans le Khuddaka Nikaya qui raconte des récits des vies antérieures du Bouddha avant sa renaissance finale en tant que Siddhattha Gotama. Dans ses vies antérieures il était né humain, ou oiseau, ou singe, etc., et il avait consacré chaque vie à renforcer une qualité adroite. Donc, une histoire de Jataka pourra être à propos du développement de la patience, une autre à propos du développement de la générosité, et ainsi de suite.

Source : www.canonpali.org





Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]