Buddhachannel

Dans la même rubrique

18 juillet 2016, par Stefania Mitrofan

Mahajanaka Jataka

18 July 2016

Mahajanaka Jataka









Instagram






DVD mathieu ricard chemin compassion


Livre big mind


cd audio buddhachannel


Sereni Roll

Rubriques

Qu’est-ce qu’un Etre ?

lundi 6 juin 2016, par Christelle Hauteville-Chadorla

Langues :

Un esprit éveillé participe de 3 dimensions : la connaissance (sagesse primordiale), l’amour et la compassion (intentions altruistes) et la mise en action (puissance d’agir dans le monde). Le Reiki procède de cette puissance d’action au service de la compassion.
Un esprit ordinaire participe des mêmes 3 dimensions, il a en plus des voiles couvrant les qualités inhérentes à ces dimensions. Ces voiles sont créés par ses perturbations et par son manque de connaissance.

Qu’est-ce qu’un Etre ?

Un esprit éveillé participe de 3 dimensions : la connaissance (sagesse primordiale), l’amour et la compassion (intentions altruistes) et la mise en action (puissance d’agir dans le monde). Le Reiki procède de cette puissance d’action au service de la compassion.
Un esprit ordinaire participe des mêmes 3 dimensions, il a en plus des voiles couvrant les qualités inhérentes à ces dimensions. Ces voiles sont créés par ses perturbations et par son manque de connaissance.
Un être vivant est le résultat d’une impulsion de vie. Pour qu’il y ait vie, il doit y avoir force de vie. Cette force de vie est le karma (karma introducteur car il introduit dans une nouvelle vie).
Tout ce qui naît vieillit et meurt. Il ne peut y avoir de mort sans naissance, ni de naissance sans mort.

Qu’est-ce qui (re)nait ?

(Bouddhisme – d’après un enseignement de Khandro Rinpoché)

Avec nos actions et nos paroles, nous créons du karma. Ce karma créé deux mouvements dans l’énergie : le mouvement qui mène à agir et le mouvement dormant. Le 1er entraine un passage à l’action, le second est une base de fond, latente, en gestation. Les renaissances sont la conséquence des mouvements dormant de nos perturbations. Bouddha énonce que cette dimension dormante ne cesse de nourrir, avec nos actions, une conscience perturbée et la supposition que quelque-chose existe. C’est cette supposition qui naît encore et encore. Cette conscience perturbée, c’est nous. Le corps est la matérialisation physique de cette conscience perturbée. Parce que nous supposons que cette conscience existe en tant que JE, elle nait encore et encore. Le Je n’ai pourtant que la supposition que quelque-chose de fixe existe, une entité séparée identifiable, JE. Ce qui est faux. Avec nos actions, nous modifions en permanence cette base dormante. La conscience qui s’en élève est donc différente après chaque action. La notion de JE n’a pas lieu d’être, car la conscience change de seconde en seconde. Le JE n’ai que la croyance qu’il y quelque chose de fixe, mais rien n’est fixe.
D’où le formidable potentiel de changement de l’être humain, grâce à ses actions. Rien n’est prédéterminé, tout est conséquence. En posant des actions différentes, nous modifions la base dormante et la conscience qui en émerge.

De la conscience à la naissance

La conscience perturbée, issue de la base dormante ci-dessus mentionnée, croit donc que quelque-chose existe, ce qui donne une impulsion dans l’énergie de vie et lance le processus de vie, commençant par la naissance.
Cette conscience perturbée va intégrer une matrice qui donnera un fœtus. En fonction de son niveau de clarté (perturbée / éveillée), la conscience entrera dans une matrice déterminée avec plus ou moins de clarté. Soit son karma négatif est très fort et obscurcissant et elle est emportée sans possibilité de choix (l’impulsion la dirige vers un monde et une expérience de vie correspondante à son karma). Soit cette conscience est éveillée, et elle choisit la matrice et l’expérience de vie à faire.
Dans la base, l’énergie de vie, un tourbillon se forme qui se densifie jusqu’à la matière du corps physique. Le corps physique est moulé dans l’aura.

Détermination de la constitution physique et mentale

La conscience qui s’incarne a des qualités qui lui sont propres, toutes sont la conséquence des actions menées par cette conscience (ou ces consciences agglomérées). Une conscience ayant déjà fait l’expérience de la musique à un haut niveau génère un corps avec une oreille absolue (ou presque). Une conscience ayant déjà beaucoup médité, acquis de sagesse et pratiqué les vertus aura un corps en bonne santé, lumineux et une bonne compréhension des choses. A l’inverse, une conscience plus habituée aux actes non vertueux aura un corps sujet aux maladies, à l’aspect sombre avec une certaine rigidité d’esprit.
Les maladies trouvent leurs causes dans l’esprit et notamment dans l’esprit dit souillé (perturbations / karma ). Un esprit éveillé (donc sain, dans le sens sans impureté) ne connaît pas la maladie (version simplifiée).

L’œuf ou la poule ?

Si nous regardons le principe de vie d’un point de vue physique, le corps engendre la conscience via le cerveau.
Si nous regardons le principe de vie d’un point de vue spirituel et holistique, la conscience engendre le corps via l’énergie de vie universelle.
Du fait que la base de tout est énergie de vie, toute impulsion prononcée (une envie, un désir, un souhait, une vision…) deviendra réalité. Plus l’impulsion est forte, plus sa matérialisation sera forte.
Plus je crois que tu me déteste, plus l’énergie de vie donnera vie à cette croyance. Plus je développe l’amour et la compassion, plus l’énergie de vie donnera vie à l’amour et la compassion.
C’est la loi de cause à effet, la loi d’attraction. Sur un plan plus subtil, c’est la loi du karma.

Christelle Hauteville-Chadorla

Harmonie et Croissance
[email protected]

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?